En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les nanocornets de carbone potentiellement efficaces pour stocker l'hydrogène

Alors que les nanotubes de carbone apparaissent désormais inadéquats au stockage commercial de l'hydrogène, des chercheurs de plusieurs labos européens pilotés par une unité du CNRS à Orléans, démontrent le potentiel des nanocornets de carbone.

Energie  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
   
Les nanocornets de carbone potentiellement efficaces pour stocker l'hydrogène
Nanocornets de carbone
   
Depuis l'essor du moteur de fusée à hydrogène durant la seconde moitié du XXème siècle, l'hydrogène, ou plutôt dihydrogène, continue à séduire la recherche. Dans un contexte actuel de réchauffement climatique et d'énergie fossiles chères et limitées il est plus que jamais étudié. En effet le dihydrogène est un combustible ''propre'' dans le sens où sa combustion ne génère que de la vapeur d'eau mais permet de produire de la chaleur par combustion directe mais aussi de l'électricité dans les piles à combustible (PAC).

Toutefois la production, le stockage et le transport de l'hydrogène posent encore de nombreux problèmes technologiques à tel point qu'actuellement, la difficulté pour le stocker de manière, à la fois sûre et économique, a jusqu'ici rendu son utilisation marginale. Par exemple, parmi les procédés de stockage existants, la solution de l'assemblage de l'hydrogène avec les métaux est trop coûteuse de sorte que des recherches sont entreprises autour des matériaux poreux.

Le piégeage dans des matériaux poreux est en effet plus efficace (tout l'hydrogène adsorbé est récupérable) et apparaît d'ores et déjà comme une solution meilleur marché. De plus, les cycles de chargement et de relargage de l'hydrogène ne nécessitent alors aucune réactivation ou régénération du matériau. Du fait de leur faible masse et leur grande capacité d'adsorption, les nanostructures à base de carbone parmi lesquelles figurent les nanotubes et les nanocornets, s'avèrent d'excellents prétendants de matériaux poreux.
Toutefois, les nanotubes de carbone présentent l'inconvénient majeur de pouvoir être stockés qu'à des températures extrêmement basses (inférieures à 196°C), en raison de la faible interaction entre l'hydrogène et le carbone, ce qui limite les applications commerciales. La possibilité future de stocker de l'hydrogène à l'intérieur de matériaux poreux à base de carbone, dans le cadre d'un projet d'énergie propre, dépend donc étroitement de la force de l'interaction entre l'hydrogène et le carbone, et de la faculté d'augmenter cette force.

C'est dans ce cadre que des chercheurs du Centre de recherche sur la matière divisée (CNRS/Université d'Orléans), en collaboration avec leurs confrères du Rutherford Appleton Laboratory (Royaume-Uni), de l'Université du Pays Basque à Bilbao et du Consejo Superior de Investigaciones Científicas (Espagne), ont étudié* les liens entre l'hydrogène et les nanocornets de carbone. De forme conique, ces matériaux de deux à trois nanomètres de longueur s'agrègent pour former des structures en forme de dahlia de 80 à 100 nanomètres de diamètre et ne contiennent aucune impureté métallique, indique le CNRS. En analysant ces matériaux grâce à la spectroscopie de neutrons à haute résolution, ils ont pu obtenir des données sur l'interaction entre l'hydrogène et les nanocornets (mobilité de l'hydrogène, énergies et géométrie). Résultat : avec ces structures, la liaison hydrogène-carbone est beaucoup plus stable qu'avec les nanotubes. Le CNRS qualifie ces résultats de prometteurs, tout en reconnaissant que le coût de fabrication de ces matériaux est encore relativement onéreux. Mais alors que les nanotubes devaient définitivement être considérés comme hors-jeu, cette étude lève, selon le CNRS, les réserves qui empêchaient d'envisager l'utilisation de nanomatériaux à base de carbone pour des applications industrielles.


*Références :
Nature of the Bound States of Molecular Hydrogen in Carbon Nanohorns, F. Fernandez-Alonso, F.J. Bermejo, C. Cabrillo, R.O. Loutfy, V. Leon, et M.L. Saboungi, Physical Review Letters, 25 mai 2007, 98, 215503.

Réactions4 réactions à cet article

 
l'hydrogène une énergie propre ?

Pourquoi "oublie-t-on" toujours de rappeler que l'hydrogène n'existant pas à l'état naturel -il n'y a pas de gisement d'H comme il y a des gisements d'hydrocarbure - il faut le produire.
Si l'H est "propre" sa fabrication, quelque soit le procédé, ne l'est pas, demande de l'énergie et génère GES ou déchets radioactifs.
Il y a des réalités incontournables. Il ne faut pas rêver.

erbé | 14 juin 2007 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:l'hydrogène une énergie propre ?

L'hydrogène a résolue une question fondamentale : Sa consommation est propre.
Reste en effet 3 questions à résoudre:
- Une production propre,
- Un transport vers les lieux de consomations,
- Un mode de stockage, fiable et assurant une autonomie valable.
Ces 3 questions n'ont, en effet, pas encore de réponses satisfaisantes. Faut-il condamner d'avance cette énèrgie qui est l'une des rares à résoudre la question fondamentale d'une consomation propre? Bien sûr que non! Il faut simplement trouver des solutions.

Pour la production, les procédés de plus en plus séduisants voient le jour :
- couplé aux centrales nucléaires cela permetrait de "stocker" l'énèrgie produite en période creuse (donc sans augmentation de déchets),
- Les plateformes ETM (ou OTEC) flottantes cumuls beaucoup d'avantages (exploitation de l'énèrgie calorifique des océans) et pourreaient produire des quantités astronomique d'hydrogène sans aucuns éffets. L'inde lance des plateformes pilotes de 1 MW, le japon est fortement en avance aussi.
- Les enjeux de la production d'hydrogène sont tels que des solutions nouvelles verront le jour (aujourd'hui les solutions pour produire de l'élèctricité sont innonbrables alors qu'à l'origine seule l'oxydoréduction était connue)


Le stockage et le transport restent cependant des défis technologiques qui trouveront des réponses.

mms0049 | 17 juin 2007 à 15h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:l'hydrogène une énergie propre ?

"rêver mais sans laisser le rêve être ton maître"
Rudyard Kipling.

L' hydrogène est et restera un vecteur permettant de transporter, difficilement, et de stocker encore plus difficilement, de l'énergie.
exemple pour un véhicule: pour avoir la même autonomie qu'avec les hydrocarbures et le même encombrement du réservoir il faut compresser l'H à 800 bars.

Quelque soit les découvertes et les progrès techniques les lois de la physique ne changeront pas.

rb | 17 juin 2007 à 20h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:l'hydrogène une énergie propre ?

Les lois de la physique ne changeront pas, mais la façon dont on les exploites, si.

Les technologies exploitant les énergies fossiles ont des dizaines d'années de recherche / expérience / mise en pratique derrière elles.
Celles sur l'utilisation de l'hydrogène dépassent à peine le stade de la recherche fondamentale, pour s'aventurer sur les sentiers de la mise en pratique.

Si l'hydrogène est pas encore très utilisable, je ne suis pas sur que les inventeurs de l'automobile pensaient que les systèmes à ressort étaient super efficace. Ni le moteur à explosion super sécuritaire

Lyr | 06 mars 2008 à 19h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…