En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

EPR de Flamanville : nouvelle mise en demeure de l'Autorité de sûreté nucléaire

Risques  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
EPR de Flamanville : nouvelle mise en demeure de l'Autorité de sûreté nucléaire

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a mis en demeure EDF de produire et de conserver les preuves de la qualification des matériels du réacteur EPR de Flamanville, par une décision du 25 février. Cette décision concerne les matériels mécaniques (pompes, vannes…) ou électriques (relais, disjoncteurs…).

"La qualification a pour objectif de démontrer que les matériels installés dans l'installation sont aptes à fonctionner dans toutes les conditions dans lesquelles ils sont utilisés (température, humidité, radioactivité…), en particulier en cas d'accident", indique l'ASN.

Cette qualification s'appuie sur des études ainsi que des essais et doit faire l'objet d'une documentation et d'une traçabilité. Or, lors de deux inspections, réalisées en octobre 2017 et décembre 2028, cette traçabilité a été jugée insuffisante par l'ASN. "EDF s'est depuis engagée à se conformer aux dispositions de l'arrêté "INB" et ses propositions d'actions sont considérées satisfaisantes par l'ASN. L'ASN a néanmoins décidé d'encadrer par une mise en demeure ces actions afin que la qualification des matériels soit démontrée dans un délai suffisant avant la mise en service du réacteur EPR de Flamanville”, indique-t-elle.

Réactions3 réactions à cet article

 

Et ça continue! Décidément, le coût réel du nucléaire apparaît, et il est prohibitif. Quand on pense que le budget de la recherche-développement est mangé aux deux tiers par le lobby du nucléaire, on ne peut qu'être inquiet pour la suite...

petite bête | 28 février 2019 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'ASN fait son boulot. C'est une non-information. C'est inutile...
Et c'est de la sûreté, donc de la pure paperasse...

@petite bête. Le budget R&D est mangé essentiellement par les banques via le CIR sous couvert de recherches en algorithmique qui servent à développer des outils pour les traders, faut se renseigner...

dmg | 28 février 2019 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au-delà de la question du (sur)coût, qu'on sait depuis longtemps minimisé par le lobby nucléaire, il est effectivement bon de rappeler que la question de la sûreté est l'autre grand enjeu sur lequel planent de nombreuses interrogations. Après l'épisode des soudures défectueuses, on ne sera jamais assez prudents, même si on sait qu'un vrai risque demeurera avec ce type de technologie. Il est tout de même aberrant de voir à quel point on continue à dilapider des milliards d'euros dans cette filière alors 1/ que les chinois nous ont déjà ravi le leadership (Taishan) et 2/ on ferait certainement mieux de se concentrer sur des moyens de production plus durables (éolien, solaire, méthanisation, EMR...).

Nico57 | 01 mars 2019 à 09h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…