En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Quand les espèces végétales dépolluent les sols

Le projet Phytostab, piloté par l'Ineris, souligne ''l'efficacité à long terme'' de la phytostabilisation des sols pollués. Une technique alternative, économique et écologique, qui agit par séquestration des métaux dans les racines des plantes.

Aménagement  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
   
Quand les espèces végétales dépolluent les sols
Canche traitée à l'amendement sidérurgique (juillet 2009)
© Ineris
   
Du fait de son activité industrielle de production et de transformation de minerais et de métaux au cours de ces deux derniers siècles, la France doit faire face sur certains sites à une importante pollution des sols. L'Etat recense près de 300.000 anciens sites industriels pouvant être à l'origine d'une pollution métallique et susceptibles de présenter des risque sanitaires. Les métaux n'étant pas biodégradables, ils risquent en effet de migrer vers les eaux souterraines ou superficielles et vers les organismes vivants qui y vivent, contaminant l'ensemble de la chaîne alimentaire. 3.700 sites pollués font donc l'objet d'une action de remédiation que ce soit dans les anciennes zones minières ou celles fortement industrialisées (Nord-Pas-de-Calais, Lorraine, Alsace, Ile-de-France, vallée du Rhône,…).

Si le projet de loi Grenelle 2, voté fin juin au Parlement, prévoit d'achever l'inventaire des sites pollués ''historiques'' dans l'Hexagone, il entend aussi accélérer le traitement de sites pollués orphelins. Ces friches industrielles sont donc appelées à être réhabilitées et reconverties pour d'autres utilisations. Plusieurs techniques de dépollution des sols ou du moins de stabilisation des polluants sont utilisées pour faire face à ce problème. Si elles peuvent être physicochimiques, thermiques ou biologiques, une autre technique consiste à utiliser les capacités naturelles de certaines plantes pour stabiliser, détruire ou absorber des polluants. Il s'agit de la phytoremédiation qui fait l'objet, depuis les années 90, de nombreux projets de recherche.
Une cinquantaine d'essais sont à ce jour répertoriés en Europe. Le projet de loi Grenelle 2 encourage d'ailleurs l'utilisation de ces phytotechnologies pour réhabiliter les sites pollués. Si la phytostabilisation, relativement récente, doit encore faire ses preuves, cette technique présente pourtant de ''nombreux avantages'', estime l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) : une utilisation de procédés biologiques et d'organismes végétaux, des coûts de mise en œuvre ''considérablement réduits'' par rapport aux techniques classiques, mais aussi des ''procédés agréables du point de vue visuel ou sonore'', selon l'Agence. Des critères ''d'autant mieux acceptés que leur mise en oeuvre est longue et peut durer quelques années''.

L'intérêt du recours aux plantes pour valoriser le foncier

Parmi les projets de recherche figure le programme ''Phytostab'', coordonné de 2007 à 2009 par l'Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques (Ineris), qui visait justement à évaluer l'intérêt de la phytostabilisation dite ''aidée'', lorsque cette technique recourt également à l'utilisation d'amendements (additifs) fertilisants et/ou stabilisants. Cette méthode est ''efficace'' pour dépolluer de façon ''pérenne et écologique'' les sites pollués par les métaux, confirme l'Institut en présentant le 22 juin les résultats de ce projet. Les recherches, cofinancées par l'Ademe et l'Union Européenne, ont été réalisées en collaboration avec l'Ecole des Mines de Douai (Nord). La phytostabilisation ''n'a pas vocation à nettoyer les sols mais permet d'immobiliser et de séquestrer des contaminants dans un sol pollué grâce aux plantes'', rappelle l'Ineris.

L'Institut a mené depuis 2002, une expérimentation à Lallaing (Nord) sur 9 parcelles de sédiments de curage du canal de la Scarpe, pollués au cadmium et arsenic (éléments traces métalliques ''les plus toxiques'') mais aussi, zinc, plomb ou encore cuivre. Sur ces 9 parcelles, trois ont été semées de fétuque rouge et trois de canche cespiteuse : il s'agit de deux herbacées d'Europe du Nord, de la famille des poacées (graminées). Les trois dernières parcelles ont servi de témoins, laissées sans plantation. Aussi, sur chacune des trois parcelles de fétuque, canche et végétation spontanée d'origine, l'une a été traitée avec l'amendement sidérurgique (sous-produit de la fabrication d'acier riche en chaux), l'autre avec l'hydroxyapatite (riche en phosphate de calcium).

Résultats : les polluants ont été absorbés par les racines des deux plantes qui les ont fixés, empêchant leur dilution dans les sols et leur migration vers d'autres végétaux. La canche et la fétuque accumulent en effet le moins de cadmium et de zinc dans leurs parties aériennes, ''diminuant ainsi les risques de contamination de la chaîne alimentaire'', explique l'Institut. Les polluants ne sont en effet pas libérés par les plantes par évapotranspiration ! Les recherches ont également démontré que l'association entre la canche et l'amendement sidérurgique (l'un des deux additifs) s'avère ''la plus efficace'' pour stabiliser le cadmium et le zinc, et réduire ainsi les possibilités de transfert dans le sol (vers les eaux souterraines par exemple).

Outre ses capacités de stabilisation des polluants, la technique permet également ''d'améliorer la biodiversité''. Les résultats montrent que, sur le long terme, le couvert végétal se maintient grâce à la croissance d'espèces spontanées. Ce couvert végétal préserve les parcelles de l'érosion et par conséquent s'oppose à la migration des polluants dans l'air et le sol, précise l'Ineris.
Autre intérêt ''économiquement viable'' : la phytostabilisation aidée permet ''de valoriser le foncier'', souligne Valérie Bert, ingénieur à l'Institut et responsable de l'étude. Aux côtés de la phytoextraction (autre méthode de dépollution par absorption dans les parties aériennes des plantes), ce procédé ''in situ'' apparaît aujourd'hui ''comme une alternative économique et écologique aux techniques de décontamination thermique et physico-chimique'', à condition ''de disposer d'une maîtrise foncière à long terme en raison de la durée de traitement''.

Réactions5 réactions à cet article

 
quand les espèces végétales d&polluent le sol

les tehniques qui utilisent tant les macrophytes que les plantes herbacées ,ne parviennent qu'à déplacer le sujet à savoir 1/quels cheminements vont prendre les ions métalliques 2:quel est leur degré de stabilisation (et par quel mode sont-ils stabilisés) 3/leur présence (inerte) justifie-t-elle qu'on doivent à tout pris les extraire

arpo | 24 juin 2010 à 20h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
dépollution de sols chargés en hydrocarbures

Bonjour,

existe-t-il un traitement phyto pour les sols charges en huiles de moteurs et autres hydrocarbures
?

Merci d'avance de votre aimable réponse

Cordialement

Giampaolo Bertuletti
Conseiller de quartier Réunion - Père-Lachaise à Paris

giampaolo bertuletti | 01 juillet 2010 à 06h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bioturbation

"Les polluants ne sont en effet pas libérés par les plantes par évapotranspiration !"
- Certes, mais après 1, 5 ou 10 ans, quel pourcentage de la flore a-t-il été consommée par des invertébrés (escargots, limaces, grillons, criquets, etc eux-même consommés par les oiseaux) ? Que deviennent les métaux bioaccumulés dans les feuilles mortes en hiver (même s'il y en a moins que dans les racines...) .

M Effe | 01 juillet 2010 à 15h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Phytostabilisation des sols pollués

Oui,on a expérimenté la phytostabilisation des sols
d'épandage de boues d'hydrocarbures en relation avec
l'INRA et l'IRH. Les résultats sont très encourageants
Les hydrocarbures sont biodégradés ,lentement ,mais
sûrement par la faune microbienne,qu'on peut activer
avec des agents nutritifs comme les phosphates.
Pour stabiliser les métaux lourds,on ajoute de la chaux et cultivent des végétaux comme le blé,la lucerne,l'orge,fétuque et des graminés.
On a démontré que les racines absorbent les métaux
lourds sélectivement.LES contrôles des percolations
ont montrés que les nappes ne sont pas pollués!
De recherches sont en cours dans les Ecoles ,des
Mines par ex et les INERIS et INRA.C'est une procédure d'avenir pour remédier aux pollutions du
passé et prévenir un avenir plus propre.

arthur | 05 juillet 2010 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bioturbation

j'ai déjà proposé la bioturbation mais uniquement pour les polluants "soft" on ne déplace pas trop la toxicité des polluants
Mais si vous deviez traiter des organochlorés il est vivement déconseillé d'incinérer (dioxine ) donc je ne suis pas trop favorable pour cette technique.

OURS KODIAC | 30 septembre 2010 à 19h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…