Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Claude Cochonneau succède à Guy Vasseur à la tête des Chambres d'agriculture

Claude Cochonneau a été élu le 23 novembre président des Chambres d'agriculture (APCA). Il succède à Guy Vasseur qui a souhaité transmettre ses responsabilités deux ans avant la fin de son mandat.

Nomination  |  Agroécologie  |    |  Florence Roussel
   
Claude Cochonneau succède à Guy Vasseur à la tête des Chambres d'agriculture
© Florence Roussel
   

Claude Cochonneau est un agriculteur de la Sarthe qui exploite une ferme en polyculture-elevage. Très investi dans les instances agricoles locales puis nationales, il a été vice-président de la FNSEA, le principal syndicat agricole, entre 2001 et 2014 et était vice-président de l'APCA depuis 2013.

Egalement vice-président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) depuis 2015, l'éleveur arrive à la tête de l'Assemblée des chambres agricoles dans un contexte difficile. Les mauvaises récoltes de cette année ont accentué la fragilité de nombreuses exploitations. "Nos exploitations sont trop fragiles. Elles doivent s'adapter à un environnement climatique et économique très changeant", estime-t-il. Selon lui, le problème majeur reste la question du revenu des agriculteurs, trop faible pour permettre la résilience des exploitations.

Réactions1 réaction à cet article

 

Tant que les responsables de la FNSEA refuseront de comprendre (et/ou d'accepter) que le modèle agricole expansif qu'ils prônent depuis plus de 40 ans est une impasse, les choses n'avanceront pas pour les revenus des agriculteurs.
La limitation de l'usage des pesticides ouvre la porte à des produits meilleurs pour leurs clients et offre une plus grande indépendance vis à vis des vendeurs de phytosanitaires !
De même, privilégier le circuit-court permet aux fermes de sortir des modèles de grosses coopératives qui leur mangent les maigres bénéfices sur le dos.
Seuls les grands propriétaires, qui n'ont plus grand chose d'agriculteurs, comme Monsieur Beulin ou Monsieur Cochonneau, s'y retrouvent dans ce modèle...Et ils ne cessent de le promouvoir.

Thib_ | 01 décembre 2016 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]