En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'ADEME dresse un bilan positif des Espaces info énergie

Avec 790.000 visiteurs, en hausse de 80% par rapport à 2003, et 260.000 conseils personnalisés, dont 25% se concrétiseraient par un passage à l'acte, l'ADEME dresse un bilan très positif des Espaces Info Énergies.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
790 000 Français ont visité un Espace info énergie (EIE), soit 80 % de plus qu'en 2003. C'est ce qu'indique le bilan des « espaces info énergie » dressé mardi dernier par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME).

Sur ce total, 260 000 ont reçu un conseil personnalisé, soit une hausse de 60 % par rapport à 2003. L'ADEME estime qu'un quart des personnes conseillées individuellement « passent à l'acte » et investissent pour réduire leur consommation d'énergie.

Mis en place par l'ADEME en 2001 en partenariat étroit avec les collectivités locales, le réseau d'information et de conseil de proximité sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables compte aujourd'hui 161 EIE.

L'Espace Info Énergie informe et conseille gratuitement le grand public lors de permanences, sur les réflexes simples à adopter et les solutions à mettre en œuvre pour réduire sa consommation d'énergie et contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et notamment quel type d'équipement choisir et quelles sont les aides accordées et les déductions fiscales.

Depuis le 1er Janvier 2005, le crédit d'impôt pour les dépenses d'équipements Énergies renouvelables dans l'habitat principal est passé de 15 % à 40 %. Cette mesure fiscale accessible à tous (que l'on soit imposable ou non) est complétée par des aides locales.

Une charte signée entre l'ADEME et la structure d'accueil de l'Espace Info-Energie garantit la gratuité, la neutralité et l'indépendance des services proposés.

Un bémol toutefois, les départements d'Outre-mer ne disposent pas encore bénéficier de cet outil, et il faudra attendre la fin 2005 pour voir la situation remédiée.

Pour des études approfondies, les conseillers orientent vers les organismes, bureaux d'études ou entreprises compétentes.

Réactions3 réactions à cet article

 
réduction d'énergie mais pas pour l'Ademe

Une antenne Info Energie de l'ADEME se situait rue des couronnes dans le XX dans un ensemble urbain des années 60. Beaucoup de baies vitrées, des structures métalliques et simple vitrage. Info Service proposait des conseils alors qu'eux mêmes n'essayaient pas de réduire les pertes d'énergie dans leurs locaux de la rue des Couronnes. Il est vrai qu'une copropriété n'est pas facile pour négocier mais l'Ademe aurait pu justement apporter son aide. Non ils ont préféré partir. Les habitants du "Pressoir", nom de la résidence, continuent donc à chauffer l'été (cf canicule 2003) et avoir froid l'hiver...

Dédé | 26 mai 2005 à 11h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Maisons bioclimatiques en Bretagne

Bonjour,

Je signale à l'Ademe que j'ai fait une maison bioclimatique au début des années 80 / Je l'habite depuis 21 ans, avec grande satisfaction.

Dernièrement j'ai été sollicité par une Organisation (Riaq) du Québec pour expliquer ses modalités à un groupe d'élèves d'une école de Montréal : (téléconférence)

http://gpvriaq.ca/site/gpv/default.ntd?sort=2.10

D'autre part, sur le site Alter Monde de l'Est, vous pouvez avoir d'autres informations :
http://www.rimouskiweb.com/rame/

Cliquer sur Dossiers/puis sur
"des solutions en énergie" et enfin sur Maisons bioclimatiques.

Vous pourriez voir si mes arguments pourraient être également utilisés en France.

En cas de besoin, je me mettrai à votre disposition : téléphone 02 97 63 10 94 ou e-mail, ou skype.

Sentiments distingués Pierre le ny

Pierre LE NY | 02 juin 2005 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Réglementation, dérèglementation des EP

Bonjour,
A propos d'environnement, je me butte régulièrement à des réglementations aujourd'hui absurde, il est temps que votre agence prenne le taureau par les cornes. Il est anormale, lorsque l'on parle de récupération des eaux de pluie, que des sociétés tel que la SAUR, l'OZONE, les sociétés gérants les systèmes de réseaux d'eaux vannes, exigent encore de combler les fosses après un branchement au réseau collectif. Pour 555€ de remplissage de fosse avec du sable, on peut largement s'offrir une moto-pompe et alimenter un réseau (secondaire de WC, robinet de puisage, lave-linge).
A ce propos, dans les plaquettes de l'ADEME ou les dossier de demande de permis, il devrait être clairement demandé (voir imposé) la réalisation ce type de réseaux "secondaire". Evidemment les taxes prélevées sur l'eau potable manqueront et devront être reportées sur les impôts locaux, soyons logique!...
Votre agence de développement durable et environnemental devrait exiger une fois encore, tel que les vignettes sur les paquets de cigarettes, la présence dans TOUS véhicules à explosion de l'inscription suivante sur le tableau de bord et en grand; "L'utilisation de ce véhicule nuit gravement à la planète".
Il n'y a pas de droit d'auteur... j'aime ma planète et je souhaite que mes enfants y vivent heureux et encore avec de nombreuses générations.
Bon courage et à bientôt peut-être. Yoyo.

yoyo | 02 juin 2005 à 15h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager