En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transport de matières radioactives : l'information du public en question

Chaque année, 777.000 transports de substances radioactives sont réalisés en France, révèle une enquête de l'ASN. La Criirad, qui juge ce chiffre sous-estimé, demande plus de transparence.

Risques  |    |  Cyrielle Chazal Actu-Environnement.com

Une enquête de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) auprès des détenteurs et transporteurs de substances radioactives a été publiée mercredi 6 août afin de "mieux informer le public". Des associations, telles que la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), alertent de longue date les pouvoirs publics sur l'opacité régnant sur ce type de transport.

Des chiffres officiels éloignés de la réalité ?

"Chaque année, environ 980.000 colis de substances radioactives sont transportés à l'occasion d'environ 777.000 transports", conclut l'étude. Ces transports concernent l'industrie nucléaire, pour le déplacement de "combustibles neufs ou usés", de "déchets nucléaires" ou d'"outils contaminés", rapporte l'ASN. Mais les secteurs de la santé (produits radiopharmaceutiques) et des contrôles techniques (appareils de détection de plomb, gammagraphes) donnent également lieu à des transports de substances radioactives. C'est aussi le cas du domaine de la recherche non nucléaire, notamment pour les "sources non scellées utilisées comme traceurs radioactifs", détaille l'étude. Enfin, les "sources scellées utilisées pour des irradiateurs ou des appareils de contrôle de paramètres physiques" sont des exemples de substances transportées au bénéfice de l'industrie non nucléaire.

Par ailleurs, on note une grande inégalité entre les secteurs, puisque 65% des transports réalisés concernent les contrôles techniques. A l'autre bout de l'échelle, les secteurs de l'industrie nucléaire, de l'industrie non nucléaire et de la recherche non nucléaire sont source d'un nombre bien inférieur de transports (respectivement 3%, 4% et 3%).

Mais ces chiffres se basent essentiellement sur les déclarations des transporteurs et détenteurs de substances radioactives auxquels l'ASN a soumis un questionnaire, et sur des extrapolations, alerte Julien Syren, ingénieur chargé des dossiers transports à la Criirad. Dans la mesure où la quasi-totalité des colis transportés ne nécessite pas un agrément de l'ASN, le nombre réel de transports est extrêmement difficile à évaluer. En effet, environ 2% des colis requièrent un agrément, dont 0,4% contiennent de l'hexafluorure d'uranium, rapporte l'étude.

Une protection suffisante du public ?

De fait, impossible pour les citoyens de prendre connaissance de leur exposition à des substances radioactives. En-dessous de certains seuils (les seuils d'exemption), les transports se font sans déclaration ni agrément : ni l'ASN ni les autorités publiques ne sont informées.

D'après Julien Syren, les seuils de radioactivité en matière de transports sont "incompatibles" avec la réglementation en vigueur sur la protection de la santé publique. Pour les transports de substances radioactives, la réglementation fixe la limite d'irradiation externe à 2 mSv par heure au contact et à 0,1 mSv/h à deux mètres du véhicule de transport. Une exposition de plus de 30 minutes à 2 mSv/h entraînerait donc un dépassement de la limite réglementaire annuelle, souligne ce membre de la Criirad. Mais, en l'absence de contact avec le colis, "il faudrait une présence continue de dix heures à deux mètres" d'un véhicule transportant des matières radioactives pour qu'un individu atteigne le seuil réglementaire de 1mSv/an, explique l'ASN.

Plus généralement, les quantités transportées exposent le public à des doses bien supérieures à la radioactivité présente dans la nature. Ainsi, dans le cas de l'uranium 238, le seuil d'exemption est fixé à 10.000 Becquerels/kg : "En-dessous de ce seuil, il n'y a aucune obligation réglementaire", dénonce Julien Syren.

Repenser le cycle du combustible nucléaire ?

Dès lors, la Criirad se pose la question de la nécessité de ces transports à hauts risques. "Sont-ils tous indispensables ?", s'interroge l'ingénieur. Les transports de substances radioactives liés au secteur de la santé s'élèvent à 26% des transports recensés. Ce "nombre élevé de transports (…) correspond principalement aux produits radiopharmaceutiques livrés très régulièrement aux hôpitaux, compte tenu de leur courte période radioactive", commente l'ASN. S'il est pour l'instant difficile de limiter les allées et venues dans le domaine médical, quid de l'industrie nucléaire ?

Certaines zones du territoire français sont "des points de convergence du cycle du combustible", pointe Julien Syren en citant la vallée du Rhône. Pierrelatte (Drôme), Romans-sur-Isère (Drôme), Malvési (Aude) et, surtout, La Hague (Manche), premier centre mondial de recyclage de combustible usé, comptent parmi ces points névralgiques, énumère Julien Syren. Ainsi, le rapport de l'ASN chiffre à "une centaine" les transports de plutonium sous forme d'oxyde entre l'usine de retraitement de La Hague et l'usine de production du combustible de Melox, située dans le Gard.

Parmi les causes de cette affluence : l'Hexagone est "un important fournisseur de prestations", explique Julien Syren. Ainsi, sur les 19.000 transports annuels "liés au cycle du combustible nucléaire", 2.000 s'effectuent en provenance ou à destination de l'étranger ou transitent simplement par la France, ce qui correspond à environ 58.000 colis sur 114.000, rapporte l'ASN. Du fait du schéma géographique du cycle du combustible nucléaire, la population n'est pas suffisamment protégée, estime, l'ingénieur de la Criirad.

Des modes de transport plus sécurisés ?

De même, le public n'est pas informé des enjeux sanitaires liés à tel ou tel mode de transport. La route et le rail présentent tous deux des risques, rappelle Julien Syren, qui garde à l'esprit que "les réseaux ferroviaires ne sont pas complètement déconnectés de l'espace public", citant l'exposition du personnel des gares de triage ainsi que les éventuels arrêts de longue durée de ces convois. Plus simplement, il faudrait déjà interdire aux camions de stationner sur des aires d'autoroute non dédiées, et donc augmenter les contrôles, propose-t-il.

L'enjeu est de taille car, actuellement, les substances radioactives sont essentiellement transportées par la route (96%). Dans le secteur des contrôles techniques, c'est même 100% des transports qui passent par la voie routière. A l'inverse, l'industrie nucléaire a recours au transport multimodal : dans 30% des cas, les substances radioactives sont transportées par "route + mer + rail", relève l'ASN.

Enfin, Julien Syren déplore que le public ne puisse obtenir de statistiques concernant les cas dans lesquels un itinéraire non prévu a été emprunté. Au-delà du public, l'ASN n'informe ni les gestionnaire des réseaux routiers ni les collectivités locales des transports qui les concernent, précise-t-il. Par ailleurs, il se pose la question des pouvoirs de l'ASN dans le cadre de la procédure d'agrément, l'Autorité n'étant pas consultée pour l'élaboration des itinéraires que les transporteurs lui communiquent une semaine avant le transport.

Réactions5 réactions à cet article

 

Comment faire beaucoup de tapage médiatique – et faire peur – en mélangeant allègrement tous les transports de substances radioactives, du convoi de déchets nucléaires aux produits radiopharmaceutiques...

Wackes Seppi | 14 août 2014 à 18h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La CRIIRAD, cet organisme indépendant mais NON NEUTRE, a l'image de son ancienne représentante Mme Rivasi exploite a fond la main invisible de la radioactivité, comme d'habitude. preuve que l’exploitation de la peur fonctionne, il suffit de regarder l'ascension politique de Mme Rivasi et de ses prédécesseurs...

Ce passage confirme bien ce que dit Wackle Seppi :
"Par ailleurs, on note une grande inégalité entre les secteurs, puisque 65% des transports réalisés concernent les contrôles techniques. A l'autre bout de l'échelle, les secteurs de l'industrie nucléaire, de l'industrie non nucléaire et de la recherche non nucléaire sont source d'un nombre bien inférieur de transports (respectivement 3%, 4% et 3%)."

Si les lecteurs s'arrêtent au premier paragraphe, ils n'auront pas ce fait et vont imaginer des choses invraisemblables.

Combien on parie que dans les jours qui viennent ou a la rentrée on va entendre une phrase exploitant ce mélange inapproprié des chiffres et des différents produits et type de radioactivité ?

Atomicboy44 | 18 août 2014 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A quel moment parle t-on des CASTOR, les conteneurs des matières nucléaires de l'électronucléaire ? De comment ils protègent ? Du fait que, seul un dégagement thermique est mesuré par les gens qui s'enchainent sur les voie ferrées. Et encore a l'aide de caméra thermique haute capacité.
L'hexafluorure d'uranium (UF6) est faiblement radioactif, il ne faudrait pas confondre avec les isotopes de combustible irradié qui n'ont rien a voir en terme de radiations ionisantes. Et puis, quel pourcentage de la population sait ce que c'est vraiment ? Qui sait que ce n'est pas encore du combustible ??? Qui sait qu'un réacteur doit diverger avant de produire de la chaleur et de la vapeur ? Qui sait que cette divergence est lente et que cela prouve que le combustible non irradié est donc faiblement radioactif, même enrichi a 5% au lieu de 0.7% (octaoxide de tri-uranium sortant des mines) ?

Je ne parle même pas du seuil en Becquerels donné tellement il démontre la preuve de la mauvaise foi et d'une volonté manifeste de bloquer les systèmes de transports de l'électronucléaire alors qu'ils sont les plus rares et concentrés.

Est-ce qu'il parle des doses reçues par les personnels naviguant aériens ! Non. Pourtant, en 2013 encore, ce sont eux qui ont reçu la dose la plus élevée par personne de toutes les professions alors même qu'ils ne travaillent dans aucune industrie liée a une quelconque activité nucléaire. Le soleil les irradient bien plus que n'importe quelle activité humaine !

Atomicboy44 | 18 août 2014 à 19h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au fond, un article de ce genre n'a qu'un seul objectif : manipuler les masses en se servant des données de l'ASN a des fins d'ambitions politiques. Ici les ambitions de la CRIIRAD NON NEUTRE et ses représentants.

Les antinucléaires veulent tout faire, sont prêt a tout employer, y compris les méthodes de désinformation continue, au risque de mettre en jeux la démocratie (que pourtant ils disent vouloir apporter a l'électronucléaire qui serait, selon eux, dictatorial) pour arriver a leur but final : l’abandon du nucléaire.

La technologie produit pas cher ses KWh, qu'a cela ne tienne, ils vont s’immiscer dans tous les interstices, toutes les failles techniques et réglementaires pour faire en sorte que les protocoles de sécurité deviennent très couteux, même quand c'est insignifiant. Ainsi, on a même entendu le pape des couloirs de bus de Paris (DBaupin), dénoncer le faible taux de charge des réacteurs nucléaires d'EDF lors d'une commission d'enquête ! Prétextant que la technologie vieillit mal que c'en était la preuve, faisant fi de tous les taux de charges élevés du passé !

Le seul but des antinucléaires n'est pas de tuer le nucléaire, non, car ils n’auraient plus de raisons d’être, mais de faire grimper les couts et d'exploiter cela a des fins politiques !
L'erreur de croire que nous pourrons sortir du nucléaire et sortir des combustibles fossiles, ou même les deux en même temps !
L'exemple allemand ou même étasunien le démontre bien. Le 1er par le charbon et le 2nd le gaz

Atomicboy44 | 18 août 2014 à 19h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que la réglementation française est trop simple et qu'il serait pertinent d'inonder le public de statistiques sur les transports de produits radioactifs, par type de produit, de route, d'émetteur, par période etc. De quoi rendre le nucléaire encore plus transparent. Et en plus cela créerait des emplois pour payer l'armée de fonctionnaires en charge de ces chiffres. A moins qu'on ne sous-traite à la CRIIRAD ?

Plus sérieusement, une question que je demande à M. Syren de bien méditer : pourquoi s'acharner autant sur le nucléaire ? Je veux dire, sait-il combien de morts cette industrie a provoqué ?
Alors que l'énergie produite par le charbon tue 4 millions de personnes par an (source OMS).
Ce serait une bonne idée de changer de priorité, non ?

alain38 | 21 août 2014 à 20h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager