En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La mise en place d'un Mécanisme International d'Expertise Scientifique sur la Biodiversité a débuté

Idée proposée lors de la conférence internationale sur la biodiversité de Janvier 2005, la création d'un groupe d'expert mondial sur ce domaine a débuté. La première réunion du comité de pilotage s'est tenue hier et aujourd'hui à Paris.

Biodiversité  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Le Comité de Pilotage International pour la mise en place d'un Mécanisme International d'Expertise Scientifique sur la Biodiversité (IMOSEB) a tenu, hier et aujourd'hui, sa première réunion au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris.
Cet IMOSEB, lancé sous l'impulsion du Président de la République, Jacques Chirac, lors de la Conférence de Paris sur la biodiversité en janvier 2005, a pour objectif de rassembler des scientifiques de haut niveau au sein d'un réseau mondial d'expertise sur la biodiversité. À l'instar du Groupe international sur le changement climatique créé en 1988 (GIEC), il permettra d'estimer les conséquences des changements globaux de la planète en matière de diversité biologique.

Cette première réunion avait pour objectif essentiel le lancement officiel du Comité de Pilotage International (CPI) qui doit mener les réflexions nécessaires à l'établissement de l'IMOSEB. Elle a permis également de consolider les principes de mécanisme d'expertise et de recueillir les premières propositions d'axes de travail. Ce CPI est composé de scientifiques de différentes disciplines et nationalités, d'institutions, de gouvernements et de représentants de la société civile, tous concernés par la biodiversité. Il a été créé pour mener une consultation internationale en vue de définir le rôle de l'IMOSEB, son champ d'action, ses relations avec les conventions internationales, les acteurs qui rentreront en jeu, le budget et le financement, etc.
Les conclusions de ces travaux ne seront connues et présentées qu'à la 8ème conférence des Parties de la convention sur la biodiversité, organisée à Curitiba au Brésil en mars prochain.

Néanmoins lors des séances plénières, les experts ont rappelé l'urgence de la situation en ce qui concerne la biodiversité : l'UICN prévoit, entre autre, la disparition d'un mammifère sur quatre, d'un amphibien sur trois et d'un quart des conifères. Certains experts ont évoqué la nécessité d'impliquer les gouvernements et de les mettre devant leurs responsabilités. Protéger les aires naturelles ne suffit plus, il faut agir ! D'autres interpellent sur l'absence d'informations scientifiques suffisantes pour aider à la prise de décision des politiques. Le but de l'IMOSEB serait donc à terme de regrouper l'information scientifique pour éclairer et accompagner les processus de décisions, de valider des scénarios, d'envisager des solutions et surtout d'informer l'opinion publique sur les enjeux et les conséquences des bouleversements annoncés.

François Goulard, Ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, a réaffirmé son engagement et celle du Gouvernement : la dimension scientifique, par ses valeurs, son objectivité, doit prendre la première place dans la réflexion qui nous anime. Sans elle, il n'y a pas de décision éclairée, pas de politique fondée. Il a également souligné la nécessité de renforcer l'effort de la recherche, notamment dans le cadre de la Stratégie nationale pour la biodiversité qui sera prochainement présentée en Conseil des Ministres par Nelly Ollin, Ministre de l'Ecologie et du Développement durable, et a annoncé un accroissement des moyens qui seront consacrés en 2006 au programme thématique « biodiversité » de l'Agence nationale de la recherche.
Et les axes de recherche ne manquent pas. Les naturalistes estiment qu'ils ont déjà identifié plus d'1.750.000 d'espèces différentes : 950.000 insectes, 270.000 plantes, 20.000 poissons, 10.000 oiseaux et 5.000 mammifères. Mais le nombre total d'espèces qui restent à découvrir pourrait atteindre probablement entre 10 et 18 millions.
Le célèbre naturaliste Jean-Marie Pelt tente d'alerter l'opinion publique en expliquant que certaines de ces espèces risquent de disparaître totalement avant d'avoir été découvertes. C'est une perte de savoir incontestable !
D'autre part, beaucoup d'incertitudes planent encore sur les causes de la vague d'extinction que subit la planète. Même si certains scientifiques énoncent des hypothèses, le fonctionnement des écosystèmes est si complexe qu'il est encore difficile de comprendre les interactions qui existent entre les êtres vivants et leur milieu. Pourtant mieux comprendre c'est savoir mieux protéger.

Parmi ces espèces menacées, il ne faut pas oublier l'Homme. Cette disparition des espèces vivantes, outre les pertes éthiques et culturelles qu'elle représente, risque de conduire comme commencent à le démontrer des expériences scientifiques, à la dégradation ou la disparition des fonctions et services que la biodiversité « rend » à l'espèce humaine : son bien-être, sa santé, ses activités économiques, ses modes de vie et à terme sa survie. En 2005, une synthèse menée à l'échelle mondiale par plus d'un millier de scientifiques (Millenium Ecosystem Assessment) a révélé combien l'ampleur de ces modifications pouvait toucher directement ou indirectement le bien-être de l'espèce humaine et notamment les populations les plus pauvres.

Réactions5 réactions à cet article

 
baratin

la création de cette commissionest une vaste fumisterie. Trouvez y un expert, un entomogiste, un naturaliste. Aucune thèse sur la biodiversité n'est financé. Les musées d'histoire naturelle s'écroulent dans l'oubli. la faune et la flore ont été évincé des programmes scolaires. Comme beaucoup, moi, étudiant naturaliste cherche à me convertir .... dans le commerce d'insecticides ....

collembole | 23 février 2006 à 04h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:baratin

je salut cette initiative et desirs bien intrégrer pour apporter ma contribution à la sauvegarde de notre biodiversité.
jean semki
kinshasa

jean semeki | 23 février 2006 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:baratin

Oui c'est du baratin qui coûte cher. Le budget du Ministère de l'Environnement ne cesse de réduire. Les associations qui sont actives sur le terrain ont bien des difficultés à trouver des financements même avec des projets reconnus très intéressant.
Il faut se dire que ce ne sont pas toujours ceux qui parlent le plus et font plus de bruit qui sont les plus efficaces, au contraire.

Astral | 24 février 2006 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:baratin toi meme

toute initiativea au moins le merite d'exister et d'etre lancé
en s'informant un peu sur ce "mecanisme" et ses relations , on voit au moins qu'il peut essayer de faire bouger les choses

fumisterie, vaste blague etc..... pffffff

100_show | 24 février 2006 à 19h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Critique, critiques…

Comme toujours, il faut de tout pour faire un monde : des avis favorables, et des avis défavorables.
Cela dit, si des commissions comme celle-ci coûtent cher, elles ont au moins le mérite d'exister, ce qui n'était pas le cas il y a une trentaine d'années, époque où les étudiants n'avaient pas la chance d'être "étudiants naturalistes" à moins d'avoir au minimum le niveau Math Sup.
De même, les conférences comme Rio et Kyoto coûtent cher, mais elles permettent de mettre le doigt sur ceertaines blessures : quel très grand pays, le plus grand pollueur de la planète, a refusé de signer les accords de Kyoto ? Les États-Unis, bien sûr, où l'argent est roi. Cela n'a rien d'étonnant si l'on réfléchit un peu.
Donc, cher étudiant naturaliste (en soi, cette appellation ne veut rien dire : que faites-vous ?), poursuivez vos études (en apprenant si possible à écrire en français…!), et tâchez d'envisager d'autres débouchés que les insecticides car ils coûtent encore plus cher à la planète qu'une conférence : il y a dans le monde une foule de pays qui demandent des gens formés comme vous, et il est vrai qu'en France, les ouvertures sont étroites. Il est vrai aussi que chez nous, peu de gens s'intéressent aux collemboles, ces petits insectes primitifs qui façonnent notre sol, si je ne m'abuse. Faites donc un tour au service d'entomologie du Muséum national d'histoire naturelle, rue Buffon à Paris. Vous y rencontrerez des fadas de collemboles qui pourront peut-être vous aiguiller. À moins que vous n'y soyez déjà…
À vous de faire preuve de talent et d'imagination et, avant de critiquer tous azimuts, proposez votre savoir à ceux qui en ont besoin. Ils sont légions. Vous ne serez pas riche, mais fier de votre travail.
Autre chose : une critique n'est positive que si elle est fondée sur des arguments solides, et que si elle apporte quelque chose en échange. Critiquer dans le vide ne sert à rien d'autre qu'à renforcer la position de ceux que l'on critique et affaiblir la cause qu'on croit défendre…

Pierre Darmangeat | 25 février 2006 à 20h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…