En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'industrie du nickel teste une solution de stockage du CO2 en Nouvelle-Calédonie

Gouvernance  |    |  Déborah Paquet  |  Actu-Environnement.com

Le projet Carboscories, cofinancé par le CNRT "Nickel et son environnement" et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), vise à fixer le CO2 dans les scories produites par l'industrie du nickel en Nouvelle-Calédonie. Les scories sont les déchets issus de cette industrie. Représentant trois millions de tonnes par an, ils sont soit stockés soit réutilisés en remblais.

Les chercheurs ont constaté que ces matériaux avaient une forte capacité d'absorption du CO2, capacité décuplée via une opération d'attrition. Ce procédé consiste à immerger les scories dans une eau contenant du CO2 dissout, chauffée à 180°C et pressurisée à 20 bar. "Une partie des scories se dissout, les éléments chimiques réagissent entre eux et se transforment en minéraux solides. Le CO2 est ainsi minéralisé", explique le BRGM.

Afin de valider les résultats des tests obtenus en laboratoire et sur de petites quantités (moins de 50g), les chercheurs vont lancer un pilote de démonstration d'une capacité de plusieurs litres.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager