En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Risque vibratoire lié aux transpalettes : des actions de prévention nécessaires

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Le niveau vibratoire auquel les conducteurs de transpalettes électriques sont soumis nécessite quasiment systématiquement le déclenchement d'une action de prévention.

Tel est l'enseignement principal d'une étude menée par l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) sur le comportement de six transpalettes électriques à conducteur porté (TEP).

« L'objectif de cette étude était de réaliser un état de l'art des performances de la suspension des TEP du marché afin de juger de leur efficacité, et de montrer quels sont les facteurs influant le plus sur l'exposition vibratoire du cariste », précise l'INRS.

Les résultats ont révélé que certaines machines sont équipées d'une suspension efficace. Cependant, même pourvues de ces suspensions, l'exposition vibratoire peut dépasser la valeur limite d'exposition journalière de 1,15 m/s2.

Vitesse de circulation et état des revêtement prépondérants

L'étude montre en effet que la vitesse de circulation et l'état du revêtement des voies empruntées sont les paramètres prépondérants de l'exposition vibratoire du conducteur. « C'est pourquoi l'entretien des sols et une vitesse de circulation la plus basse possible sont des mesures de prévention nécessaires », en conclut l'INRS.

Les essais sur les six transpalettes testés ont pourtant montré que les valeurs d'émission vibratoire annoncées par les fabricants dans leurs notices étaient correctes. « Celles-ci peuvent servir de critère de choix aux utilisateurs, puisqu'elles ont été corrélées à des valeurs d'exposition », précise l'Institut. « En définitive, plus la valeur d'émission vibratoire est faible, meilleure est l'isolation vibratoire au poste de conduite pour le travailleur. »

Réactions1 réaction à cet article

 

Il existe de nombreux autres secteurs ou les seuils vibratoires sont plus que largement dépassés. Notamment dans le domaine forestier ou un conducteur de tracteur peut encaisser des doses vibratoires supérieures à celles de sulkys durant les huit heures de travail quotidien.
Il est impossible à l'heure actuelle de respecter la législation européenne pour ce type d'utilisation, encore moins par des actions de préventions...

Azdiama | 20 mai 2011 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager