En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

PAC : la France sauve les meubles

Agroécologie  |    |  Euractiv.fr

C'est un point d'honneur pour les gouvernements français qui se succèdent. François Hollande n'a pas dérogé à la règle. Après 26h de négociations sur les perspectives financières 2014-2020 de l'UE, le chef de l'Etat s'est réjoui d'avoir défendu le budget agricole… surtout pour la France.

L'enveloppe de la politique agricole commune (PAC) "a été pour l'essentiel préservée, notamment pour les agriculteurs français et j'y ai particulièrement veillé" a déclaré François Hollande lors de sa conférence de presse finale, vendredi 8 février.

Meilleure répartition

Sur les sept prochaines années, 373, 5 milliards d'euros seront consacrés à l'agriculture, soit 47, 5 milliards de moins que sur la période précédente (421 milliards). Mais cette baisse de 13% sera seulement répercutée à hauteur de 3% en France.

Selon les chiffres du gouvernement, l'enveloppe ne bouge presque pas. Les exploitants français recevront 47 milliards d'euros d'aides directes et 8, 8 milliards du Fonds européen agricole de développement rural (Feader).

Au total, la France percevra 55, 8 milliards entre 2014-2020 au lieu des 57, 3 milliards de la période 2007-2013.

François Hollande a toutefois insisté sur la nécessité de mieux répartir les aides entre les différentes catégories. Aujourd'hui, elles profitent surtout aux céréaliers, alors que le prix des céréales n'a jamais été aussi élevé. A l'inverse, les éleveurs, dont le secteur est en crise, ne touchent presque rien.

Le Parlement en mars

Mais les dépenses agricoles ne seront pas indexées à l'inflation. D'ici 2020, leur part...

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [17803] / utilisation du flux d'actualité.

Réactions2 réactions à cet article

 

IL n'y a pas que les "petits" qui touchent des subsides: les anglais europhobes (oui, il y en aurait?) oublient ceci: Selon Le Monde en 2011: Le problème est connu de longue date et les ONG s'indignent régulièrement du fait que la reine d'Angleterre ou de grandes entreprises agroalimentaires comme le groupe Nestlé touchent des centaines de milliers d'euros de la PAC. L'OCDE estime que restreindre ces aides au revenu "à ceux qui en ont besoin permettrait d'en faire plus avec moins de moyens".

La Commission européenne doit présenter la semaine prochaine une réforme qui a précisément pour objet de résoudre ces problèmes, en limitant les paiements aux agriculteurs actifs et en instituant un plafonnement des aides aux grandes exploitations, qui tient toutefois compte du nombre d'employés, pour ne pas trop pénaliser celles qui en emploient beaucoup.

Pour autant, l'OCDE estime que "modifier la répartition des paiements en imposant des plafonds par exploitation ou en excluant les fermes d'agrément ne permettrait pas de résoudre le problème de fond", à savoir qu'aucune cible de revenu n'est définie dans le cadre des objectifs de la PAC. Plusieurs grands Etats européens, comme le Royaume-Uni, l'Allemagne ou les Pays-Bas voient la proposition d'un mauvais œil.

vive la Reine... | 14 février 2013 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les meubles ne sont pas sauvés du tout ; la France offre un flanc large et généreux à une torpille lourde de l'emploi conforme des fonds structurels et financements nationaux additionnels, à l'évaluation environnementale et aux autorisations de projets et de programmes...Pourtant l'administration a été en interne prévenue de longue date, et les préfets de régions bretons tous particulièrement, mais aussi les cabinets précédents ne pouvait l'ignorer ; c'est pareil en matière de pêche... Tant que la France n'aura pas réglé ça c'est un Lusitania en puissance ; et le réglement passe aussi par la pendaison judiciaire des co auteurs principaux de ce qui relève de la criminalité environnementale et financière accrue parfois d'attentats extrêmement graves contre les personnes dissimulés au sein de l'Etat même et impliquant à plusieurs échelons des gens mis en place par le précédent gouvernement et la précédente présidence, qui font tout pour s'assoir sur leurs agissements en utilisant leurs positions institutionnelles en réseaux verrouillés ; Mme Batho, Mme Le Branchu, M. Vall, Mme Taubira, M. Ayrault gagneraient à s'en inquiéter... Ceci n'est pas hostile, juste de signalement...

Théo courant ? Colombo, inspecteur spécialiste de la question bête... | 14 février 2013 à 21h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…