En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'humanité peut et doit faire plus avec moins, selon le PNUE

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Dans un récent rapport rendu public à la session annuelle de la Commission des Nations Unies pour le développement durable, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) lance une mise en garde sur le fait que, si rien n'est fait le volume de minéraux, minerais, combustibles fossiles et biomasse consommés chaque année par l'humanité pourrait atteindre 140 milliards de tonnes d'ici 2050 soit trois fois plus qu'aujourd'hui.

Le PNUE appelle les pays développés à "découpler" le taux de croissance économique du taux de consommation des ressources naturelles : "le découplage est une solution gagnante sur tous les tableaux : économique, social et environnemental", estime Achim Steiner, sous-secrétaire général des Nations Unies et directeur exécutif du PNUE.

Cet objectif implique néanmoins de "repenser d'urgence les liens entre l'utilisation des ressources et la prospérité économique" et de "soutenir les innovations technologiques, économiques et sociales par des investissements massifs". Objectif : parvenir au gel de la consommation par habitant dans les pays riches, tout en aidant les pays en développement à adopter un mode de croissance plus durable.

Si le rapport ne propose pas d'options stratégiques et technologiques détaillées (qui feront l'objet de prochains rapports), il souligne que les technologies qui ont permis à l'homme d'extraire des quantités toujours plus importantes de ressources naturelles doivent être désormais mises au service d'une utilisation plus efficace des ressources.

14 tonnes par habitant et par an pour la France

En France, la consommation apparente de matières par habitant est relativement stable depuis 1990 (14 t/hab/an) selon le service statistique du ministère de l'écologie. Son niveau est proche de la moyenne de l'Union européenne.

L'intensité matérielle du PIB a sensiblement diminué, ce qui témoigne d'un début de découplage. Malgré la croissance démographique et la hausse du PIB par habitant, la consommation française de matière a peu augmenté en près de 20 ans ; elle est d'un peu plus de 890 millions de tonnes en 2008.

Réactions2 réactions à cet article

 

Il faut surtout que l'humanité amorce et gère sa décroissance, avec une politique démoagraphique mondiale.

krapulax | 16 mai 2011 à 14h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"soutenir les innovations technologiques, économiques et sociales par des investissements massifs". Objectif : parvenir au gel de la consommation par habitant dans les pays riches, tout en aidant les pays en développement à adopter un mode de croissance plus durable."

Mais bien sur !!! et c'est juste en, stabilisant notre consommation au niveau énorme actuelle et en faisant de la "croissance verte" dan sles pays du sud que ca va s'arranger !! n'importe quoi le PNUE !!
Ce qu'il faut c'est drastiquement reduire notre consommation ... arretons de faire semblant de bien vouloir aider au developpement dur sud. Nous ne soutenons absolument pas ce developpement et les populations n'y ont de toute facon pas accès (voir pas le choix).
Les programme d'ajustement du FMI par exemple ne sont en rien de l'aide au developpement !!! ca sert juste a fionancer les oligopoles avec l'argent du contribuable..

Décroissant | 17 mai 2011 à 10h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager