En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grand débat national : Emmanuel Macron annonce les questions relatives à la transition écologique

La Commission du débat public propose une série d'outils de discussions et formule des recommandations afin que cette consultation inédite ne paraisse pas jouée d'avance.

Gouvernance  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°388 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°388
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Dans sa lettre aux Français rendue publique hier, le président de la République a précisé le cadrage du grand débat national qui s'ouvrira le 15 janvier.

Les questions relatives à la transition écologique, qui constitue l'un des quatre grands thèmes retenus, ont émergé à partir des débats qui ont déjà commencé sur les ronds points, mais aussi sur une plateforme de 9.000 contributions recueillies par le Conseil économique, social et environnemental (Cese) et dans les cahiers de doléances recueillis par les maires.

Une première série porte sur le poids et les bénéfices de la fiscalité écologique, sujet sensible et déclencheur du ras-le-bol des gilets jaunes  : ''Comment finance-t-on la transition écologique : par l'impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ? Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?''

Les modalités – locales ou nationales – d'élaboration de la transition écologique sont aussi en question, reflétant la demande de politiques au plus proche des citoyens et du terrain : '' Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?''

Enfin, le président a évoqué la biodiversité, sans pour autant préciser d'où émergent les questions : ''Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l'échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?''

Emmanuelle Wargon et Sébastien Le Cornu chargés de l'animation du Grand débat

Dans un rapport sur sa mission d'accompagnement du Grand débat national publié le 11 janvier, la Commission nationale du débat public (CNDP) propose un ensemble d'outils méthodologiques comme des réunions d'initiative locales et des conférences de citoyens. La CNDP estime que ce débat constitue ''une première en termes d'échelle et de périmètre''. Elle recommande au gouvernement de préciser et s'engager clairement sur la manière dont il répondra à l'ensemble des attentes et propositions qui se sont exprimées.

A l'issue du refus de la présidente de la CNDP Chantal Jouanno de piloter le débat, ce sont Sébastien Le Cornu et Emmanuelle Wargon, respectivement ministre chargé des Collectivités territoriales et secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, qui se voient confier cette mission délicate.

Réactions3 réactions à cet article

 

Adhérente à une association environnementale, je n'ai pas été informée de cette consultation du Cese.
En revanche, de toute évidence, les associations anti éoliennes (très actives, elles inondent de leurs arguments plus ou moins faux mairies et médias) en ont eu connaissance...

Charentas | 15 janvier 2019 à 18h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonsoir ! l'énergie renouvelle constituera sans conteste l'avenir de l'organisation économique et sociale pour toute la planète.
mais cette question seule ne garantira pas son succès sans la prise en compte des problèmes du dérèglement climatique dont les atténuations des effets devraient commencer par le bassin Méditerranéen. A+

DAOUD | 15 janvier 2019 à 22h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une fois encore on cherche en vain le mot nature dans ce discours habituel .On cherche aussi tout ce qui pourrait préluder à une prise en compte des paysages .
L'écologie vue par les politiques se réduit aux questions d'énergie ,on peut alors se féliciter de voir les critiques de l' hégémonie éolienne ,elles montrent que tous les esprits ne sont pas insensibles à la beauté du territoire .

sirius | 16 janvier 2019 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…