En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La campagne de financement participatif du Petit Pousseur est lancée sur Tudigo

Implanter des potagers au sein d'entreprises ou de collectivités pour créer du lien et se nourrir localement… voilà le projet du Petit Pousseur, qui consolide son lancement avec une campagne de financement participatif.

Le Petit Pousseur mise sur les Potagers Urbains pour grandir

Nouvellement créée, l'entreprise Le Petit Pousseur a recours au financement participatif pour accélèrer le lancement de son offre de potagers bio auprès des entreprises, des collectivités, des maisons de retraite ou encore des restaurants du Val-d'Oise.

Ce service de Potagers Urbains assure la conception, la réalisation et l'exploitation de projets de pleine terre ou en bacs potagers. Dans l'air du temps, l'offre inclut l'accompagnement et l'animation des potagers "clients", grâce à des ateliers ludiques et pédagogiques.

Idéal pour créer du lien social, Le Petit Pousseur contribue à renforcer la Responsabilité Sociétale des Entreprises (meilleure notation environnementale) et à améliorer la Qualité de Vie au Travail (cohésion d'équipe, bien-être, partage…).  > Aider le projet

A partir de 50 m2, Le Petit Pousseur fournit les consommables (plants, semences…) et les équipements indispensables. Le coût pour l'entreprise débute à 3€ le mètre carré cultivé par mois, tandis que les "maraîchers en herbe" profiteront de leurs récoltes.

Beaucoup de terrains sont peu utilisés. Ils pourraient contribuer à nourrir la population locale. J'ai décidé de développer mon entreprise prioritairement dans le Val-d'Oise, pour respecter la proximité. Les plants fournis sont élevés sous serre, dans notre potager à Ézanville (95). Jean-Baptiste Lefebvre, gérant.

Une entreprise qui a bien préparé son lancement

Au-delà d'un marché porteur - le jardinage représente 7.5 Md€ en France - Le Petit Pousseur s'appuie sur les concepts porteurs d'agriculture urbaine ou de "corporate garden". Par ailleurs, le cadre réglementaire qui incite les entreprises à la RSE crée un contexte de marché favorable.

Si Jean-Baptiste Lefebvre, 37 ans, a créé son entreprise en janvier 2018, il travaille à son projet depuis plus d'un an et a su s'entourer d'un réseau de partenaires valdoisiens pour réussir son lancement : la Communauté d'agglomération Plaine vallée, les associations d'entrepreneurs Dynactive 95 et Initiactive 95, ou encore le Comité d'Expansion Economique du Val d'Oise.  > Aider le projet

Afin de tester son "business model", Jean-Baptiste a débuté la prospection il y a plusieurs mois déjà, avec de belles perspectives : une surface disponible dans une zone d'activités à Domont, une friche à transformer en terrain partagé à Écouen, ou encore un jardin sensoriel en projet face à la gare de Garges-Sarcelles…

Le financement participatif pour faciliter les premiers mois...

En pleine phase de lancement, la trésorerie constitue le nerf de la guerre pour le Petit Pousseur, afin de supporter le temps de la prospection et le décalage des paiements par les entreprises.

Pour sécuriser son lancement, Jean-Baptiste Lefebvre a décidé de solliciter le soutien local, par l'intermédiaire de Tudigo, une plate-forme de financement participatif qui privilégie la proximité. Idéal pour assurer la contrepartie aux soutiens financiers des internautes, sous forme de plants, de terre potagère ou de bacs potagers.  > Aider le projet

Les objectifs de la collecte sont atteignables : 3.000 euros permettraient de rembourser les aménagements du potager, 6.000 euros permettraient de financer un véhicule et son marquage, 8.000 euros permettraient d'embaucher tout de suite un maraîcher afin de développer l'entreprise plus rapidement.

Le Petit Pousseur - 8 bis rue Colbert - 95460 Ezanville

Partagez sur…

Newsletter

Recevez gratuitement nos Newsletters