En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Quelles perspectives pour le commerce équitable en 2020 ?

Le commerce équitable représente aujourd'hui un marché international en pleine croissance : plus de 3 milliards d'euros et plus de 8 millions de bénéficiaires plus ou moins directs. Reste à le généraliser, sans lui faire perdre son âme.

Gouvernance  |    |  Agnès SinaïActu-Environnement.com
   
Quelles perspectives pour le commerce équitable en 2020 ?
   
En France, le secteur reste dynamique malgré la crise, avec une croissance estimée à 13% en 2009 et un chiffre d'affaires global de plus de 330 millions d'euros. Ces chiffres, globalement encourageants, reflètent la demande d'une économie plus solidaire ainsi que l'engagement durable du consommateur dans la transformation de ses habitudes : '' Inconnu en 2001, le concept s'est diffusé de manière fulgurante '', expose Julie Stoll, coordinatrice de la plate forme pour le commerce équitable , lors de la 12ème édition des Alter Mardi, le 18 mai à Paris, en présence d'experts du secteur et en partenariat avec le magazine Le nouveau consommateur, qui consacre un dossier au commerce équitable.

Pour Stéphane Le Borgne, président de la Fédération Artisans du Monde, '' la problématique de départ, c'est la qualité des échanges mondiaux ''. C'est bien dans le contexte des mobilisations altermondialistes du début des années 2000 qu'est né le commerce équitable. A l'époque, les manifestants de Seattle voulaient changer les règles de l'OMC (Organisation mondiale du commerce). Les capacités de négociation des pays du Sud en sont sorties renforcées. Aujourd'hui, la crise financière révèle les effets pervers d'une globalisation inhumaine. '' On a aujourd'hui un terreau phénoménal avec la crise actuelle pour que le public s'approprie ces questions '', analyse Stéphane Le Borgne. Même si le commerce équitable ne représente aujourd'hui que 0,02% du commerce mondial.

Au cœur des enjeux des années à venir se pose donc la question du bouleversement des mentalités, qui permettrait de catalyser le commerce équitable en dehors de sa niche actuelle. Rémi Roux, co-fondateur d'Ethiquable, imagine que le commerce équitable pourrait couvrir 20% du marché en 2020, quand les sociétés auront remis en question le système actuel. Le consomma'cteur aura alors peut-être disparu au profit d'une espèce unique de consommateurs naturellement engagés.

En 2020, les produits du commerce équitable seront-ils accessibles à l'ensemble de la population ? Les prix sont-ils plus abordables et les points de vente plus nombreux ? Ce changement d'échelle, s'il passe par la grande distribution, pourrait aussi causer l'essoufflement du modèle, voire sa dilution sous l'effet de l'arrivée de certaines grandes marques (Starbucks, Ben&Jerrys…) dans le domaine de la consommation responsable. Pour le sociologue de l'Institut national de la consommation Jean-Pierre Loisel, '' il faut éviter la dilution du commerce équitable '' et son amalgame avec un commerce « éthique » qui ne répondrait à aucun engagement précis.

En France, en l'absence d'une norme légale et d'un mode de certification uniformisé du commerce équitable, divers systèmes de garantie privés ont vu le jour : labellisations privées, mécanismes de reconnaissance ou marques. Ce qui laisse aux entreprises et aux référentiels privés une grande liberté. Ce vide juridique pose problème pour le contrôle du secteur, avec notamment un risque de dérives opportunistes et de « fairwashing ».

En pratique, s'il existe par exemple un système de garantie pour des produits issus de l'agriculture biologique reconnu par les pouvoirs publics et se référant à une norme, il n'y a rien de semblable pour le commerce équitable. Chaque acteur de la profession garantit ou fait garantir ses produits sur la base de référentiels privés et distincts. Et par extension, le terme de label est utilisé pour désigner un logo attestant d'un travail de certification et donc un respect de cahier des charges.

2020 : vers un label mondial ?

La « labellisation » des produits concerne essentiellement le secteur des produits agricoles. Elle est surtout mise en œuvre par les associations Max Havelaar France, elle-même rattachée à FLO International (Fair Trade Labelling Organisation). Il s'agit de la gestion d'un « label » dont les standards ont été définis par produit (café, chocolat, sucre, banane, thé, riz, miel, jus de fruits, épices et coton).

D'où l'importance cruciale de la fiabilité des labels. Un label unique verra-t-il le jour ? Le prix minimum garanti saura-t-il se maintenir face à la grande distribution ? Les petits producteurs du Nord seront-ils concernés ? Pour l'heure, le commerce équitable doit remplir quatre critères, rappelle Julie Stoll : '' respecter les conventions de l'OIT (Organisation internationale du travail), s'engager à un prix minimum garanti, s'engager dans la durée, redistribuer une partie du chiffre d'affaires pour soutenir le développement des organisations de producteurs locaux, les écoles, les formations ''. Tous les intervenants en ont convenu : l'objectif est que les 20% de produits du marché issus du commerce équitable en 2020 répondent à un haut niveau d'exigence.

Réactions1 réaction à cet article

 
Commerce équitable de proximité

Pourquoi ne parle t'on pas plus souvent du commerce équitable de proximité ?
Petits producteurs français des terroirs comme les maraîchers en urbain et périurbain avec ou sans produits de transformation. De plus en plus de consom'acteurs sont sensibles à des produits de qualité qui véhiculent une image forte, une identité et le maintien de la diversité de nos paysages.

Marjolaine | 20 mai 2010 à 17h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…