Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une sylviculture moins brutale pour favoriser la biodiversité

La coupe rase est souvent privilégiée en sylviculture pour des raisons économiques. Mais elle engendre des conséquences néfastes sur la biodiversité. L'ONF mène une expérimentation pour évaluer une nouvelle méthode de coupe. Reportage vidéo.

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

La coupe rase, ou coupe à blanc, aurait des impacts divers sur la biodiversité. La brutalité avec laquelle s'effectue ce type d'opération ne laisse que très peu de temps à l'écosystème forestier pour s'adapter aux changements occasionnés : choc thermique, vent, luminosité. La faune du sol serait particulièrement touchée et de nombreux insectes très perturbés. Les terres mises à nu entraîneraient une certaine érosion du sol, déjà fortement compacté par les machines utilisées pour ce genre de travaux.

La coupe rase est également mal vue de la population, en particulier par les habitants proches des zones forestières. En effet, le paysage se trouve totalement transformé après une intervention sur plusieurs hectares, passant d'une forêt à un champ où il ne reste plus que quelques débris de bois, des souches coupées et souvent des ornières que les véhicules lourds ont façonnées.

Mais d'autres méthodes sylvicoles existent, dont certaines sont expérimentées. C'est le cas sur une parcelle de la forêt domaniale du pic Saint-Loup (Hérault), gérée par l'ONF. Voir le reportage vidéo.

Un suivi de terrain durant quinze ans

Conservation de corridors écologiques, d'arbres patrimoniaux, d'arbustes de sous-bois, de bois mort au sol, de quelques souches hautes, de murets et de tas de pierre… Ce projet atypique doit être analysé sur le long terme pour évaluer les intérêts écologiques de cet itinéraire sylvicole. Des inventaires forestiers et faunistiques ont été réalisés avant les travaux et des suivis seront effectués durant une quinzaine d'années. Les coûts vont aussi être évalués, mais on peut déjà dire qu'ils seront nettement supérieurs à ceux d'une coupe rase. À voir dans quelles conditions cette méthode alternative trouvera sa place.

Cette expérimentation intègre le projet Ceres, qui réunit des gestionnaires d'espaces naturels, des laboratoires de recherche et des structures techniques. Il rassemble trois pays, la France, l'Espagne et le Portugal. Un projet qui entend notamment développer des connaissances sur la connectivité des écosystèmes, avec un budget de 1,2 million d'euros sur trois ans, cofinancé à hauteur de 75 % par le Fonds européen de développement régional (Feder).

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour
Merci pour cette "bonne" nouvelle mais put. que c'est long.
Dans 15 ans, les coupes rases auront encore gagné du terrain (perdu pour la forêt) et les ravages se seront poursuivis.
Que restera-t-il de la forêt française ? rien.

Jeep5892 | 09 mai 2022 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, je constate que le premier paragraphe est au conditionnel et ce n'est qu'à partir de l'acceptabilité par le public qu'on passe à l'indicatif.
Depuis le premier rapport du GIEC, nous avons 35 ans d'enregistrements supplémentaires qui nous montrent que nous suivons depuis 35 ans la courbe RCP 8.5 dite scénario "pessimiste", soit une augmentation de 4C°EN MOYENNE d'ici la fin du siècle. Nous sortons de la fourchette où la photosynthèse fonctionne, et même le chêne vert aura du mal. Sans parler du manque d'eau qui va avec. Bon courage aux tenants de la régénération naturelle du chêne pédonculé dans ce contexte.

abeilles | 09 mai 2022 à 11h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Sonde EXO : surveiller la qualité des eaux en milieux naturels et marins Xylem Analytics France