En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

De l'eau sur Mars

La Nasa a annoncé, en basant ses conclusions sur les explorations menées par le robot Opportunity, que de l'eau avait coulé en abondance sur Mars et des conditions favorables à la vie ont pu y exister.

Eau  |    |  Actu-Environnement.com
La Nasa a annoncé, en basant ses conclusions sur les explorations menées par le robot Opportunity dans le cadre de la mission Mars Exploration Rover que de l'eau avait coulé en abondance sur Mars et des conditions favorables à la vie ont pu y exister.

Le responsable scientifique de cette mission, Steve Squyres, a précisé que : c'est le genre d'endroit qui aurait pu permettre la vie, cela ne prouve pas que la vie y a été présente.

En coulant à travers les roches de cette zone, l'eau a changé leur texture et leur composition et le robot a pu détecter les indices laissés par la présence d'eau. Les scientifiques ont pu tirer cette conclusion d'après la composition actuelle des roches, qui contiennent notamment des sulfates et d'autres minéraux se formant en présence d'eau, ainsi que de la forme de certains rochers contenant des cavités où se sont formés certains cristaux.

Le robot a trouvé une quantité impressionnante de sels à la fois à la surface d'une roche et à l'intérieur de cette roche. La seule façon pour une telle quantité de sels de se former est de se dissoudre dans l'eau avant que l'eau ne s'évapore, a expliqué Benton Clark, membre de l'équipe scientifique de la mission.

Le 10 juin dernier, Spirit s'etait s'envolé vers Mars depuis Cap Canaveral à bord d'une fusée Delta II 7925. Opportunity, qui l'avait rejoint dans sa course vers la planète rouge le 8 juillet 2003 après une longue série de reports (le décollage était initialement prévu pour le 25 juin), a quant à lui été propulsé par une version lourde du lanceur de Boeing (Delta II 7925H). Celui-ci était doté de propulseurs d'appoints montés d'habitude sur les fusées de la classe Delta III, et capables de délivrer 25 % de poussée supplémentaire.

Opportunity s'est posé le 24 janvier au coeur d'un petit cratère de Meridiani Planum, vaste plaine proche de l'Équateur. Depuis, il a consacré l'essentiel de son temps à l'Étude des fines couches de roches qui constituent les bords du cratère.
Le robot Opportunity a été précédé par son jumeau, Spirit, arrivé le 3 janvier dans le cratère Gusev. La mission des deux robots doit se poursuivre jusqu'à la fin avril.

Le robot Opportunity a consacré l'essentiel des trois dernières semaines à analyser un substrat rocheux exposé, situé à l'intérieur de ce cratère. Les scientifiques ont appelée cette roche, El Capitan. Les mesures reçues sur Terre montrent une forte concentration de soufre, détectée grâce au spectromètre à rayons-X qui équipe le robot.

M. Clark, de la firme Lockheed Martin Space Systems à Denver qui participe à la mission a précisé que la forme chimique de ce soufre paraît être du magnésium, du fer et d'autres sels de sulfate. Des éléments pouvant former du chlorure ou même des sels de bromure ont aussi été détectés.

Le géologue John Grotzinger, du Massachusetts Institute of Technology à Cambridge a expliqué que l'analyse de l'apparence de cette roche (des indentations appelées druses, de petites sphères baptisées myrtilles, une pierre grise appelée hématite et une stratification oblique) fournit des éléments indiquant la présence passée d'eau.

Le coût de la mission est estimé à environ 800 millions de dollars, répartis entre le développement des rovers (625 millions de dollars), le lancement (100 millions de dollars) et les opérations au sol (75 millions de dollars). Le prix est donc sensiblement plus élevé que celui de la mission Pathfinder (265 millions de dollars) et est sans commune mesure avec celui de Mars Polar Lander (seulement 165 millions de dollars). Elle mobilise environ 300 scientifiques et techniciens. Son centre de contrôle est situé au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena en Californie.

L 'année 2003 a été une tres belle année pour l'exploration de la planète rouge car non seulement la planète Mars a été au plus proche de la Terre la planète Mars a été au plus proche de la Terre (56 millions de kilomètres), avec tous les avantages que cela comporte, mais les conditions d'illumination en surface seront aussi excellentes.

D'un poids de 174 kg (contre 10,5 kg pour son aîné), chaque robot sera capable de traverser chaque jour une quarantaine de mètres à la surface de Mars, soit six à dix fois la distance totale parcourue par Sojourner (premier robot à gambader à la surface de Mars) pendant les trois mois de sa mission.

Spirit et Opportunity sont principalement composé d'un caisson réalisé dans un matériau composite en nid d'abeille, et isolé thermiquement par de l'aérogel, une substance dont les propriétés physiques sont telles qu'elle figure dans le livre des records. Ce caisson est recouvert d'un panneau triangulaire tapissé de cellules solaires, la plateforme, sur laquelle sont fixés cinq panneaux solaires mobiles, trois antennes et le mât instrumental. Mesurant 1,66 mètres de long pour 2,30 mètres de largueur (panneaux solaires déployés) et 1,58 mètres de hauteur (des roues jusqu'au sommet du mât), les rovers possèdent les dimensions d'une petite voiture de golf.
Chaque engin est également équipé d'un bras robotique, aussi long que son homologue humain et qui porte à son extrémité une batterie d'instruments scientifiques montés sur un barillet. Pour ses déplacements à la surface de Mars, le rover possède 6 roues de 26 centimètres de diamètre. Chaque roue possède son propre moteur et peut s'orienter dans n'importe quelle direction, ce qui autorise une grande variété de mouvements.
Les robots tireront leur énergie du Soleil, grâce à des panneaux solaires situés sur leur dos. Ces derniers, qui occupent une surface de 1,38 m2, rechargeront deux batteries au lithium. Celles-ci prendront le relais des panneaux solaires la nuit. La puissance nominale délivrée par l'ensemble sera de 900 watts heure en début de mission, pour passer à 600 watts en fin de mission.

Source : Nasa et Philippe Labrot

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…