En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Perturbateurs endocriniens: un documentaire sur la face cachée du droit européen samedi sur France 5

Risques  |    |  Cyrielle Chazal  |  Actu-Environnement.com

Le lobbying de la chimie et des pesticides, ennemi de la santé publique en Europe ? C'est notamment à cette question que tâchera de répondre le documentaire "Endoc(t)rinement" de Stéphane Horel, consacré aux perturbateurs endocriniens. Il sera diffusé demain à 19h, sur France 5.

Avec "Endoc(t)rinement", Stéphane Horel questionne la démocratie européenne. Alors que les dangers des perturbateurs endocriniens sont avérés, l'Union européenne peine à mettre en place une législation protectrice. Le film présente ainsi les travers d'une Europe qui ne semble pas vouloir dire "non" à l'industrie. Attaque de chercheurs indépendants, instrumentalisation de la science et conflit d'intérêt : Stéphane Horel nous présente la face cachée du droit européen.

Réactions3 réactions à cet article

 

Cela ressemble à ce que fait Wackes seppi (et d'autres)sur ce site

lio | 08 août 2014 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'après Jean Louis Thillier,

Les premiers perturbateurs endocriniens se trouvent dans nos assiettes : ce sont des phyto-estrogénes
-lentilles, soja,graines de lin,seigle,avoine orge et sarrazin et même les épinards et les choux de bruxelles
les seconds sont dans les cosmétiques, savons, produits d'entretien
et le reste provient principalement des bisphénol Aet phtalates.
La responsabilité des pesticides sont minimes face aux 100000 molécules de l'industrie chimique , qui en produit environ 1000 de plus par an !!!

Marco | 09 août 2014 à 07h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A voir les difficultés rencontrées pour cerner le problème de façon SCIENTIFIQUE on voit bien que beaucoup de choses ne vont pas. Affirmer que la dose n'est MÊME plus un critère valable est une absurdité.
Franchement qu'est-ce qu'on pourra alors faire ou décider si on considère que la dose ne peux plus être retenue?
Tous ces produits perturbateurs ont des effets qui varient beaucoup et seuls ceux qui ont été concus pour avoir cet effet en ont un trés important (> Distilben). Tous les autres ont des effets de plusieurs ordres de grandeur plus faible que l'hormone naturelle. Il est toujours surprenant de voir qu'entre l'hormone naturelle et l'e perturbateur il n'y ait, a première vue, aucun point commun. Il existe aussi les fameux phytoestrogènes qui sont aussi des perturbateurs rencontrés dans l'alimentation.
Cette notion de perturbateur endocrinien a rencontre un grand succès auprés du public, c'est vrai qu'il existe quelques molécules ayant cette propriété. Mais il faut considérer aussi les possibilité de voie d'administration = comment, sur quel scénario, imaginer la pénétration dans le corps de chaque produit?
Une partie du succès aupres du public est due aux études montrant qu'au fil du temps en France (et sans doute dans les autres pays dévellopés) le nombre de spermatozoide baisse continuement. Sans que cela ait un effet sur la natalité....

ami9327 | 11 août 2014 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager