Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Déchets radioactifs : le débat public fait ressortir les questions d'éthique et de gouvernance

La Commission nationale du débat public a dévoilé, lundi 25 novembre, le compte-rendu du débat sur le 5e Plan national de gestion des déchets radioactifs. Il révèle une soif d'information du public sur l'éthique et la gouvernance du nucléaire.

Déchets  |    |  Laurent Radisson
Déchets radioactifs : le débat public fait ressortir les questions d'éthique et de gouvernance

« Ce débat a eu lieu sur la place publique avec des points de vue très opposés », note avec satisfaction Chantal Jouanno, qui n'aurait pas parié, lors de son lancement, pouvoir mener la consultation jusqu'au bout. La présidente de la Article publié le 26 novembre 2019

Réactions5 réactions à cet article

 

Dans ce pseudo débat public sur la gestion des matières et déchets radioactifs, vous avez pu écrire tout ce que vous avez voulu. Cela n’a aucune importance, aucune incidence. Cela ne changera rien. Les décisions sont prises, les programmes lancés. Pendant qu’on vous distrait avec ce spectacle, les déchets radioactifs continuent de s'accumuler.
Pour les manipulateurs d’opinion, il faut que nous participions à la mascarade. Comme ils disent : « Faire participer, c’est faire accepter ».
Si nous participons à cette parodie, nous laissons croire qu’un débat démocratique a eu lieu. Nous aidons les communicants à roder leur argumentaire pour étouffer la contestation.

FAIRE PARTICIPER C’EST FAIRE ACCEPTER. Voilà le seul but de ce débat. Cette technique est bien connue depuis longtemps : on donne l’illusion aux citoyens qu’ils participent aux grandes orientations politiques du pays, aux grandes décisions sur les choix de société, pour en réalité mieux les éloigner des centres de décision, pour mieux les aliéner.

Philippe Charles | 27 novembre 2019 à 09h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Un plan qui sera élaboré au cours de l'année 2020 alors qu'il est censé couvrir la période 2019-2021"! Belle illustration de la gestion de la question nucléaire dans notre pays: la technostructure décide d'abord et on discute avec le bon peuple après!
Quant à ce que vous appelez "la longueur inhabituelle du temps de gestion des déchets radioactifs", quel bel euphémisme! C'est tout simplement l'élément qui pose le problème comme dépassant la capacité humaine à seulement l'appréhender lorsqu'on sait que l'on parle de siècles, voire de milliers d'années.
Et dire que les mêmes "politiques", majoritairement pro-nucléaires en France, nous bassinent à l'inverse quotidiennement avec la dette publique que quelques années d'inflation réduiraient à néant....

adjtUAF | 27 novembre 2019 à 09h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De qui se moque-t-on ! Débat éthique ! Mais qui a déjà parlé de débat éthique par exemple au sujet des hydrocarbures, qui envoient la civilisation dans le mur ?! Qui a déjà parlé de débat éthique au sujet de tous nos produits importés qui sont fabriqués dans des conditions inhumaines et écologiquement catastrophiques ?! Aborder le problème des déchets nucléaires sous cet angle est odieux.
Et reparler d'entreposage en sub-surface : le cheval de bataille des écolos bornés, pour qui la solution du stockage (parce que c'est LA solution) doit être bannie puisque si on a une solution pour le stockage alors l'essentiel de leur discours s'effondre : ces gens-là sont totalement irresponsables ! La civilisation court à la catastrophe, on n'a aucune lisibilité à 50 ans. L'urgence, c'est de mettre (proprement) les déchets au trou et de le reboucher, pas encore de procrastiner pendant des décennies, c'est une obligation absolue pour nos descendants, auxquels déjà on transmettra une planète invivable.

dmg | 27 novembre 2019 à 14h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A-t-on évalué sérieusement combien on devrait faire payer le kilowatt si on tenait compte du vrai coût de démantèlement des centrales et évidemment celui de la gestion des déchets nucléaires ?

Sagecol | 27 novembre 2019 à 16h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mettre les déchets au trou...à condition que les plaques tectoniques ne se déplacent pas trop vite et ne génèrent pas des tremblements de terre là où jusqu'ici il n'y en avait pas , car alors, je préfère ne pas penser aux conséquences...pendant des milliers d'années (durée de vie de certains éléments) il peut se passer bien des choses que l'humain ne contrôle pas.

gaïa94 | 05 décembre 2019 à 00h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Réduisez vos émissions GES avec les solutions EU ETS vérification de LRQA LRQA France SAS

Formations professionnelles

Conseil en résilience environnementale LPA-CGR avocats