Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pourquoi développer l’éclairage intelligent sur son territoire ?

L’éclairage public est un enjeu en termes d’économies d’énergie et d’environnement. Plus de 40 % des points lumineux ont plus de 25 ans. De plus en plus de villes font le choix d’investir dans un éclairage public connecté ou smart ready.
Fabrice Dudognon Trois questions à…
Fabrice Dudognon,
directeur Commercial France électricité, Itron France

Q1. Qu’entend-on par éclairage public intelligent ?

Il s’agit d’un éclairage public dont les commandes d’allumage, de gradation lumineuse et d’extinction sont pilotées à distance. Chaque lampadaire (ou armoire) est connecté à une plateforme centrale avec laquelle il est relié via un réseau de communication. Celui-ci couvre un secteur géographique donné, toute une ville, voire toute une région.

Il est ainsi possible d’établir des scénarios d’éclairage adaptés en fonction des quartiers, de la période de l’année, ou d’un événement particulier. Dynamiques, ces scénarios peuvent être modifiés en temps réel et à volonté, sans intervention humaine locale.

Q2. Quels gains une telle solution apporte-t-elle à la collectivité ?

Ils sont de trois ordres. Économies d’énergie, d’abord. Le module installé sur chaque lampadaire contrôle son intensité lumineuse. Il permet un relevé de la consommation réelle, par point lumineux. Des dysfonctionnements (un lampadaire éteint ou qui reste allumé contrairement au scénario) peuvent ainsi facilement être identifiés. Une optimisation forte, associée à la mise en place de lampes LED, offre un retour sur investissement pour la collectivité de l’ordre de 10 ans.

Impact citoyen, ensuite. Avoir le bon éclairage au bon moment, sans défaillance, pouvoir adapter l’éclairage à une manifestation culturelle ou sportive, sont autant de points positifs en termes de service public. Efficacité opérationnelle, enfin. Grâce à l’automatisation de la surveillance, les équipes en charge de l’éclairage public peuvent cibler leurs interventions.

Q3. D’autres possibilités au-delà de l’éclairage public ?

L’infrastructure de communication qui relie les lampadaires les uns avec les autres et avec un système central est très souvent le premier maillon de la smart city. Car naturellement, ce réseau peut être utilisé pour de nombreux cas d’usage, à moindre coût : pour connaître la qualité de l’air, fluidifier le trafic, optimiser la collecte de déchets… et ainsi apporter de nouveaux services aux usagers et aux citoyens.

Une telle infrastructure est installée sur la Ville de Paris. Elle gère l’ensemble des points lumineux et permettra progressivement de connecter des capteurs existants, actuellement reliés via des cartes SIM par exemple, et de nouveaux capteurs. À une tout autre échelle, nous avons également équipé le centre-ville de Niort, à une heure de route de notre site de Chasseneuil-du-Poitou.

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters