En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les consommateurs sont appelés à recycler leurs téléphones portables

Incités par la directive européenne DEEE, les fabricants de téléphonie mobile se sont mis à la récupération. Au vu de la consommation mondiale, il est devenu intéressant de récupérer les portables, de les réparer pour les revendre ou de les recycler.

Déchets  |    |  Mélanie Favrot Actu-Environnement.com
   
Les consommateurs sont appelés à recycler leurs téléphones portables
   

En France, le renouvellement moyen d'un téléphone portable s'effectue tous les 18 mois, alors que leur durée de vie est trois fois plus élevée. La moyenne de renouvellement est différente selon les classes d'âges. Les jeunes générations gardant bien moins longtemps leurs téléphones que les anciennes. En 2009, il y avait 61,5 millions de clients mobile selon la Fédération Française des Télécoms, ce qui donne un aperçu de la quantité de mobiles en circulation.

Mais une fois remplacés, la plupart des téléphones sont remisés dans les placards. D'après une étude de TNS Sofres pour l'Association française des opérateurs mobiles (AFOM) sur ''les Français et le téléphone mobile'' parue en 2008, si 42% des portables usagés restent dans un tiroir, seuls 9 % des utilisateurs les recyclent tandis que 27% les donnent à un proche et 6% les jettent.

Première alternative : la récup'

Les opérateurs, sous l'égide de la Fédération Française des Télécoms récemment fusionnée avec l'Association Française des Opérateurs Mobiles, avaient signé une charte d'engagement volontaire pour le développement durable (maîtrise des consommations d'énergie, recyclage et affichage environnemental) avec le gouvernement en juillet 2010. Aussi dans le cadre de cette charte, les trois grands opérateurs français notamment (Orange, Bouygues, SFR), ont développé des systèmes incitatifs de collecte des portables auprès de leurs clients, avec contrepartie financière et ont mis en place des partenariats avec des associations.

À l'occasion de la semaine du développement durable, l'opérateur Orange a ainsi lancé pour la seconde édition, trois jours de collecte de téléphones, chargeurs et batteries, du 31 mars au 2 avril. L'an dernier, il avait collecté 300.000 téléphones. En moyenne, 20% sont reconditionnés et revendus d'occasion la plupart du temps dans les pays en voie de développement, 80% sont inutilisables donc recyclés. WWF a renouvelé son partenariat avec l'opérateur qui incite ses clients à ne pas changer de portable lorsqu'ils changent de forfaits, en leur offrant un chèque de quarante euros et pour chaque client, 5 euros sont versés à l'association.

Par ailleurs, de nombreuses entreprises se sont multipliées ces dernières années sur Internet, comme Fonebak, Mister Recycle, etc, spécialisées dans la récupération de portables, qu'elles rachètent aux particuliers à un prix variable.

Une solution plus complexe se développe : le recyclage

Un téléphone mobile est constitué de différents composants, la majorité étant du plastique. Le reste se compose de métaux rares/précieux, comme l'or, l'argent et le tantale mais aussi de métaux plus ordinaires comme le cuivre ou les métaux ferreux. Si le recyclage du plastique est assez développé, celui des autres composés est moins évident. Les composants peuvent être nombreux, en quantités variables et donc difficilement séparables. Aussi pour l'Ademe travailler sur l'éco-conception pourrait faciliter le travail.

Surtout que le recyclage semble être une voie intéressante alors que les ressources naturelles sont épuisables. En effet, dans une étude du potentiel de recyclage de certains métaux rares, publiée en juillet 2010, l'Ademe soulignait que les centres de stockage des déchets au Japon contiendraient 6.800 tonnes d'or (soit près de 16 % de l'ensemble des réserves exploitables dans le monde), 60.000 tonnes d'argent et 1.700 tonnes d'iridium, constituant ainsi des "mines urbaines" considérables pouvant ainsi diminuer la dépendance envers les mines naturelles.

La problématique des métaux rares

L'exploitation des mines naturelles n'est d'ailleurs pas exempte d'impacts environnementaux et sociaux. En effet, cette activité extrêmement lucrative attire les convoitises. Aussi les pays concernés sont soumis à des tensions engendrées par les combats pour le contrôle des mines. C'est particulièrement le cas en République Démocratique du Congo qui exploite de nombreuses mines de coltane pour la fabrication du tantale mais également des mines de cobalt, d'or, d'argent et de cuivre. D'ailleurs la signature d'un contrat minier, "le contrat du siècle", entre la Chine et la RDC a relancé le feu aux poudres. Ce contrat autorise les entreprises chinoises à exploiter des mines de cuivre, de cobalt, d'or et de coltane, en échange de la construction de routes, de voies ferrées, de logements sociaux, des infrastructures dont l'ex-Zaïre est si dramatiquement dépourvu.

Réactions6 réactions à cet article

 

Bonjour,

après le reportage de Capital Terre qui expliqué la même chose que cet article, je suis passé par un recycleur téléphone afin de faire recycler mes vieux mobiles.

Du coup j'ai bel et bien reçu mon enveloppe dans laquelle j'y ai mis mon seul portable qui valait encore quelque chose :). Et les autres je suis aller les mettre dans l'urne d'un magasin Mondial relais à coté de chez moi toute fière de mes actions.

Et le plus beau dans tout ça c'est que une 15aine de jours plus tard j'ai reçu mon chèque !!! :)

mariedu23 | 07 avril 2011 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A noter que la FNAC dispose d'une borne pour récupérer les téléphones portables et ceci ne date pas d'hier...
m'enfin c'est toujours bien d'en parler, de promotionner le fait qu'un téléphone portable est recyclable et ne doit pas être jeté n'importe comment... Après, mettre une carotte pour que les consommateurs soient éco-citoyens, c'est un peu débile...

Soph' | 07 avril 2011 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La durée de vie des téléphones est-elle réellement 3 fois plus élevée qu'avant étant donnée la multitude de nouvelles options qu'ils nous offrent (internet, photo, musique...)? Ils me semblent plus fragiles. Un peu comme les nouvelles voitures qu'on ne peut plus réparer soi-même tant l'électronique y est devenue complexe...

Crite | 07 avril 2011 à 13h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

en ce qui concerne le chéque j'ai également reçu le mien par contre ils ne perdent pas le nord cette opération nécessite de s'engager sur 1 année (ainsi qu'une perte de points)avec l'opérateur,écologie un peu économie surtout

lio | 08 avril 2011 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vendre son ancien téléphone portable c'est bien, le donner à une association pour soutenir l'emploi et l'accueil des personnes en difficulté, c'est mieux. Faites donc un tour sur telephone-emmaus.com

Georges | 06 décembre 2011 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour votre article.

Désormais, de nombreux comparateurs de recycleurs mobile existent. Il en existe 4 / 5 permettant de trouver l'offre la plus intéressante pour la recyclage de votre mobile.

A bientôt !

Arnaud | 19 décembre 2013 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…