Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un collectif d'associations de Corse déclare les droits du fleuve Tavignanu

Eau  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Assisté par l'association Notre Affaire à Tous, un collectif d'associations de Corse (collectif Tavignanu Vivu, Umani et Terres de liens Corsica) a lancé, le 29 juillet, la déclaration des droits du fleuve Tavignanu. Il s'agit du deuxième fleuve de Corse. Le lancement de cette déclaration fait suite à l'autorisation d'exploitation d'un projet industriel « particulièrement menaçant pour le fleuve Tavignanu », expliquent les associations.

En avril 2021, le Conseil d'État a en effet validé l'autorisation d'exploiter de l'entreprise Oriente Environnement qui prévoit de construire un centre de traitement et d'enfouissement de déchets ménagers et assimilés, de déchets amiantés et de terres amiantifères. Un projet contesté par les associations qui ont lancé une pétition pour soutenir leur déclaration. Le fleuve Tavignanu « ne dispose actuellement d'aucun statut particulier de protection, hormis la partie classée Site Natura 2000 qui ne couvre environ qu'un tiers du bassin versant du fleuve », rappellent les associations.

Pour Alexis Cortinchi du collectif Tavignanu Vivu : « l'autorisation d'exploiter donnée à ce projet d'enfouissement relève d'une irresponsabilité coupable. Le Tavignanu a des droits impérieux, il nous appartient à tous de les faire valoir ».

« Nous sommes heureux d'assister le collectif pour porter cette déclaration, et espérons aider d'autres collectifs et collectivités locales à lancer des initiatives similaires pour protéger des entités naturelles menacées par des projets industriels, comme ce que nous observons dans différents pays », a déclaré Marine Yzquierdo de Notre Affaire à Tous.

Cette déclaration est « une première qui marque le début d'une révolution juridique et culturelle en France, où les initiatives locales pour les droits de la nature se multiplient depuis 2019 avec le lancement de Parlement de Loire, suivi en 2020 par l'Appel de Rhône, une initiative franco-suisse », soulignent les pétitionnaires.

Les associations prévoient ensuite de porter cette déclaration à l'échelle européenne et de sensibiliser les décideurs européens. Elles souhaitent également organiser, à terme, un référendum local sur le statut du fleuve Tavignanu.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il existe des protection règlementaires d'un cours d'eau comme les contrats de rivière ou les SAGE, que signifie les droits d'un fleuve?

le papet | 02 août 2021 à 09h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Super parfait, il ne reste plus qu'a réduire drastiquement les déchets de toutes sortes.

ouragan | 03 août 2021 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Exactement, ouragan. Non pas qu'un site de traitement et d"enfouissement d'OM soit blanc de tout.... mais la meilleure des pollutions est celle que l'on ne fait pas. Au boulot, les corses.

nimb | 03 août 2021 à 20h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager