En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déchets radioactifs : l'État ouvre une concertation sur la gouvernance

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Déchets radioactifs : l'État ouvre une concertation sur la gouvernance

Le 22 septembre, le ministère de la Transition écologique a ouvert une concertation sur la gouvernance de la gestion des matières et déchets radioactifs. Cette concertation s'inscrit dans le cadre de l'élaboration de la cinquième édition du Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR). Elle se tient jusqu'au 3 février 2021, sous l'égide de garants indépendants nommés par la Commission nationale du débat public (CNDP).

« Le thème de la gouvernance est un des enjeux transversaux qui est ressorti de manière prégnante du débat [public relatif au PNGMDR] », explique le ministère. La place des citoyens dans cette gouvernance et le lien avec les territoires, en particulier s'agissant des territoires d'accueil d'installations d'entreposage et de stockage de substances radioactives, ont figuré parmi les thèmes les plus discutés, rappelle-t-il. Les associations ont notamment appelé à « faire évoluer la gouvernance actuelle vers une gouvernance davantage pluraliste reposant sur une expertise non institutionnelle et sur un processus d'échanges en continu avec la société civile ».

La concertation doit permettre d'aborder plusieurs sujets. Le premier est « la méthodologie de la mise à disposition annoncée des données factuelles et consolidées permettant d'éclairer les enjeux associés ». Le deuxième est la méthodologie de l'évaluation des filières de gestion des matières et déchets radioactifs. Enfin, la concertation doit aussi porter sur les modalités d'association de toutes les parties prenantes et du public aux étapes des décisions stratégiques.

Réactions2 réactions à cet article

 

Je sais que les premiers sites d'enfouissement on été faits dans le sud ouest de l'Anjou, c'est une petite partie du massif armoricain, mais légèrement sensible aux tremblements de terre, un peu irresponsable pour l'époque, ça ne doit pas être possible de visiter pour quiconque.

pemmore | 25 septembre 2020 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une concertation du public de pure forme, le sujet du nucléaire était par nature protégé par le secret défense et historiquement totalement étanche à toute participation du citoyen et même de nombreux experts du moment que leur analyse diffère de l'oukase "tout va très bien Madame la marquise".
La marche est donc haute pour démanteler cet entre-soi bien établi d'ingénieurs issus de grandes écoles et de politiques. Toutefois, la réalité économique (envolée des coûts) et technique (perte du savoir-faire) désormais défavorable à l'industrie nucléaire devraient activement y contribuer.

Pégase | 28 septembre 2020 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager