En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Création de la réserve naturelle du marais Vernier

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Le décret portant création de la réserve naturelle nationale du marais Vernier (Eure) est paru au Journal officiel du 27 février. Cette réserve est créée par extension de la réserve existante des Mannevilles.

"Cette extension doit permettre de préserver le caractère de « zone humide » du site ainsi que la mosaïque d'habitats favorables à la biodiversité", indique le ministère de l'Ecologie. Un certain nombre d'activités sont réglementées ou interdites, comme l'introduction de végétaux et d'animaux, la chasse, la pêche, les activités sportives et de loisirs, le bivouac ou encore certains travaux.

Situé dans un ancien méandre de la Seine au nord-ouest du plateau crayeux du Roumois, le marais Vernier (4.500 hectares) abrite une des plus importantes tourbières française. "Halte privilégiée sur le grand axe migratoire de l'ouest de l'Europe le marais Vernier, au sein d'une région fortement industrialisée et aménagée, constitue un îlot de nature encore riche", indique Réserves naturelles de France.

Réactions5 réactions à cet article

 

Création de la réserve naturelle du marais Vernier, on ne peut que s'en féliciter.

Tireman | 05 mars 2013 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sauvons les crapauds les libellules et autres bestioles alors que nombreux homo sapiens crevent de faim et de froid
Bravo ecolocrates sbires de bruxelles qui vivent bien de nos subventions

ECOLOPHAGE | 05 mars 2013 à 18h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est justement en sauvant ces crapauds, libellules et autres bestioles que nous nous sauverons nous, pauvres humains!
n'avez vous jamais entendu parler des services écosystémiques (ou services rendus par la nature)?
Ne savez vous pas, par exemple, que 35% des ressources alimentaires mondiales sont dépendantes des insectes pollinisateurs, et que ces derniers participent à la production de 84% des espèces végétales cultivées en Europe???
D'ailleurs Einstein disait que "Si l'abeille disparaissait de la surface du globe, l'homme n'aurait plus que 4 années à vivre"...et je ne parle même pas du service épuratoire des zones humides, de régulation du climat par les forets, de production de substances médicales, etc, etc!

charlotte | 06 mars 2013 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Ecolophage.

Je ne vois vraiment comment le fait de sauver des zones humides du bétonnage, peut-il avoir une incidence sur la situation préoccupante de certaines couches de la population ???
Il y a là un rapport qui m’échappe ???

Tireman | 06 mars 2013 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Un petit hommage aux réactions d'Ecolophage qui nous montre qu'il a bien récité sa leçon...
Je pensais que la citation sur "les sbires de Bruxelles qui vivent de nos subventions" allait se prolonger un peu plus, mais non... La suite au prochain numéro ?
Effectivement, crapauds, libellules, autres bestioles, mais à quoi ça peut bien servir ? A la déco ? A équilibrer les zones humides ? A participer à la masse de biodiversité dans ces écosystèmes ? A réguler les insectes indésirables à tendance hématophage ?
Evidemment, nous les Hommes, nous sommes bien plus efficaces ! Nous les Hommes, on est même capable de détruire en un 1/2 siècle (depuis la fin de la dernière guerre mondiale) plus de 80 % des surfaces humides !! Pas mal, hein ? Ce ne sont pas les grenouilles et les libellules qui seraient capables de faire ça ! Fortiches les hommes, non ?

DunbarHN | 26 mars 2013 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager