En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Appel d'offres éolien : la seconde vague est décevante

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°384 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°384
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Pas d'annonce en grande pompe pour les résultats du second appel d'offres éolien. Le ministère de la Transition écologique a mis en ligne la liste des lauréats sans plus de précision. Et pour cause. Alors que l'appel d'offres devait attribuer 500 MW de projets éolien, seuls 118,2 MW ont été retenus. Cinq parcs pourront se construire ou se renouveler en Auvergne-Rhône-Alpes (35,35 MW), Grand-Est (13,8 MW), Hauts-de-France (14 et 31,05 MW) et Occitanie (24 MW). Un résultat décevant qui n'étonne guère la filière. "C'est exactement ce qu'avait prédit France Energie Eolienne en juillet dernier", explique Pauline Le Bertre la déléguée générale de la fédération.

La prudence des développeurs est due à l'incertitude juridique qui perdure pour l'instruction des dossiers. De nombreuses autorisations ont été octroyées selon une procédure administrative qui n'était pas conforme. Selon le Conseil d'Etat, le préfet ne pouvait pas être compétent à la fois pour réaliser les évaluations environnementales des projets et pour les autoriser. Pour les parcs dont l'autorisation est purgée de tout recours, pas de problème. Mais pour tous les parcs dont l'autorisation est en cours d'instruction ou ceux pour lesquels l'autorisation est attaquée, la situation est corsée. Les développeurs de parcs éoliens de plus de six mâts, soumis à appel d'offres, n'ont pas osé postuler pour la deuxième vague.

L'Etat a mis en consultation le projet de décret qui donnera aux missions régionales d'autorité environnementale (MRAe) la compétence pour se prononcer sur la qualité des études d'impacts à la place des préfets. Mais il n'est toujours pas publié : "Pour que les projets avancent, il est urgent de signer ce décret", estime Pauline Le Bertre. Le troisième volet des appels d'offres se clora en mars-avril prochain.

Réactions1 réaction à cet article

 

Est-il insensé d'estimer que tout ce qui freine les projets éoliens terrestres, sauf contexte environnemental particulièrement non impactant sur les humains et les animaux domestiques; est une bonne chose ?

Et ce malgré l'avis de Negawatt dont les ténors ne sont peut-être pas "riverains" de "champs d'éoliennes".

Sagecol | 11 septembre 2018 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager