Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'UE valide une aide de 26 millions d'euros accordée par la France au réseau de chauffage urbain parisien

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Mardi 26 janvier 2011, la Commission européenne a autorisé la France à octroyer une subvention directe de 26,2 millions € pour la construction d'un réseau de chauffage urbain dans la zone Paris Nord-Est.

L'aide sera versée à la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU), filiale de GDF Suez, qui détient la concession de chauffage urbain à Paris jusqu'en 2024. L'aide octroyée par la France concerne la réalisation de canalisations de distribution de chauffage urbain et des réseaux de chauffage urbain associés dans le Nord-Est de Paris. Le réseau sera établi le long de la ligne de tramway T3 actuellement en construction à Paris.

La Commission considère que "globalement, les effets positifs de la mesure compensent les distorsions potentielles de la concurrence et des échanges entre États membres." La Commission juge que cet investissement "permettra, par rapport au chauffage à partir de sources conventionnelles, de réduire les émissions de CO2 de 65.000 tonnes au total entre 2011 et 2014" et que "de manière plus générale, ce projet encouragera les investissements futurs dans les unités de production de chaleur utilisant des énergies renouvelables qui seront reliées à ce réseau, et permettra de supprimer une chaufferie conventionnelle utilisant des combustibles fossiles dans cette région." Enfin, ce projet et d'autres en cours de réalisation devraient permettre que "d'ici 2020, près de 20% de l'énergie utilisée pour le chauffage de Paris sera produite à partir de sources d'énergies renouvelables (biomasse, biogaz, géothermie) alors que ce pourcentage est nul en ce moment."

Réactions2 réactions à cet article

 

L'article dit que la source est renouvelable mais, il est écrit nulpart de quelle type d'énergie il s'agit ! Et avec GDF SUEZ, j'aurais tendance a dire que çà sent le GAZ justement !
Alors s'agit-il de géothermie ? L'article mentionne a la fin trois sources de "matières renouvelables" mais on aurait aimé moins de flou. La phrase reste vague, même pas nette dirait Coluche !

Moise44 | 29 janvier 2011 à 04h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La filiale de GDF-SUEZ reçoit 26 millions d'argent public pour limiter le CO2 pendant que GDF-Suez veut exploiter du gaz de schiste sur le sud de la France, avec des techniques reconnues extrêmement néfastes pour l'environnement (pollutions de nappes phréatiques, nombreux camions, et grosses émissions... de gaz à effet de serre !!!) On donne vraiment le bâton pour se faire battre... Nos impôts ne doivent pas servir à cela. A quand la reconquête et la maîtrise du marché de l'énergie pour le bien public en régies locales plutôt que des subventions aux multinationales qui s'en servent pour nous piller et nous asservir ?

Emma | 29 janvier 2011 à 19h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

PARK-E, le carport 1-12 places pour recharger les véhicules électriques Ma Pergola Solaire