Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pic de pollution aux particules fines sur l'agglomération bordelaise

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
L'Association agréée pour la Surveillance de la Qualité de l'Air en Aquitaine (AIRAQ) a indiqué le 28 janvier un pic de pollution aux particules fines sur l'agglomération bordelaise. Ces particules dont le diamètre est inférieur ou égal à 10 millionièmes de mètre (PM10), sont émises par un large éventail de sources, comme les véhicules roulant au diesel, les processus industriels et les chaudières domestiques. Inhalées, elles pénètrent profondément dans les poumons et sont à l'origine de graves troubles cardiaques et respiratoires.

Les conditions atmosphériques très stables et peu dispersives sont favorables à l'accumulation des polluants. De plus, les températures froides observées sont également propices à l'émission de particules (utilisation massive du chauffage...), a expliqué l'AIRAQ. La persistance de telles conditions météorologiques pourrait conduire au maintien du niveau d'information et recommandations pour les journées des 28 et 29 janvier, a prévenu l'association.

Rappelons que la circulaire relative à l'information du public sur les PM10, particules fines en suspension dans l'air ambiant, a été publiée en octobre dernier. Cette circulaire demande aux préfets de mettre en place une information renforcée du public sur les niveaux de pollution par les particules PM-10, avec des recommandations sanitaires associées lorsque les niveaux dépassent 80 microgrammes par mètre cube (µg/m3) et 125 µg/m3 en moyenne sur 24 heures.

L'AIRAQ recommande aux personnes sensibles (personnes âgées, asthmatiques, insuffisants respiratoires ou cardiaques…) d'éviter les efforts physiques soutenus en plein air (activités sportives...), de suivre scrupuleusement le traitement prescrit par un médecin et d'éviter d'aggraver les effets de la pollution par l'usage de facteurs irritants (tabac, peinture, solvant, colle...). Il est recommandé d'éviter d'allumer des feux d'agrément (chauffage au bois...), et de reporter les activités de brûlage de déchets verts. L'AIRAQ conseille également d'éviter d'utiliser son véhicule à moteur personnel. Dans le cas contraire, en voiture, il est vivement recommandé d'abaisser sa vitesse de 20 km/h en dessous de la vitesse autorisée sur les voies rapides.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager