Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Création de l'Observatoire national du covoiturage

Transport  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Dans le cadre de son Plan de mobilisation du covoiturage, lancé en novembre 2019, le gouvernement souhaite tripler le nombre de trajets réalisés en covoiturage du quotidien d'ici à 2024, pour atteindre les 3 millions de parcours. Afin de suivre cet objectif et l'évolution des pratiques, il lance l'Observatoire du covoiturage du quotidien.

Financé par le plan France Relance, l'observatoire va s'appuyer sur les données du Registre de preuve de covoiturage sur lequel une vingtaine d'opérateurs déclarent les trajets qu'effectuent leurs clients. Ils proposent notamment des cartographies des trajets et des aires de covoiturage, bien utiles pour les collectivités et les entreprises qui souhaitent mieux évaluer et encourager cet outil de mobilité dans leur territoire et auprès de leurs salariés.

En 2021, plus de 1,5 million de trajets ont été référencés dans le Registre de preuve de covoiturage en France, malgré la crise sanitaire. Un chiffre en hausse, mais qui reste dépendant de la situation sanitaire. Car la crise de la Covid-19 a fortement bouleversé les habitudes de transport des Français. Selon le baromètre 2021 réalisé par Alphabet France et l'Ifop, 76 % des actifs utilisent une voiture dans le cadre de leurs trajets professionnels ou domicile-travail. Ce chiffre est le même qu'en 2020. Après une baisse régulière de 2017 (81 %) à 2019 (72 %), il a recommencé à progresser avec la crise sanitaire, qui a amené de nombreux Français à reprendre le volant. La part du covoiturage reste stable : 26 % (27 % en 2020) des actifs interrogés l'ont déjà pratiqué ou le pratiquent dans le cadre de leurs déplacements domicile-travail. Et 38 % (41 % en 2020) des non-pratiquants se montrent intéressés.

Mais le covoiturage pourrait intéresser de nouveaux utilisateurs dans les mois à venir. La loi Climat et résilience a, en effet, prévu d'expérimenter, pendant trois ans, sur les autoroutes et voies express du réseau routier national et des réseaux départementaux desservant une zone à faibles émissions mobilité (ZFE-m), des voies réservées aux véhicules à plusieurs occupants. De quoi donner un avantage certain au covoiturage.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager