En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Protéger les captages en amont pour soulager les réseaux

Eau potable : des réseaux en mutation Actu-Environnement.com - Publié le 08/05/2017

A l'heure où les micropolluants inquiètent, les distributeurs d'eau sont sommés de fournir une eau pure. Les métropoles françaises mènent une lutte systémique pour parvenir à dépolluer l'eau en amont, d'autant que cela leur revient moins cher.

Eau potable : des réseaux en mutation  |    |  Chapitre 4 / 7
Environnement & Technique N°369 Ce dossier a été publié dans la revue Environnement & Technique n°369
[ Acheter le numéro | S’abonner ]
En matière de protection des captages, la France est en retard, mais les distributeurs d'eau se sont saisis des enjeux. Que ce soit à Bordeaux ou à Paris, les métropoles françaises soignent la gestion des rivières et des sources souterraines. Les territoires protégés s'agrandissent autour de la capitale et les contrats avec les agriculteurs se multiplient. Pour la période 2016-2020, Eau de Paris vise ainsi l'objectif de 3.500 hectares en cultures bio et l'acquisition de 200 hectares supplémentaires dans les zones de captage. Un effort qui pourrait s'en ressentir sur le coût de la dépollution.

Confrontés à une hausse des coûts de la dépollution, les collectivités et leurs délégataires ont davantage intérêt à prévenir qu'à guérir. "Chaque année, estime Laurent Roy, directeur de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse, dans un entretien à la Gazette des communes, les pollutions par les pesticides et les nitrates imposent aux ménages français des surcoûts de dépollution de 400 à 700 millions d'euros, répercutés sur leur facture d'eau".

Aux sources de Grenoble, 2.300 hectares sanctuarisés

En matière de protection préventive de la ressource, Grenoble (Isère) fait figure d'exemple emblématique. L'eau de Grenoble prend sa source dans les Ecrins et s'infiltre dans la nappe alluviale du Drac. La société publique locale Eaux de Grenoble Alpes la capte à Rochefort, au sud de la ville. Le site de captage de Rochefort est entouré d'un périmètre de protection de 2.300 hectares. Il s'agit d'un des plus grands champs captant d'Europe, avec une eau distribuée sans traitement. Cent cinquante cinq hectares sont clôturés et surveillés 24 heures sur 24 par un agent posté la nuit et des agents d'astreinte. La qualité est contrôlée quotidiennement à la source par un laboratoire sur le site. L'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse considère le site de captage de Rochefort comme l'une des ressources les mieux protégées et d'intérêt régional par son abondance et sa qualité pour la région Rhône-Alpes.

Contrats avec les agriculteurs et chasse aux micropolluants

Pour alimenter en eau la capitale, les territoires d'intervention d'Eau de Paris couvrent cinq régions et douze départements et recouvrent une surface d'environ 240.000 hectares. La moitié des ressources est issue de la Seine et de la Marne, l'autre moitié d'eaux souterraines prélevées jusqu'à 150 km autour de Paris. Sur le territoire des sources, les actions renforcées depuis 2007 sur les captages pilotes ont conduit à un engagement significatif des exploitants agricoles dans les actions portées par Eau de Paris. Cela passe notamment par la contractualisation de mesures agro-environnementales avec l'Etat qui propose un accompagnement financier de l'agriculteur pour le changement de son système de production.

Depuis 2007, les surfaces cultivées en agriculture biologique ont été quasiment multipliées par 7 pour atteindre 2.100 hectares sur l'aire d'alimentation des sources de la vallée de la Vanne (Yonne). Soixante quatre agriculteurs du bassin des sources de la Vigne (Eure-et-Loir) étaient engagés en 2015 dans une démarche de réduction de l'utilisation d'engrais et de pesticides ou de mise en herbe de surfaces stratégiques, ce qui représente 5.162 hectares et quasi un quart de la surface agricole du bassin. Mille cinq cent quatre-vingt-dix hectares et 15 agriculteurs sont également engagés dans de fortes réductions d'usage des pesticides sur l'aire d'alimentation des sources de la Voulzie (Seine-et-Marne).

Innover pour protéger

A Bordeaux Métropole (Gironde), Lyonnaise des eaux, qui entend "placer l'innovation au cœur de sa stratégie", est partenaire de projets de recherche initiés avec des acteurs de l'agglomération bordelaise. Elle a choisi de pérenniser ces partenariats et d'en initier de nouveaux en créant le LyRE "Lyonnaise Recherche", un centre de recherche et développement implanté dans le campus bordelais. Parmi les recherches en cours, le programme "Regard" de recherche local sur la pollution des milieux aquatiques par les micropolluants vise à caractériser la pollution associée à quatre sources d'émission (pluviale, domestique, industrielle et hospitalière) étudiées en parallèle ainsi qu'à proposer une hiérarchisation des risques vis-à-vis de l'impact de cette pollution sur la qualité des milieux aquatiques.

Agnès Sinaï

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Environnement et technique

Dossier Eau potable : des réseaux en mutation

Retrouvez le dossier "Eau potable : des réseaux en mutation"
à la une du n° 369
Acheter ce numéro S'abonner