En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Agriculture : le gouvernement annonce la création de 40 millions de m3 de retenues d'eau d'ici 2017

Eau  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Les ministres de l'Ecologie et de l'Agriculture ont présenté devant le Comité national du développement durable et du Grenelle de l'environnement le plan quinquennal de gestion de l'eau en agriculture.

"Dans la perspective du changement climatique, qui se traduira par un accroissement des besoins en eau des plantes et une tension plus forte sur les ressources, il importe de sécuriser l'irrigation pour assurer la pérennité de l'activité agricole et de réduire la pression sur la ressource en eau pour conserver voire restaurer l'équilibre biologique des milieux aquatiques", précise le communiqué de presse.

Conformément à l'annonce de Nicolas Sarkozy le 9 juin dernier lors d'un déplacement en Poitou-Charente, le plan prévoit la création de retenues d'eau, "dès lors qu'elles ne conduisent pas à une remise en cause des objectifs de la directive cadre européenne sur l'eau". Le Plan national d'adaptation au changement climatique (PNACC), présenté en juin, encourageait déjà la création de retenues collinaires. Une idée contestée par les associations environnementales, dont FNE. Au cours du premier trimestre 2012, des modifications législatives et réglementaires seront publiées afin de favoriser l'émergence et la réalisation de projets de retenues. Ces projets devraient pouvoir prétendre à des aides financières de l'Union européenne et des agences de l'eau, "à hauteur respectivement de 15 et 75 millions d'euros". Le gouvernement vise la création, dans les cinq ans, d'une capacité de stockage supplémentaire de l'ordre de 40 millions de mètres cubes.

En outre, un effort devra être réalisé par les agriculteurs pour réduire les volumes d'eau prélevés sur 14.000 hectares, en implantant des cultures plus économes en eau (soja par exemple pour développer la production de protéines végétales, à la place du maïs). Vingt sept millions d'euros d'aides européennes seront mobilisés, via le programme européen de développement rural. Un appel à projet sera lancé auprès d'opérateurs économiques pour mettre en oeuvre ces mesures.

Réactions4 réactions à cet article

 

Faire et défaire, c’est toujours travailler. Enfin ils reviennent a faire des réserves d’eau, tout cela dit en passant ,certaines réserves existées avant le remembrement de 1960, ensuite ils reviendront a la mise des fossés et des haies pour permettre le freinage de l’écoulement des eaux vers le point le plus bas ,qui est souvent un village.qui a ce jour pour certains sont inondés a peut prés tous les 4 ans Mais les anciens ne savaient pas, les grandes écoles elles savaient faire mieux.
Encore un petit exemple pour le plaisir, on a démolie les trams (vers 1960)et mis des bus et au aujourd’hui on les remet au même emplacement (les rails) cherchez l’erreur.

SAM | 18 novembre 2011 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est trés curieux que ds le cadre du PRAD Pays de Loire, il soit demandé de réfléchir à l'oportunité de ces retenues!
De plus ns avons vu passé un récent arrèté decret ou autre donnant capacité statutaire aux chambres d'agriculture de gérer ces retenues!!! Donc à FNSEA ds l'état actuel.
Ma religion n'est pas totalement faite sur cette affaire: réticences tant que ne seront pas précisees des conditions relatives à: protection nappes profondes, présevation des écoulements de surface pour assurer préservation de flux - à définir - assurant role biodiversité, alimentation des eaux de littoral, que -sais-je, y compris le ludique de l'eau. Et en même temps: de l'eau pour irrigation: destination exacte, taxes de prélevement,qui investi, gére, cahier des charges, controle...
Soyons assuré que ce sera un financement Agence de l'eau, donc taxe sur conso de l'eau, sinon impots...
Il vont ns pomper l'eau et ça me pompe l'air.
En matiere de lobbies il faut reconnaitre que l'agriculture est meilleure que les consommateurs, mais mais mais ...
A+, courage, mais c'est qq fois à désespérer

jean | 19 novembre 2011 à 13h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est dommage que quelque soit les idées suite a des réunions de responsables qui redécouvrent ce qui existé , cela ce matérialise par obligatoirement des impôts.(on en crève)
Des nouvelles taxes et augmentation du M3 d’eau dans ce cas, en France on ne sait plus rien faire sans cela. Mais cela n’empêche pas de dépenser des sommes exorbitantes sur des tronçons de route et des ponts tout seul dans la nature ,d’autres qui ne verront jamais le jour, des rond point au milieu des forets et des champs , des gares qui ne servent a rien. Quand on voit cela on se pose la question qui gère ces dépenses inutiles (car il y a quand même des responsables qui débloquent les budgets).

SAM | 21 novembre 2011 à 10h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas d'accord de taxer les citoyens pour le seul profit des agriculteurs ! Quand on voit leurs hangars permis n'importe où comme supports pour centaine de capteurs solaires qui rapportent gros, je dis qu'ils peuvent bien ceux-là, se payer leurs retenues d'eau !!! Stop !

marre -tin ! | 01 décembre 2011 à 21h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager