Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le Ser alerte sur le ralentissement des EnR

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Les énergies renouvelables électriques - éolien et solaire photovoltaïque – "continuent de connaître un net ralentissement" selon un communiqué du Syndicat des énergies renouvelables (Ser).

Concernant l'éolien terrestre, la puissance installée affiche un retrait de 46% par rapport à 2010 et 33% par rapport à 2011, d'après le communiqué. Cette année, moins de 500 MW d'éoliens terrestres ont été raccordés au réseau électrique. Pour atteindre l'objectif de 19.000 MW produits par des éoliennes terrestres en 2020, il faudrait pourtant garder un rythme de 1.400 MW par an, selon le Ser.

Le syndicat pointe également une décroissance du rythme de développement de 47% pour le secteur du photovoltaïque d'un trimestre à l'autre. Cette fin d'année, 134 MW ont été installés.

Les raisons de ce déclin, selon le syndicat ? Pour l'éolien, il invoque la complexité des démarches administratives, la multiplication des recours contre les projets, la modification de la fiscalité ainsi qu'une augmentation des coûts et délais de raccordement au réseau électrique.

La filière solaire photovoltaïque, quant à elle, subirait l'épuisement des portefeuilles de projets engagés avant le moratoire de l'hiver 2010-2011, des délais importants inhérents à la mise en place des appels d'offres ainsi qu'une trop rapide dégressivité du tarif d'achat pour les installations domestiques et professionnelles (de 0 à 100 kW), selon le Ser.

"Les mesures d'urgence, annoncées par le Gouvernement, doivent être amplifiées et leur mise en œuvre accélérée si nous voulons que notre pays soit au rendez-vous des objectifs 2020 et pour préserver l'emploi que ces filières ont généré, ces dernières années, sur notre territoire national", estime, dans un communiqué, Jean-Louis BAL, Président du Syndicat des énergies renouvelables.

Réactions1 réaction à cet article

 

ce que propose ce gouvernement est en première approche moins pire que le précédent, mais il ne faut pas se leurrer, les mines, les ponts et autres X vont tout faire pour qu'on reste au maximum sous le joug du nucléaire.
L'Etat qui pourfend, quoiqu'il en dise, les EnR en est pourtant un des plus gros bénéficiaires du tarif d'achat, via les projets solaires et éolien gigantesques qu'il développe. Et oui ... le principal actionnaire de Edf, donc de EEN, c'est l'état. le même qui dit que les EnR coûtent vher via la CSPE et celui qui en profite le plus. Il faut en avoir du courage ....

Marcel | 23 octobre 2012 à 18h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Afrique : une équipe complémentaire pour vos projets énergétiques LPA-CGR avocats