Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'équipe de Tara Oceans rencontre le Secrétaire Général des Nations Unies, dans l'optique de Rio+20

Pour sa dernière et plus importante escale américaine à New York, les organisateurs de l'expédition Tara Oceans enchaînent les rencontres à l'ONU avant de reprendre la mer pour le trajet de retour en France : arrivée prévue le 31 mars à Lorient.

Eau  |    |  David Ascher
L'équipe de Tara Oceans rencontre le Secrétaire Général des Nations Unies, dans l'optique de Rio+20

Tara est arrivé le 5 février à New York hier pour une importante escale d'une semaine, amarré à Battery Park. Au-delà des nombreuses visites scolaires, des conférences publiques et des diverses rencontres privées avec des personnalités américaines, cette escale représente un pas important pour Tara Oceans dans la consolidation de ses partenariats avec le système ONU, à la veille de la conférence de Rio+20 en juin qui devra accorder une grande place aux négociations sur l'avenir des Océans.

Parmi les moments forts de cette semaine, Agnès b., Etienne Bourgois, Romain Troublé et Eric Karsenti ont pu rencontrer Ban Ki Moon durant une vingtaine de minutes. Le Secrétaire Général des Nations Unies a réaffirmé son compromis et ses engagements sur les Océans, saluant le projet Tara comme un exemple à suivre pour la communauté scientifique.

Ban Ki Moon, qui s'est exprimé en français a donné une réponse positive pour soutenir les activités proposées par Tara lors de la conférence de Rio+20, particulièrement la première du film Planète Océan, coproduit avec Yann Arthus-Bertrand.

Plus insolite encore, Samedi après-midi, le Secrétaire Général accompagné de son épouse, de son porte-parole Eduardo del Buey et de ses gardes du corps, est monté à bords de Tara pour une sortie en mer. L'occasion de découvrir concrêtement la goelette et son matériel scientifique.

Accords Onusiens dans l'optique de Rio+20

   
   
Au-delà de cette rencontre hautement symbolique pour Tara, cette deuxième escale américaine a compté de nombreux temps forts pour la pérennisation et l'application de la recherche réalisée par Tara Oceans et pour la projection internationale du projet Tara.

Philippe Kridelka, directeur aux Etats-Unies de la Commission Intergouvernementale Océanographique de l'ONU (UNESCO/IOC) a notamment confirmé son partenariat avec Tara. L'Équipe de l'expédition s'est aussi entretenue avec la direction du Département d'Information Publique de l'ONU (UNDPI) dans la perspective d'une campagne commune sur les océans à la conférence de Rio+20. "La visite de Tara à New York est une bonne occasion pour nous de réfléchir et de sensibiliser le public aux enjeux qui seront discutés à Rio", a déclaré le Secrétaire Général adjoint des Nations Unies à l'information, Kiyo Akasaka. "Les objectifs de l'expédition Tara Oceans sont totalement en phase avec notre campagne «l'avenir que nous voulons» et seront en résonance avec tous ceux qui se soucient des océans et de l'environnement".

Tara qui est soutenu par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) depuis 2004 a également engagé des discussions avec les directeurs du PNUD, UN Oceans et UNCSD pour chercher des convergences et actions communes à Rio+20 mais aussi une future participation de Tara Expéditions et de la Tara Marine Foundation en tant qu'organe consultatif à l'ONU dans le suivi des négociations en cours sur l'application de la loi sur la mer (UNCLOS), sur l'implémentation d'un système d'observation international sur l'acidification des océans ou sur la nouvelle convention sur les récifs de corail porté par l'Initiative Internationale pour les Récifs Coralliens (ICRI).

Réactions1 réaction à cet article

 

Belle aventure que celle de Tara. Je suis content pour eux qu'ils soient reçus à l'Onu. C'est symbolique, mais l'engagement de l'équipe (que je connais ;-) justifie pleinement ce genre de reconnaissance officielle.

Ca ne change rien au climat, ça ne restaure pas la biodiv, bref la planète ne va pas s'en trouver épargnée demain, mais au moins, ça fait chaud au coeur !

Bon vent !

Belle aventure | 13 février 2012 à 22h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste David Ascher

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat