En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Financement citoyen : Energie Partagée fête ses huit ans et plus de 100 projets soutenus

En huit ans d'existence, le fonds d'investissement citoyen Energie Partagée a participé au financement de plus de 100 projets renouvelables. Présent sur l'éolien et le photovoltaïque, il se diversifie vers la méthanisation, la géothermie…

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Le fonds d'investissement citoyen Energie Partagée souffle ses huit bougies. Créé dans le but d'associer les citoyens à la transition énergétique et de soutenir des projets territoriaux et non spéculatifs, il a permis d'accompagner la naissance de 102 installations de production d'énergie renouvelable. Autant de projets sont dans les cartons aujourd'hui.

Plus de 5.200 actionnaires citoyens ont rejoint le fonds en huit ans, permettant de collecter 16,6 M€. Aujourd'hui, plus de 10 M€ ont été engagés dans des projets sur l'ensemble du territoire français : parcs éoliens, toitures et fermes solaires, mais aussi unités de méthanisation, microcentrales hydrauliques, chaufferies bois…

"L'appui financier d'Energie Partagée est conditionné à la conformité du projet avec nos valeurs citoyennes et à la solidité du projet qui est évaluée avec l'aide de notre réseau d'experts des énergies renouvelables (…), explique le fonds. Nous examinons particulièrement la démarche d'animation territoriale, le mode de gouvernance, la production d'énergie et la rentabilité". L'argent placé par les citoyens est utilisé pour accompagner les porteurs de projets à réunir des fonds propres et ainsi obtenir les financements bancaires. Mais cela permet aussi aux citoyens de participer à la gouvernance du projet : "En s'impliquant auprès des porteurs de projets, Energie Partagée accède aux décisions et s'assure du bon fonctionnement des projets et du respect de nos valeurs éthiques", assure-t-il.

Des projets 100% citoyens

Les projets financés sont très divers, et parfois portés par les citoyens eux-mêmes. Ainsi, dans le Gard, une centrale solaire a été entièrement financée par 274 citoyens, unis au départ par leur combat contre le gaz de schiste. Installée sur le site d'une ancienne décharge, la centrale de 250 kW a coûté 330.000€. Dix pour cent des revenus issus de la revente de l'électricité seront fléchés vers des actions en faveur de l'environnement, s'engagent les Survoltés d'Aubais, réunis en coopérative. A Grenoble (Isère), Energie Partagée accompagne un projet porté par une centaine de citoyens, visant à déployer 100 toitures solaires sur les écoles, gymnases, cantines, entrepôts et autres équipements du territoire d'ici 2020. Douze toitures sont en service depuis fin 2017.

Les énergies financées se diversifient aussi. Energie Partagée devrait ainsi financer à hauteur de 80 % son premier projet géothermique, dans le bassin parisien. Le fonds a également participé à la rénovation et à la mise aux normes de plusieurs micro-centrales hydroélectriques, dans les Vosges ou dans le Gard.

Fin 2018, devrait être mise en service une unité de méthanisation portée par un groupe d'agriculteurs dans la Loire. En Haute-Savoie, c'est une chaufferie collective bois énergie, avec réseau de chaleur, que des citoyens ont choisi de financer pour approvisionner en chaleur renouvelable 60 logements, des bâtiments communaux (mairie, école, bibliothèque…) et deux entreprises. "Les plaquettes de bois sont fournies par une entreprise forestière locale, et issues de forêts dans un rayon de 30 km", précise Energie Partagée.

Réactions2 réactions à cet article

 

Lorsque les réalisations portent sur des panneaux solaires sur toitures existantes ou sur d'anciennes décharges d'ordures, c'est très bien. Mais lorsqu'il s'agit d'unités de méthanisation d'effluents d'élevages porcins ou bovins intensifs, de chaufferies à plaquettes de bois issues du broyage de haies anciennes, de petites éoliennes hacheuses de chauves-souris et de passereaux ou encore de microhydraulique alors que la France est à la traine pour la restauration de la continuité écologique de ses cours d'eau, cela pose clairement problème au point de vue de la cohérence écologique.
Attention donc ici aussi à concevoir des projets bien étudiés en mode multicritères, pas seulement sur l'opportunité financière et technologique. Il en va de la crédibilité à long terme, donc de la viabilité future, de projets d'énergies renouvelables portés par des citoyens.

Pégase | 08 novembre 2018 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En Allemagne, dans les sociétés coopératives, où le partage des bénéfices est sans contraintes, depuis l’an 2000, les citoyens ont investi près de 20 milliards d’euros de fonds propres, déclenchant 100 milliards d’euros de projets, et cela représente environ 25GW, soit la moitié de la puissance installée en énergies renouvelables.

En 8 ans Energies partagées n'a collecté que 16,6M€, et ne sont citées ni les rémunérations des actionnaires, ni la puissance totale installée.

En France une modification de la législation, permettant une juste rémunération des actionnaires, pourrait s’inscrire dans le cadre de la loi PACTE, afin de soutenir à la fois l'économie sociale et solidaire et aussi à financer la transition écologique, par l’orientation d’une part des 1700 milliards d’euros de l’encours total des assurances vie.

Jean-Louis Gaby_03_solaire2000 | 10 novembre 2018 à 08h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…