En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Banque Mondiale encourage les pays développés à financer l'atténuation des changements climatiques

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Dans son « Rapport sur le développement dans le monde 2010 : Développement et changement climatique » publié le 15 septembre, la Banque Mondiale estime que les pays en développement peuvent se replacer sur des trajectoires plus sobres en carbone en continuant de promouvoir leur développement et réduire la pauvreté. Toutefois cette position plutôt optimiste est assortie d'une condition : que ces pays reçoivent une aide financière et technique des pays à revenu élevé. Si les pays développés passent immédiatement à l'action, il sera possible de créer les conditions d'un monde « intelligent sur le plan climatique » et le coût des mesures nécessaires pour y parvenir sera élevé mais gérable, explique la Banque Mondiale.

Le rapport fait valoir que l'application de technologies sobres en carbone et des meilleures pratiques actuelles pourrait abaisser fortement la consommation d'énergie et permettre de réaliser des économies. Par ailleurs, de nombreuses mesures qui diminuent les émissions de gaz à effet de serre présentent aussi des avantages notables aux plans de la viabilité environnementale, de la santé publique, de la sécurité énergétique et des finances.

Selon une étude des Nations unies diffusée le 1er septembre, l'aide aux pays pauvres dans la lutte contre le changement devrait atteindre 500 milliards de dollars par an, soit un pour cent du PIB mondial. Parce que les coûts et les risques initiaux pourraient décourager les investisseurs privés, le secteur public devra assumer un rôle prépondérant, du moins durant les premières phases de développement.

La Commission européenne a présenté la semaine dernière son projet visant à augmenter le soutien financier international au profit des pays en voie de développement et préconise une contribution de l'UE d'un montant de deux à quinze milliards d'euros par an d'ici 2020. L'exécutif européen propose trois sources de financement : les ressources nationales publiques et privées dans les pays en développement, le marché international du carbone et le financement public international assuré non seulement par les pays industrialisés, mais aussi par les pays en développement plus avancés sur le plan économique.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager