En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un viticulteur devant la justice pour refus d'utilisation d'un insecticide

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Un viticulteur de Côtes-d'Or est convoqué devant la justice pour avoir refusé de traiter ses vignes contre la flavescence dorée, rapporte l'AFP. Un arrêté préfectoral a en effet imposé le traitement par insecticide de l'ensemble des vignes du département contre la cicadelle Scaphoideus titanus, insecte vecteur de cette maladie qui occasionne des pertes importantes de récolte.

"On sait que le traitement systématique ne règle pas le problème, a déclaré le viticulteur à l'agence de presse. Même les insecticides naturels ne sont pas inoffensifs car ils ne sont pas sélectifs et on détruit toute la faune auxiliaire. Or, notre approche en biodynamie, que l'on applique sur nos vignes depuis les années 1970, est de travailler sur les équilibres biologiques".

Le viticulteur était convoqué le 12 novembre devant le délégué du Procureur de la République dans le cadre d'une procédure de composition pénale, mais sa convocation a été reportée à une date inconnue.

Un projet d'arrêté ministériel visant à renforcer les méthodes de surveillance et de prévention de la flavescence dorée était en consultation sur le site du ministère de l'Agriculture courant novembre. Il prévoit notamment un maintien des traitements obligatoires dans certains périmètres affectés par la maladie.

Réactions14 réactions à cet article

 

C'est un viticulteur en biodynamie. Par où l'on voit que la biodynamie est une secte religieuse comme celles qui refusent certaines thérapeutiques.

Laurent Berthod | 27 novembre 2013 à 21h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo a cet agriculteur qui fait une action de désobéissance civile face a des règlements idiots voir dangereux.
Berthod, quel rapport entre une secte et la biodynamie ?? aucun avec le refus de traitement thérapeutique en tout cas..

escargot heureux | 28 novembre 2013 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Monsieur Berthod
Il est certes bien d'affirmer ceci et cela, mais c'est encore mieux lorsque la personne qui affirme connait le sujet.

La biodynamie a un profond respect de la nature, complètement à l'inverse de ceux qui aspergent la vigne d'un tas de produits chimiques. Lesquels produits chimiques finissent en grande partie dans l'estomac des consommateurs. La France semble un peu aveugle...nous perdons constammons des parts de marché dans le vin au détriment de ceux qui visent toujours plus la qualité lorsque notre mode de production (dynosaurien) se concentre uniquement sur le volume à produire sans prêter beaucoup d'attention au cocktail chimique qui sera in fine ingéré par des êtres humains.

De la part à parler de secte religieuse! L'amalgame est assez surprenant. Cela étant on peut effectivement avoir un profond respect pour la vie et non pas un respect unique pour son compte bancaire.

arthur duchemin | 28 novembre 2013 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Certaine règles sont a changer on voit bien qu'en cas de problèmes certaines lois,normes, doivent encore évoluer, pour éviter ce type d'incidents.

lio | 28 novembre 2013 à 12h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

N'en déplaise à Laurent B., la soit disant viticulture officielle pourrait être considérée également comme une secte, avec comme gourou les fabricants d'insecticide. En effet cela fait presque 70 ans, début de la maladie sur la vigne, que l'utilisation massive d'insecticide est devenu "obligatoire", cela prouve la non pertinence de la méthode. Voir sur le site de l'INRA les données sur cette maladie, l'origine, le développement et les vrais solutions possibles.
Mais pour une certaine partie du monde agricole (et manifestement du ministère, ou les géants de l'industrie ont leur relais) il est plus facile de détruire que de comprendre. La nature est devenu l'ennemi à combattre par tous les moyens: on pulvérise et après on voit sans se préoccuper des effets indésirables, cela veut s'appeler, d'après M. Laurent, le PROGRES, avec comme corolaire le PROFIT immédiat.

Duport Claude | 28 novembre 2013 à 13h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

complément: cet agriculteur affirme que ces vignes sont cultivées en biodynamie depuis 1970, cela donne un laps de temps équivalent à la méthode officielle de traitements destructifs, il suffit de comparer les vignes de cet agriculteur avec celle de ses voisins, sont-elles plus ou moins impactées par cette maladie dont la seule méthode de lutte officielle est soit la destructions des vignes impactées, soit la destruction du vecteur, une cicadelle importée d'Amérique par accident. Si OUI, cet agriculteur, pour protéger les vignes de ses voisins doit traiter, si NON, il a raison et il faut obliger ses voisins à ne plus traiter.

Duport Claude | 28 novembre 2013 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelle bien vide et triste vie doit avoir M. Berthod pour s'échiner à longueur de journée (et années) à provoquer et à démonter minutieusement tous les actes et projets sortant des dogmes établis. Souhaitons lui bien du courage car une nouvelle société plus responsable et plus équitable est en train d'émerger, au sein de laquelle ses propos ne feront bientôt plus que sourire.
Amicalement.

aeni | 28 novembre 2013 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelle bien vide et triste vie doit avoir M. Berthod pour s'échiner à longueur de journée (et années) à provoquer et à démonter minutieusement tous les actes et projets sortant des dogmes établis. Souhaitons lui bien du courage car une nouvelle société plus responsable et plus équitable est en train d'émerger, au sein de laquelle ses propos ne feront bientôt plus que sourire.
Amicalement.

aeni | 28 novembre 2013 à 14h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« "On sait que le traitement systématique ne règle pas le problème, a déclaré le viticulteur à l'agence de presse. » ?

Cet homme a raison contre le reste de l'humanité. Enfin l'humanité sachante.

« Or, notre approche en biodynamie, que l'on applique sur nos vignes depuis les années 1970, est de travailler sur les équilibres biologiques » ?

Mais voyons ! Ce sont des équilibres biologiques qui éliminent la cicadelle, particulièrement celles qui transmettent la flavescence dorée...

Et il se trouve des béotiens pour applaudir la désobéissance incivique.

Wackes Seppi | 29 novembre 2013 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelle modestie, Monsieur W.S., se prétendre membre de l'humanité sachante pour affirmez que seule votre opinion est digne d'être écoutée !!!! Rappelez vous la chanson de George Brassens, un con reste un con qu'il soit instruit ou non. Comme disait George Clemenceau, la guerre est une chose trop sérieuse et donc il ne faut pas choisir un militaire comme ministre de la guerre. Par analogie les choix de la société, au sens large (comment voulons nous vivre) sont trop important pour les mettre dans les mains des seuls scientifiques et la voix d'un viticulteur peu soulever des problèmes que ne voient pas les partisans du scientisme (secte qui prétend avoir toujours raisons, car eux, ils savent).

Duport Claude | 30 novembre 2013 à 14h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Confions donc notre vie aux ignorants et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes de chômage et de misère.

On ne vous a pas appris que le sentiment le plus facile à manipuler c'est la peur ?

Laurent Berthod | 02 décembre 2013 à 21h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci Monsieur L B de ma rappeler "Le meilleur des mondes", écrit en 1931 par Aldous Huxley et qui montre le possible devenir de notre humanité géré par les "scientifiques". Témoin lucide de notre monde, il avait écrit 20 ans plus tard: "Aujourd'hui, il semble pratiquement possible que cette horreur s'abatte sur nous dans le délai d'un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d'ici là de nous faire sauter en miette... Nous n'avons le choix qu'entre deux solutions: ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation...ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique."
Un reproche à cette pensée qui reflète l'état du monde aujourd'hui, quelques super puissances très militarisées, le pouvoir des scientifiques technologiques par rapport aux sciences humaines, mais il n'avait pas pris en compte le pouvoir de la finance et des multinationales ayant de fait établies une gouvernance supranationale.

Duport Claude | 03 décembre 2013 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Terra | 03 décembre 2013 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous avez raison, le totalitarisme, on y est : la dictature écologiste, le malthusianisme, le puritanisme, le bienpensance hégémonique, la novlangue, la décroissance, le chômage, la misère, l'ignorance béate, la sainte frousse de tout ce qui bouge, l'obscurantisme...

Vert à l'extérieur, rouge à l'intérieur.

Pour le bien de l'humanité en apparence, crimes contre l'humanité en réalité : DDT, riz doré, etc.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Que rien ne bouge, surtout !

Laurent Berthod | 03 décembre 2013 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager