En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Risque nucléaire : la prochaine campagne de distribution d'iode débutera fin mai

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Dans une instruction adressée le 17 janvier aux préfets, le ministre de l'Intérieur précise le calendrier de la prochaine campagne d'information et de distribution de comprimés d'iode stable aux populations habitant à proximité des centrales nucléaires. L'absorption de ces comprimés permet de protéger la thyroïde en cas de rejets accidentels d'iode radioactif, à l'origine de cancers.

L'envoi des courriers invitant les riverains à retirer gratuitement les comprimés en pharmacie est planifié pour le 21 mai. Il sera précédé de plusieurs étapes : courrier du ministère aux maires début février, information des pharmaciens concernés fin février, envoi d'un courrier d'information aux riverains début mars, réunions locales d'information à l'attention des maires et des professionnels de santé entre mars et avril.

Cette nouvelle campagne d'information et de distribution d'iode résulte de l'extension du rayon des périmètres des plans particuliers d'intervention (PPI) de 10 à 20 kilomètres autour des centrales. Les préfets sont tenus de finaliser ces plans d'urgence avant juin 2019. L'extension du périmètre des PPI conduit aussi à élargir l'information du public, à réaliser des plans communaux de sauvegarde (PCS) et à faire évoluer la composition des commissions locales d'information (CLI). Une composition qui doit être précisée par un décret en cours de finalisation. Les représentants des pays voisins seront intégrés dans les commissions des PPI frontaliers. Les présidents des conseils départementaux seront invités à désigner les membres des CLI dès le décret publié.

La précédente campagne de distribution de comprimés d'iode, lancée en février 2016, avait montré une progression des retraits en pharmacie de 12 % pour les particuliers par rapport à la campagne de 2009, portant le taux de retrait à 51 %. Les habitants qui ne les avaient pas retirés en pharmacie les ont reçus par la poste en janvier 2017.

Réactions1 réaction à cet article

 

Faut-il rappeler une fois de plus qu'il ne s'agit pas de comprimés d'iode, hautement toxique et corrosif, mais de comprimés d'iodure de potassium, très proche de notre sel de cuisine : le chlorure de sodium. Il est incompréhensible que l'Autorité de sureté nucléaire contribue ainsi à la diffusion d'une information fausse et potentiellement dangereuse. Il n'est plus de mise de prendre les riverains des centrales nucléaires pour des débiles; appelons donc les choses par leur nom.

glaudius92 | 01 février 2019 à 18h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…