En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le CNRS innove sur la production d'hydrogène

En s'inspirant des réactions qui se produisent chez les micro-organismes, une équipe du Laboratoire de chimie et biologie des métaux du CNRS a présenté des avancées dans la fabrication d'hydrogène qui lèvent des freins au développement de la filière.

Energie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Depuis plusieurs années l'hydrogène cristallise l'espoir de bénéficier d'un vecteur énergétique permettant de limiter les émissions de carbone. Ce gaz non toxique permet en effet de produire de la chaleur par combustion directe mais aussi de produire de l'électricité dans les piles à combustible (PAC), avec comme seul résidu de l'eau. Principal inconvénient, l'hydrogène n'existe pas à l'état naturel, il faut donc le produire.
Or, à l'heure actuelle, l'hydrogène est majoritairement produit à partir de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon) pour une utilisation principalement industrielle. Cette production entraîne la libération de CO2 ce qui, sur le plan environnemental, ne deviendrait intéressant que si le CO2 était stocké.

D'autres modes de production s'inspirent, quant à eux, des réactions chimiques intervenant dans la nature comme la photoélectrolyse. Sous l'effet de la lumière, certains micro-organismes produisent de l'hydrogène à partir de l'eau. Pour reproduire et adapter ces processus, les chercheurs ont donc mis au point des systèmes moléculaires capables de capter l'énergie lumineuse et d'utiliser l'énergie collectée pour libérer l'hydrogène de l'eau. Ces dispositifs font l'objet de recherches approfondies notamment au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) en association avec le Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA). Des chercheurs du Laboratoire de chimie et biologie des métaux (CEA-CNRS-Université J.Fourier, au CEA de Grenoble) ont d'ailleurs présenté des résultats innovants début janvier dans la revue Angewandte Chemie International Edition.
Tous les dispositifs technologiques développés pour produire ou utiliser l'hydrogène renferment des métaux nobles comme le platine. Or, les réserves en platine sont limitées. La rareté et le coût de ce métal sont des freins au développement économique de la filière hydrogène sur le long terme, et ce malgré les efforts pour réduire les quantités utilisées dans les électrolyseurs et les piles. L'équipe de Grenoble a donc cherché à ne plus avoir recours au platine, en élaborant des catalyseurs à base d'éléments naturellement plus abondants et moins chers, tels que ceux utilisés par les organismes naturels comme le fer, le nickel, le cobalt ou encore le manganèse. Résultat : elle est parvenue à mettre au point un nouveau système qui utilise du cobalt. Sous l'effet de la lumière, les électrons fournis par une molécule organique sont utilisés pour libérer l'hydrogène de l'eau au niveau du cobalt, avec une efficacité supérieure aux systèmes comparables renfermant des catalyseurs à base de métaux noble. Toutefois, le système utilise encore du ruthénium, un autre métal noble. La prochaine étape de ces recherches visera donc à s'en affranchir.

Outre la fabrication, la filière hydrogène est également handicapée par la phase de stockage et de transport sous forme gazeuse sous pression ou sous forme liquide. De nombreuses recherches sont aussi en cours pour stocker l'hydrogène en l'incorporant à des matériaux poreux. Du fait de leur faible masse et leur grande capacité d'adsorption, les nanostructures à base de carbone s'avèrent d'excellents candidats. Une autre équipe du CNRS s'est d'ailleurs distinguée à ce sujet l'année dernière.

Réactions2 réactions à cet article

 
OK mais quel avenir ?

Ce procédé est certes très intéressant mais reste évidemment encore au stade du laboratoire. Pourra-t-on espérer un réel développement industriel?quand? à quel prix?avec quelle production?

André | 19 janvier 2008 à 13h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La filiere H2 : rendement global catastrophique

Les rendements de transformation de l'hydrogene en energie electrique sont mauvais (moins de 50 % pour les filieres de PAC utilisable en vehicules) tres mauvais pour la transformation en energie mecanique (Carnot); en fin tres mauvais pour le stockage soit en compression, soit en liquide.
Est il utile de disperser les recherches; alors que la recherche est si pauvre, sur des filieres H2 qui ont de bien plus mauvais fendements que d'autres ?
Le citoyen que je suis regrette cette dispersion de credits publics alors que l'analyse du rendement point essentiel pour la protection de l'environement n'a pas été faite

jean Marie | 06 juin 2008 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…