En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Financement : les collectivités en première ligne

Energies renouvelables : une place grandissante dans l'économie française Actu-Environnement.com - Publié le 18/09/2017

Les collectivités territoriales sont de plus en plus nombreuses à déployer leurs propres solutions de financement pour soutenir la croissance verte. Preuve qu'elles ont un rôle majeur à jouer dans la transition énergétique.

Energies renouvelables : une place...  |    |  Chapitre 15 / 15
Environnement & Technique HS EnR 2017 Téléchargez le Hors Série E&T spécial EnR, édition 2017
[ Télécharger le PDF gratuit | Visionner en ligne gratuit | Acheter la revue ]

Lorsqu'elle a lancé en 2011 le fonds d'investissement Eilañ dédié aux projets d'énergies renouvelables locaux (éolien, biomasse, micro-step...), la région Bretagne faisait figure de pionnière. Peu à peu, d'autres lui ont emboîté le pas comme Auvergne Rhône-Alpes en 2013 avec le fonds Oser, puis la Nouvelle Aquitaine en 2016 avec Terra Energies, qui finance notamment les installations de méthanisation.

Trois fonds régionaux en cours de constitution

Aujourd'hui, le mouvement s'accélère et de plus en plus de collectivités ou de sociétés d'économie mixte (SEM) cherchent à mettre en place des instruments financiers pour stimuler le développement de centrales solaires ou parcs éoliens sur leur territoire. En ce moment même, au moins trois fonds d'investissement régionaux sont en cours de création : Green (pour Grand Est Energies Renouvelables) pourrait naître avant la fin 2017 avec un budget cible de 10 M€, porté par la Société d'équipement du bassin lorrain (SEBL).

En Ile-de-France, la société d'économie mixte Energies Posit'if espère créer un fonds d'investissement qui pourrait voir le jour en 2018. Les Pays de la Loire y travaillent également, sans oublier les fonds sectoriels tels que le fonds énergies marines en cours de constitution en Bretagne ou le fonds CAP3RI orienté "troisième révolution industrielle" dans les Hauts de France.

Les SEM en position idéale pour les appels d'offres

La constitution de sociétés d'économie mixte (SEM) est également plébiscitée, sur le modèle de Sergies née en 2001 dans la Vienne, même si la loi de transition énergétique permet désormais aux collectivités de prendre directement des participations au capital de projets d'énergies renouvelables sans passer par des structures intermédiaires. Les SEM sont en position idéale dans les derniers appels d'offres pour l'allocation de projets d'énergies renouvelables grâce à la mise en place d'un bonus pour les projets dont 40% du financement est apporté par au moins 20 personnes ou une collectivité.

Du livret d'épargne aux obligations vertes

C'est encore rare mais les collectivités peuvent également se saisir des outils financiers que sont les obligations vertes. La Région Ile-de-France a ainsi émis en 2012 puis 2014 deux green bonds de respectivement 350 puis 600 millions d'euros. Dans les Hauts de France, le conseil régional a chapeauté le lancement d'un livret d'épargne "troisième révolution industrielle" en partenariat avec la CCI Nord de France et le Crédit Coopératif pour flécher l'épargne régionale vers les projets de développement durable.

Paris innove

Enfin, l'échelon municipal est également clé dans le développement d'une économie propre et des innovations financières commencent à émerger à ce niveau. La capitale, Paris, a par exemple initié les travaux préliminaires pour la création, d'ici au printemps 2018, d'un fonds d'investissement territorial destiné à financer sa transition énergétique. Lancé avec le soutien de la Caisse des dépôts et consignations, ce "fonds vert" a vocation à accueillir majoritairement des financements privés – la ville de Paris envisage de prendre une participation minoritaire – pour les réinvestir dans des entreprises ou des projets déployant des technologies innovantes favorisant la transition écologique dans la capitale. En publiant en mars 2017 une stratégie devant mener à la neutralité carbone à l'horizon 2050, Paris a montré la voie aux autres villes de France. La transition passera, aussi, par les communes.

Anne-Claire Poirier, Greenunivers.com

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager