En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Concessions hydroélectriques : la France mise en demeure par l'UE

Energie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

La France s'est à nouveau faite taper sur les doigts par la Commission européenne concernant l'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques. L'institution a adressé une lettre de mise en demeure pour que les marchés publics dans le secteur de l'énergie hydroélectrique soient attribués et renouvelés dans le respect du droit de l'UE.

En cause : la législation française autorise le renouvellement ou la prolongation de certaines concessions hydroélectriques sans recourir à des appels d'offres.

La France n'est pas la seule dans ce cas. L'Autriche, l'Allemagne, la Pologne, le Portugal, la Suède, l'Italie et le Royaume-Uni sont également visés par une procédure d'infraction.

La France dispose désormais de deux mois pour répondre aux arguments avancés par la Commission. Dans le cas contraire, la prochaine étape est un avis motivé de la Commission.

En février dernier toutefois, le gouvernement avait indiqué avoir relancé le dossier de l'ouverture des concessions des centrales hydroélectriques, selon la FNME-CGT. "Comment peut-on décider de démultiplier le nombre de propriétaires des concessions hydrauliques, désorganisant ainsi le système hydro-électrique et ouvrant la boîte de Pandore aux entreprises énergétiques étrangères n'ayant que faire des besoins énergétiques de la Nation française ?", s'était alors alarmée la fédération syndicale.

Réactions3 réactions à cet article

 

On a privatisé nos autoroutes, on brade nos campagnes aux éoliennes, on brade nos aéroports ....
A quand la privatisation de la gendarmerie, de l'armée, de la justice et de la police ?
Le BREXIT, de nos amis du Royaume Uni, finalement c'est peut être pas si bête !!

Quid | 08 mars 2019 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si la France se soumet à cette injonction européenne elle mettra en évidence la totale impuissance de l'Etat face au monde de la finance et fera courir d'importants risques sur la sureté du réseau électrique français et européen ( black out qui a failli avoir lieu le 10 janvier 2019) La révolution n'est plus très loin; l'élite de la nation devrait y prendre garde à suivre

MJ Impacts | 11 mars 2019 à 15h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

l'ensemble de la filière hydroélectrique fait partie pour l'essentiel de notre patrimoine commun. La stabilité du réseau et le service public de l'énergie ce n'est ni une affaire de pognon ni de marché, ni de concurrence.
Brader à des puissances étrangères et privées un ensemble public aussi important et aussi stratégique constituerait un crime de haute trahison.

Butimage | 15 mars 2019 à 14h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…