En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une nouvelle association Effinergie développera un label français pour la construction basse énergie

Une nouvelle association dénommée Effinergie développera un concept national de bâtiments confortables et économes en énergie, tant dans le neuf que dans la rénovation à l'image des démarches Minergie en Suisse et Passivhaus en Allemagne.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Une nouvelle association Effinergie développera un label français pour la construction basse énergie
   
En France, les bâtiments publics et privés sont, du fait du CO2 qu'ils émettent, la deuxième source de pollution atmosphérique, juste derrière les transports. 30 millions de logements rejettent chaque année dans l'atmosphère 100 millions de tonnes de CO2, en progression de plus de 15% depuis 1990 pour des raisons d'isolation insuffisante ou de chauffage mal adapté. Par conséquent, le secteur du bâtiment est une source de gaspillage énergétique majeure et constitue de ce fait un énorme gisement potentiel d'économies d'énergie.
C'est dans ce contexte que le 16 mai dernier, l'association Effinergie a vu le jour. Regroupant des collectivités locales, des banques et des acteurs de la filière du bâtiment*, cette association à but non lucratif a pour objectif la promotion des constructions à basse énergie soit des bâtiments consommant 50% d'énergie en moins par rapport à des constructions conventionnelles.

L'enjeu est de taille. Actuellement, la consommation d'énergie en France pour le chauffage atteint en moyenne 180 à 200 kWh/m2/an. La nouvelle réglementation thermique 2005 fixe à environ 85 kWh/m2/an la consommation de chauffage des logements neufs. Mais l'association Effinergie veut aller plus loin à l'image des démarches Minergie développée en Suisse et Passivhaus en Allemagne en développant un référentiel français de performance énergétique des bâtiments neufs ou existants. Les seuils de performances à atteindre selon ce standard vont être définis précisément dans les prochaines semaines. Cependant on peut d'ores et déjà pressentir que l'objectif de consommation ciblé par Effinergie sera d'environ 40 à 50 kWh/m2/an en moyenne nationale pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire. Les exigences seront déclinées et différenciées entre le neuf et la rénovation et les types de bâtiment d'une part, et selon les zones climatiques d'autre part pour tenir compte des spécificités climatiques des régions.
Face à l'émergence de nombreuses initiatives régionales, ce label franco-français doit permettre de donner une meilleure visibilité au grand public et à l'ensemble des professionnels grâce à un label uniforme fédéré sous une marque identifiable et reconnue.

Malgré les risques de chevauchement et de confusion avec d'autres labels comme ceux découlant de la réglementation thermique (HPE et THPE), l'association se veut rassurante : Effinergie ne se place pas en concurrent de l'action des pouvoirs publics, mais souhaite au contraire pleinement contribuer à accompagner et favoriser l'émergence en France d'une politique de promotion de la très haute performance énergétique. Les membres fondateurs sont définitivement disposés à étudier avec les pouvoirs publics comment intégrer de façon cohérente et synergique Effinergie dans la politique nationale de labellisation, aux côtés des labels HPE et THPE.
Dans tous les cas, il est prévu que l'initiative Effinergie fasse l'objet d'une certification : l'objectif sera de faire reconnaître et enregistrer la référence par une organisation neutre impartiale.
L'association EFFINERGIE se donne pour principal objectif de faire circuler l'information et surtout de former, sensibiliser et transférer la connaissance sur les économies d'énergie au profit de tous les acteurs de la construction et de la rénovation.
Dans un avenir proche, l'association doit préciser les niveaux de performance à atteindre dans chaque région et pour chaque type de bâtiment que ce soit les maisons individuelles, les immeubles collectifs, ou les bâtiments non résidentiel. Ces niveaux de performance spécifieront les besoins de chauffage, ventilation et climatisation mais également production d'eau chaude sanitaire et éclairage des locaux. Ils seront exprimés en KWh/m2/an et en bilan CO2. L'association prévoit également de définir des combinaisons de techniques constructives qui permettraient d'atteindre ces niveaux de performance pour chaque type de bâtiment et chaque zone climatique.


* La Région Languedoc-Roussillon, le CEFIIM, la Région Franche Comté, l'AJENA, la Région Alsace , Rhônalpénergie-Environnement, le collectif isolons la Terre contre le CO2, la Caisse des dépôts et consignations, le CSTB.

Réactions23 réactions à cet article

 
Bravo!

C'est grâce au salon de la maison en bois d'Angers que j'ai découvert Effinergie. J'ai été frappée à ce sujet par l'extraordinaire succès du salon. On sent que ce ne sont plus des voix qui clament dans le désert, mais une véritable prise de conscience, un réseau de professionnels, de la communication qui se mettent en place et on ne peut que s'en réjouir.
Merci de vos efforts .

enna
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Enfin !

Pierre, vous dites : "conçues pour ne pas durer". Je vous trouve encore bien trop bon avec nos constructeurs nationaux (qui 9 fois sur 10 ne sont d'ailleurs que des entreprises commerciales vouées à faire de la marge sur le dos des artisans). Dans votre phrase, c'est le mot "conçues" qui me gène. Conçues pour ne pas durer sous-entend une volonté de conçevoir un produit donné pour une durée de vie donnée (courte en l'occurence). Cela implique de connaitre parfaitement les caractéristiques des matériaux, de choisir les mises-en-oeuvre qui permettront au moindre coût de tenir la durée nécessaire, etc. C'est ce que font tous les fabricants de produits industriels.
Or les "constructeurs" de maisons font tout sauf "concevoir" leurs maisons. Ils en sont bien incapables ! Pour faire un minimum d'ingénierie, encore faut-il un ingénieur. Et un ingénieur, ça coûte cher quand on économise déjà sur l'épaisseur de l'isolation pour être moins cher que le moins cher. Ils font donc simplement au moins cher, en tirant sur tout (et surtout sur les entreprises qu'ils font passer sous leurs fourches caudines) de manière à engranger le maximum de marge. Et les assurances se débrouillent avec le reste !
Ou sinon, comment expliquer qu'une maison clés en mains en Suisse, d'un niveau de qualité 10 fois supérieur à ce que vous ne trouverez jamais en France, et une consommation d'énergie deux ou trois fois inférieure à la moyenne française (je ne parle même pas de MINERGIE), toute équipée, avec cuisine, cheminée, VMC double flux, revêtements de sols et j'en passe, arrive désormais à être moins chère que son homologue française pleine de vide, pour laquelle vous n'avez comme seule garantie que celle de pouvoir vous payer un avocat avec l'argent de l'assurance ... le jour où la maison vous sera DEJA tombée sur la figure ?
Les constructeurs ont dressé pendant des décennies le consommateur français à ne pas poser de questions embarassantes et se targuent aujourd'hui d'être, soit-disant, les seuls à travailler "honnêtement" dans le respect du contrat de construction alors que ce contrat leur a été imposé par l'état pour freiner leurs vélléités de plumer tout ce qui passait à leur portée. Faux ? Alors comment se fait-il que la réputation de la construction soit ce qu'elle est , que les assurances soient aussi chères et que beaucoup préfèrent encore bricoler leur maison eux-mêmes plutôt que de se faire plumer.
Si nous étions le pays de Cocagne que l'on nous vante, comment se fait-il que les constructeurs étrangers (Allemands, Suisses, Autrichiens, ...) que j'ai rencontré et à qui j'ai tenté de montrer l'intérêt de venir s'implanter en France où tout est à faire en matière de construction m'aient tous sans exeption répondu : "Mon pauvre Monsieur, que voulez-vous que nous venions faire chez vous ? Nous avons mieux à faire ailleurs !" Eux sont parfaitement au courant de l'état du marché français. Les lobbies français de la construction aussi, qui eux savent parfaitement que rehausser le niveau d'exigence de qualité de la construction au niveau européen serait signer l'arrêt de mort de la majorité des "constructeurs français" qui, eux, ne savent même pas ce qui se passe dans la ville d'à côté. Je n'ai rien contre les maçons, mais essayez de leur demander ce qui se passe ailleurs en Europe, juste pour voir !
Ailleurs en Europe, la construction de maisons est du domaine de l'industrie (autant en ce qui concerne les quantités produites que le niveau d'ingénierie général). En France, nous en sommes encore à l'artisanat pur et dur. Ce n'est donc pas par la seule magie d'un label que nous allons rattraper trente ans de retard sur nos voisins, qui, eux, ne nous attendrons pas. On ne transforme pas plus d'un coup de label magique un maçon en chef d'industrie qu'un mecano en constructeur de voitures.

Nous ne pourrons cependant pas feindre encore longtemps d'ignorer l'augmentation du niveau d'exigence de la clientèle (en corrélation directe avec la possibilité qu'elle a désormais de s'informer sur ce qui se passe ailleurs grâce à Internet), la sévérisation à venir des lois et normes sur les consommations d'énergie dans un premier temps puis probablement sur la qualité écologique dans un deuxième temps. Mais c'est bien parce qu'il est de notoriété publique que le bâtiment est incapable d'effectuer cette révolution dans un délai aussi court que tout le monde freine des quatre fers. Jusqu'ici donc, tout va bien, comme disait le type qui avait sauté sans parachute. Plus dure sera la chute, lorsque nous verrons débarquer tous les constructeurs européens dans un pays à conquérir.

Alors Goulven, jeune et plein de motivation ? Tu as raison. On pourrait penser que tout est perdu. Je pense qu'au contraire tout est possible. Tout est à inventer, tout est à construire. Il n'y a pas de places "à prendre", mais des places à créer. Pas de rente de situation acquises. Dans le bâtiment comme ailleurs les leitmotiv devront devenir :
- ouverture sur le monde (pour éviter de réinventer la lune et de se faire prendre de court - le sempiternelle rengaine : Je ne savais pas. ON ne m'avait pas dit" - Ce qui au demeurant est un scandale : mais que fait le gouvernement ? Rien. Comme ses administrés).
- modestie (parce que se croyant le peuple le plus intelligent de la terre, il y a longtemps que le Français croyant faire éternellement la course en tête, a depuis longtemps arrêté de pédaler).
- curiosité (parce que les bonnes idées et les infos intéressantes n'effleurent que ceux qui font l'effort de garder les yeux grands ouverts et les sens toujours en éveil).
- persévérance et abnégation (car tout ne sera pas rose tous les jours. Notre société n'aime pas ceux qui essaient de lever la tête au dessus du troupeau, le plus vindicatif en l'occurence étant ... le troupeau lui-même).
Moyennant quoi vous avez une chance de vous faire une place au soleil. Demain ? Non. Après-demain.

Un conseil ? Plutôt un ordre si vous tenez à vous construire un avenir en France ET dans le bâtiment : Prenez vos cliques et vos claques et payez-vous un tour d'Europe de deux ou trois ans de la construction. Au retour, vous vous rendrez compte que vous n'auriez strictement RIEN appris ici. Mais méfiance : accoutumance garantie et retour en arrière impossible. Pour espérer gagner, il faut se battre avec les mêmes armes que vos adversaires et ils ne vont pas vous les apporter sur un plateau. Allez les prendre chez eux.

En ce qui me concerne, je n'ai AUCUN scrupule à travailler avec des partenaires étrangers. C'est ma façon personnelle de faire modestement ma part d'éducation de la clientèle française. Et lorsqu'ils repartent chez eux, une petite partie de leur savoir reste ici. C'est toujours ça de pris !

@ Goulven encore :
Nota : je vous sens hésitant dans votre analyse de la construction. Si je puis me permettre, ne confondez pas :
- bioclimatique : l'art de concevoir une maison en prenant en compte - entre autres - des apports solaires passifs.
- efficacité énergétique : une maison peut être très peu consommatrice d'énergie sans être bioclimatique, les apports de chaleur étant apportés par un moyen de chauffage technique.
- écologique: une maison à faible consommation peut-être construite en béton ou en bois traîté et isolée avec de la laine de verre et peut donc très bien ne pas être du tout écologique.
Ces trois visions sont interdépendantes mais pas liées. Attention donc au contenu des mots et surtout des concepts.
Le label EFFINERGIE, tout comme les labels suisse MINERGIE et allemand PASSIVHAUS ne se préoccupent, comme l'indique leurs noms, que d'efficacité énergétique. Ils ne sont pas en eux-mêmes garants que la construction sera réellement bioclimatique ni écologique (et il n'existe pas de labels pour cela).
Bon vent.

Suzzarini JF
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Enfin !

Ca bouge enfin ! Mais ce label permettra-t-il pour autant de rattraper le train de l'Europe? Il ne suffit pas en effet de créer un label pour que comme par enchantement tout se mette en marche. Ce n'est pas le label MINERGIE qui a créé le marché Suisse de la maison à basse consommation ni le label Allemand PASSIVHAUS qui a créé celui de la maison passive dans ce pays. Ils ont participé à l'émergence de ces marchés et n'ont été suivis que parce que ces pays avaient déjà une culture du bâtiment qui leur a permis de les intégrer sans douleur. Essayez de trouver en France un constructeur capable de construire une maison passive ! Essayez de trouver un bureau d'étude français qui maitrise le concept de maison passive et qui veuille bien passer du temps à calculer autre-chose que la conformité à une RT qui a 20 ans de retard. Essayez de trouver un fabricant de VMC double flux à récupération de chaleur et de puits canadien. Essayez maintenant de trouver des entreprises qui aient la culture nécessaire pour se lancer dans ce type de réalisation (Nous, on met 100mm de laine de verre et des fenêtres en plastique et on a assez de boulôt comme ça. On va pas s'emm... la vie avec vos maisons passives. Et de toute façon la VMC, ça sert à rien, ouvrez les fenêtres, etc.). Il y a autant de différence entre une construction "à la française" et une maison passive qu'entre la voiture de Monsieur Tout le monde et la gagnante des 24 heures du Mans et le petit mécano du garage du coin serait bien en peine d'imaginer ce que représente comme niveau de compétence et comme savoir la conception d'une voiture de course. Il en va de même dans le bâtiment et nous ne sommes pas près, à mon humble avis, d'avoir des entreprises de course dans ce domaine : pas les cursus de formation, pas les diplômes, pas les moyens techniques ni financiers, (allez donc visiter une usine de fabrication de maisons en Suisse ou en Allemagne et vous comprendrez ce que je veux dire), pas l'envie de se bouger tant qu'on n'y est pas obligé (on a toujours fait comme ça), des entreprises artisanales complètement atomisées, sans vision du marché ni plan marketing, ...
Ajoutons à cela une clientèle à qui on a désappris à poser des questions et qui devant l'absence de produit de qualité en est venue à acheter toujours au moins cher (le fameux prix au m2) et nous aurons une image à peu près réaliste du marché de la construction de maisons en France.
Défaitiste ? Non. Simplement réaliste. Je conçois des maisons de ce genre et j'ai assez payé (au sens propre comme au sens figuré) pour me permettre de porter ce jugement aigre-doux. J'aimerais que ce label EFFINERGIE donne des ailes à la construction française. Mais en ce qui me concerne, lorsque je propose le label MINERGIE ou PASSIVHAUS à mes clients, c'est parce que je sais pouvoir trouver en Suisse ou en Allemagne des partenaires fiables, qui ont largement fait leurs preuves et grâce auxquels je suis en mesure de tenir les promesses que j'ai faites.
Ceci dit, bienvenue à EFFINERGIE que je serai heureux "d'ajouter à ma liste" dès que possible.

Suzzarini JF | 22 mai 2006 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Effinergie

Enfin!
Une très heureuse initiative qui fait honte à la frilosité de l'ADEME, des ministères mais aussi de certaines instances du bâtiment.

La preuve aussi que les français ne sont pas aussi ringards que certains masochistes voudraient nous le faire croire.

erbé

erbé | 23 mai 2006 à 12h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Enfin !

Bonjour,
et merci pour cette réaction claire, structurée et visiblement vécue : bravo !
Comme vous dites, chez nous, nous faisons tout au dernier moment, nous rendons à Bruxelles des copies bâclées (voir la récente remise in-extremis de la liste des sites classés par le ministère de l'environnement, juste avant d'être collé et mis au piquet par l'U.E. !)…
Alors, pour l'habitat… Domaine où je ne connais rien, mais pour lequel mes yeux me servent à voir et à observer les magnifiques constructions de maisons individuelles (dame ! c'est qu'on se doit d'accéder à la propriété, même au prix d'un endettement ad vitam aeternam, pour la plus grande joie des banques), qui poussent un peu partout, enlaidissant les paysages, sans le moindre confort écologique, mal isolées, mal construites, conçues pour ne pas durer. Comme je comprends votre colère et vos doutes !
Comme disait un célèbre humoriste décédé et plagié par le premier ignard venu (Coluche pour ne pas le nommer) : « C'est pas la maison qui est chère, c'est le crédit. — Ah bon ! Tu m'as fait peur… » Toujours selon Coluche, « Maisons Machin, Cage-à-lapin … Tu payes pendant vingt ans [30, maintenant], et au bout de vingt ans, t'as une ruine et un terrain vague… »

Bon courage à vous !

Pierre Darmangeat | 25 mai 2006 à 13h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Enfin !

Bonjour et bravo pour vos commentaire instructif.
Je suis un jeune qui commence a ce confronter au système. Tant au niveau économique que éthique pour vivre dignement et en respect avec la nature.
Vos réponses me font comprendre que ce n'est pas possible de posseder une maison bioclimatique, car l'état, les entreprises de construction et les banques ne sont pas prets pour nous aider à obtenir un toit sain.
Donc quel avenir on a?
Doit-on partir à l'étranger ou subir le crash dans le mur? (système casse gueule)
Dois-je faire une formation à l'étranger pour devenir un expert en construction bioclimatique. Ou bien continuer à rêver en France.
Effinergie est un premier pas, d'une qualité supérieur à l'Ademe. Ensemble nous pouvons faire encore mieux et imposés nos conditions pour que l'écoconstruction soit banalisée.

Bien à vous
Goulven

Goulven | 25 mai 2006 à 15h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Enfin !

Merci à JF Suzzarini pour ce long développement fort instructif.

Toutefois, je me permets de vous signaler que j'ai bien précisé ne rien connaître au domanie du bâtiment. N'ayant pas les moyens d'être propriétaire d'une habitation digne de ce nom, je me contente d'être locataire dans une bonne maison en pierre en Touraine (ancien corps de ferme). Il y aurait certes des choses à revoir côté isolation et consommation d'énergie (toute nos ampoules électriques sont à basse consommation).
Je ne connais rien, mais je vois. Je vois les constructions minables qui fleurissent un peu partout dans les villages alentour et, près de chez moi, deux "maisons" neuves dont la toiture fait frémir : à la première tempête un peu sérieuse, les assurances se débrouilleront !

Ne soyez pas, de votre côté, gêné de faire appel aux entreprises étrangères : les Allemands font partie de l'Union Européenne, que je sache… Certes, pas les Suisses. Et alors ? Ne sommes-nous pas tous des Européens ? Il n'y a donc aucune honte à faire appel à eux (nos politiques nous bassinent suffisamment avec la « flexibilité » qui ne va pas dans le même sens, il est vrai, à leurs yeux), et à apprendre chez nos voisins ce qu'on ne sait pas (ou plus, ou qu'on ne veut pas) faire chez nous.

Vous avez donc parfaitement raison de conseiller à Goulven et à tout le monde de faire un petit tour d'Europe pour apprendre. N'était-ce pas, il y a longtemps le devoir du Compagnonnage ? Vous avez raison de conseiller ce qu'il y a de meilleur et de refuser d'être (justement) traités comme des lapins, même si je n'ai rien contre ces charmantes petites bêtes…

Continuez, et encore merci pour vos réflexions.
Bien cordialement,

Pierre Darmangeat.

Pierre Darmangeat | 26 mai 2006 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Enfin !

J'ai été très intéressé par tous ces commentaires instructifs. Je m'intéresse à la question de faire construire une maison individuelle, et je voudrais qu'elle intègre des solutions d'économies d'énergie, ou de gestion de l'eau.

J'aimerais avoir plus d'infos sur vos activités dans le domaine des maisons bio-climatiques (Minergie ou Effinergie)...

Je suis ingénieur, et également intéressé par l'opportunité de travailler au développement de ce type d'habitat. Pouvez-vous me communiquer des sociétés présentes sur ce marché ? (Habitat ou équipement).

Vous préconisez de faire le tour de l'europe... Avez-vous connaissance de ce type de démarche chez nos voisins Italiens ?

Arnaud | 05 juin 2006 à 19h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Enfin !

Bonjour,

Effectivement, pas facile en France de trouver des interlocuteurs pour des bâtiments économes en énergie.

Pourtant, je ne crois pas que ce soit faute de bonnes volontés.

Des gens qui ont des compétences et qui peuvent faire bouger les choses, il y en a. Mais nous sommes peu nombreux et dispersés... et puis surtout difficile de trouver des appuis financiers !!!

Personnellement, si je disposais de suffisamment de finances, il y a longtemps que j'aurais monté mon BE. Mais je ne les ai pas alors mes compétences je les mets à la disposition de BE qui préfèrent faire des calculs d'RT2000

olivier | 21 juin 2006 à 20h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Enfin !

Je viens de lire votre réponse, avec retard. A votre disposition pour discuter de tout cela. Pour ne pas encombrer le forum, contactez-moi par mail sur suzzarini.jf@imagine-homes.com

Anonyme | 21 juin 2006 à 20h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Enfin !

Bonjour Olivier,

La bonne volonté de quelque-uns ne suffira malheureusement pas face à l'inertie de la masse et face à la force des constructeurs étrangers. Mais on peut toujours y croire. En ce qui me concerne, j'ai fais quelques expériences douloureuses et je ne souhaite qu'une chose : que les-dits constructeurs étrangers déboulent chez nous avec leur gamme de produits, leurs gros moyens techniques et financiers et leurs garanties de 30 ans, et ouvrent enfin les yeux de nos concitoyens sur ce qu'ils auraient eux aussi pu avoir si on ne les avait pas mené en bateau depuis des décennies avec le "prix au m2" et le contrat de con-struction "à la française" (Ceci dit, j'ai coutume de dire qu'on a toujours ce qu'on mérite). Ce jour-là, on pourra peut-être enfin commencer à parler construction sérieuseà tout le monde et plus simplement à une frange de décalés. Mais ce jour-là également , les Français devront se mettre au boulôt, et là, ça va être dûr !

Suzzarini JF | 21 juin 2006 à 20h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Enfin !

Sans doute, tu as raison.

En tout cas, moi je suis prêt à me mettre au boulot !

D'ailleurs n'hésitez pas à me contacter, si vous vous poser des questions sur l'énergie dans le bâtiment, sur le puits provençal, ou si vous aussi avez des projets dans ce domaine.

Vu que mon lien HTML a été refusé tout à l'heure, je ne sais pas trop comment on peut se contacter... Oh tentez donc une recherche google avec "docsmartinez"

olivier | 21 juin 2006 à 22h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
+ de confort, ... - de chauffage !

Effinergie va - enfin - dans le bon sens !
Nous avons beaucoup de retard sur nos amis belges, allemands, autrichiens ou scandinaves quand à la conception/réalisation de maisons économiques en énergie.
Je prépare la construction d'une maison PASSIVE dans le 44. Mais aucun professionnel n'est référencé !!!!!!!
Si vous avez des tuyaux, merci de m'en faire part (architectes, divers pros)...ou maisons déjà réalisées.

morgalbane | 31 octobre 2006 à 18h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:+ de confort, ... - de chauffage !

Je conçois des maisons conformes aux labels MINERGIE suisse et PASSIVHAUS allemand. Je suis en Haute-Savoie. Nous sommes un peu éloignés l'un de l'autre, mais qui sait ...

suzzarini.jf | 31 octobre 2006 à 22h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Notre projet de contruction d'une maison passive

Les travaux du gros oeuvre pour la construction d'une maison passive en Alsace sont bien avancés. La question
du chauffage reste à régler. En principe un chauffage d'appoint serait suffisant, en cas de grand froid. Mais cela nous parait bien risqué, car nous souhaitons une température agréable dans notre maison. Nous aimerions connaître et rencontrer des propriétaires qui ont une expérience dans ce domaine cela afin d'éviter une installation onéreuse peu utilisée tout en ayant le meilleur
confort
Par avance merci pour votre réponse

frangas | 26 décembre 2006 à 22h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Notre projet de contruction d'une maison passi.

bonjour
je viens de voir votre message écrit en décembre dernier et je me dis que votre maison a bien avancé depuis.
Originaires d'alsace et très intéressés par la construction d'une maison passive, nous avons un peu de mal à trouver des infos sur les architectes alsaciens spécialisés dans ce domaine.
auriez vous qq conseils à partager ?
merci d'avance

isa | 02 juillet 2007 à 21h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Enfin !

Bonjour Rodolphe,

A vrai dire depuis l'époque où j'ai laissé ce message, de l'eau a coulé puisque je suis à mon compte en tant que consultant en gestion énergétique et je travaille notamment sur des maisons passives... j'assiste aussi des architectes sur des projets basse consommation...
Si vous voulez en savoir plus cherchez donc "enerco" avec google je dois être la 8ème réponse ou dans ces eaux-là.

olivier | 26 juillet 2007 à 16h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Notre projet de contruction d'une maison passi.

Bonjour,

Bien que votre message commence à dater, j'imagine que vous etes actuellement bien installé dans votre maison passive. Je suis également en Alsace et vais prochainement construire, l'objectif étant de se passer de chauffage classique, je suis à la recherche d'informations, d'avis et d'expérience dans ce domaine ainsi que dans les différents matériaux utilisés et mis en oeuvre.
Pouvez vous me m'indiquer comment vous avez proceder pour votre construction? etes vous passer par un architecte spécialisé ou par un BE thermique? Y avait il une part d'autoconstruction? Quels sont les pbs que vous avez rencontrés au cours de votre démarche?

Merci de vos commentaires

americium | 26 janvier 2008 à 17h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Notre projet de contruction d'une maison pa.

Bonjour

Je suis actuellement dans la meme situation, avez vous trouver des informations et réussi votre projet?

americium | 26 janvier 2008 à 17h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Notre projet de contruction d'une maison passi.

bonjour
nous avons le projet de construire une maison passive écologique sans système de chauffage conventionnel mais avec un poêle à bois en appoint.
Nous nous posons une question (pour le moment) :
- faut il obligatoirement un bureau d'étude thermique ? l'archi que nous avons rencontré ne travaille pas avec un bureau d'étude.
merci de nous faire profiter de votre expérience.

Anonyme | 27 mars 2008 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Notre projet de contruction d'une maison pa.

Je vous conseille de faire une étude de déperditions, car même une maison passive a des déperditions et si l'on veut une température agréable il y a lieu d'y apporter les calories nécessaires. Dans le cas de notre projet il est nécessaire d'y apporter 2,7 kw de calories par -15 pour avoir 23° . Avec une pompe air eau il suffit de 1kw électrique pour y parvenir. Vous comprendrez aisément que l'appareillage électrique ou la "chaleur animale" ne suffira pas.
Ce calcul est relativement simple il suffit de prendre en compte les déperditions pièces par pièce les planchers et les combles l'aération et attention aux ponts thermiques!!
Un conseil, le chauffage au bois n'est pas le plus économique mais à coup sur le mois pratique.
Frangas

frangas | 30 mars 2008 à 12h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Notre projet de contruction d'une maison pa.

Bonjour
Nous avons tout évalué nous même
L'architecte a fait le plan pour la demande de permis suivant nos souhaits.
Nous avons également fait les calculs de déperdition, c'est très important il faur savoir ou on va car quelle que soit l'isolation il y aura toujours déperdition et la théorie de la maison passive sans chauffage à ses limites.
Frangas

frangas | 30 mars 2008 à 12h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Notre projet de contruction d'une maison.

Bonjour
Après avoir effectué des calculs de déperditions nous avons décidé d'installer un plancher chauffant au RDC et aucun chauffage à l'étage dans les chambres
La maison n'est pas tout à fait terminée mais le chauffage fonctionne depuis décembre la pompe air eau d'une puissance nominale de 2kw a tourné cet hiver au minimum de ses possibilités pour 18 ° dans le chantier!
L'isolation extérieure n'est pas encore faite
Frangas

frangas | 30 mars 2008 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager