En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les aéroports vont devoir réduire leurs émissions de gaz à effet de serre

Transport  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

La commission spéciale de l'Assemblée nationale chargée d'examiner le projet de loi sur la transition énergétique a adopté le 26 septembre un amendement imposant aux exploitants d'aérodromes la mise en place de programmes de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Cet amendement, présenté par le rapporteur socialiste Philippe Plisson, a été adopté avec l'avis favorable du Gouvernement.

"Les aéroports internationaux français sont porteurs d'emplois et d'une activité économique dynamique et importante. Ils sont également un vecteur majeur de pollution atmosphérique, qui impacte en premier lieu les salariés des plateformes aéroportuaires ainsi que les riverains. Si des améliorations techniques ont permis de réduire la pollution des avions en vol, des efforts doivent être apportés au sol, sur les plateformes mêmes, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre", précise l'exposé des motifs, qui mêle pollution de l'air et émissions de gaz à effet de serre.

Un objectif de -20% en 2025

Les programmes d'actions, qui devront être établis avant la fin 2016, viseront à réduire les émissions de GES liées au roulage des avions et à la circulation des autres véhicules sur la plateforme, à l'exception des véhicules de sécurité. L'objectif minimal de réduction est de 10% en 2020 et de 20% en 2025 par rapport à 2015. L'amendement prévoit que les programmes seront communiqués à l'Ademe qui devra en établir un bilan national avant la fin 2017.

Cette obligation ne s'appliquera toutefois qu'aux plus gros aéroports en nombre de mouvements d'avions, soit Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Toulouse-Blagnac, Nantes-Atlantique, Bordeaux-Mérignac, Lyon-St-Exupéry, Marseille-Provence, Nice-Côte-d'Azur et Strasbourg-Entzheim.

La disposition adoptée, dont les modalités d'application devront être précisées par décret, doit être examinée en séance publique à compter du 6 octobre.

Réactions3 réactions à cet article

 

Pour être plus clair on demande aux aéroports de basculer les motorisations thermiques en électrique. Autrement dit de ses débarrasser de l'ancien matériel pour en acheter du nouveau.
C'est parfaitement réalisable AUX DEPENS des USAGERS.

ami9327 | 03 octobre 2014 à 13h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au dépens des usagers ?

Vous voulez rire ! Au dépens des contribuables ! Car s'il y a des investissements lourds à consentir, on fera évidemment appel aux subventions...

« L'amendement prévoit que les programmes seront communiqués à l'Ademe qui devra en établir un bilan national avant la fin 2017. »

Pas de panique ! On planifie à l'horizon 2025... Plein de gens seront employés pour faire des programmes, l'Ademe sera occupée... Il faudra une armée de fonctionnaires (du ministère de l'écologie, ben voyons) pour contrôler le suivi... Elle n'est pas belle la vie !

Ah, j'oubliais... Comme on a détruit notre outil industriel, soit on subventionnera des entreprises déjà à la dérive, disons, en Poitou-Charentes, ou on importera...

Wackes Seppi | 03 octobre 2014 à 19h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

réduire le CO2 des aéroports, alors qu'à coté c'est le mode de transport le plus polluant qui existe.
On se poil là !!!!

Pascal | 06 octobre 2014 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager