En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

De plus en plus de fermes vont produire du biogaz et du bioGNV

À l'initiative de GRTgaz, l'agriculteur Adrien Perrier présente son projet d'installation d'un méthaniseur sur l'exploitation familiale. Objectif : produire du biogaz destiné au réseau et diversifier les sources de revenus de sa ferme.

Mieux vivre de son métier d’agriculteur avec la méthanisation

Adrien Perrier, jeune agriculteur sur l’exploitation de ses parents, dans la Marne, agit pour pérenniser le domaine familial et diversifier ses activités. Pour l’agriculteur, l’enjeu est important : assurer un niveau de vie suffisant à toute une famille, sur une exploitation de taille relativement modeste de 150 ha.

La polyculture et l’élevage de 200 têtes de bétail ne suffisant pas, Adrien Perrier poursuit le développement de son projet de méthaniseur, dont la construction est prévue en 2020. La société SAS De Briffontaines a été créée, fin 2018, pour la circonstance. En devenant producteur d’énergie verte, les revenus complémentaires permettront d’ouvrir des perspectives nouvelles à l’exploitant.

Je tiens au métier d’agriculteur, mais je ne veux pas reproduire le modèle du passé. Avec les revenus du biogaz, j’envisage de recruter un employé agricole et libérer du temps pour la vie de famille. Adrien Perrier, directeur général.

Un projet mûrement réfléchi...

Il aura fallu 2 ans pour développer le projet. Il est prévu de construire le méthaniseur en injection directe sur le réseau GRTgaz. Les investissements s’élèveront à 8 millions d’euros, avec un seuil de rentabilité atteint à partir de 312 nm3 de biométhane produits par heure. La production équivaudra à l’approvisionnement de 80-100 camions parcourant 80.000 km par an !

Pour atteindre ce niveau, il est prévu d’injecter dans le méthaniseur 80 tonnes d’intrants par jour. Un gisement conséquent, qui viendra également d’une ferme voisine, partenaire du projet de méthaniseur.

Présentation du projet de méthanisation à la ferme, d'Adrien Perrier

Une station de BioGNV pourrait s’ajouter au projet

Le projet d’Adrien Perrier pourrait bien s’étendre à l’approvisionnement d’une station de BioGNV, à construire, pour un investissement supplémentaire de 1,5 millions d’€. De quoi capter la clientèle des 10.000 camions / jour qui passent sur la N4, près de l’exploitation. Et contribuer à la mobilité décarbonée, dans une région à la croisée des flux logistiques européens.

Pour l’heure, une étude de la demande locale indique que 15 véhicules lourds seraient intéressés par cette station de BioGNV. La décision d’investir sera positive dès que le potentiel exprimé atteindra une trentaine de camions parcourant 80.000 km par an. Mais l’idée est fondée, puisque le kg de BioGNV est vendu 0,93 €HT, pour 1,20 €HT le litre de gasoil. Les transporteurs et les collectivités pourraient bien se laisser convaincre !

Partager

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters