En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'arrêté sur la récupération des eaux de pluie menacé ?

Initialement destinée à alimenter toilettes, lave-linge et arrosage de jardins, la récupération d'eau de pluie pourrait finalement voir l'application du crédit d'impôt limitée par arrêté à un usage extérieur, officiellement pour raisons sanitaires.

Eau  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Censé moderniser le dispositif juridique de la gestion de l'eau, qui repose sur les lois sur l'eau du 16 décembre 1964 et du 3 janvier 1992, le projet de loi sur l'eau et les milieux aquatiques qui vise en un bon état écologique des eaux en 2015, conformément à une directive européenne, a été adopté le 20 décembre dernier en deuxième lecture par l'assemblée nationale.

Les députés ont notamment adopté un amendement prévoyant de créer un crédit d'impôt de 25 % des dépenses et plafonné à 8.000 euros pour aider les particuliers à installer des systèmes de récupération d'eaux pluviales. Ce dispositif est un compromis entre celui voté en première lecture par l'Assemblée (40 % plafonné à 5.000 euros) et rédigé par Françoise Branget, Députée du Doubs, Patrick Beaudouin, Député du Val de Marne et Michel Raison, Député de la Haute Saône et celui adopté en deuxième lecture par le Sénat (15 % plafonné à 6.000 euros). Il devrait s'appliquer aux coûts des équipements de récupération et de traitement des eaux pluviales, payés entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2009.

Un arrêté des Ministres chargés de l'Environnement et du Logement doit maintenant fixer la liste des équipements ouvrant droit au crédit d'impôt et préciser les conditions d'usage de l'eau de pluie dans l'habitat.

Or, contrairement à toute attente, il semblerait que cet arrêté s'oriente vers un champ d'application restreint limité aux usages extérieurs. La présence d'un double réseau d'eaux potables et issues de la récupération, interne aux habitations créerait, selon les autorités sanitaires, un risque pour la santé publique.

Pourtant Christian Vanneste, Député et Vice-Président de la Communauté Urbaine de Lille indique qu'il a toujours été affirmé que l'eau ainsi récupérée servirait à des usages internes (lavage des sols, lave-linge, chasses d'eau, ces dernières constituant l'un des principaux postes de consommation d'eau) et externes à l'habitation. Les députés à l'origine du crédit d'impôt, réfutent quant à eux le risque sanitaire : la santé publique avait pourtant bien été prise en compte par les rédacteurs de l'amendement, qui avaient eu soin de mentionner l'existence de normes permettant de garantir la faisabilité technique et sanitaire des systèmes de récupération des eaux explique Françoise Branget. Patrick Beaudouin, rappelle quant à lui qu'il existe des entreprises capables de fournir des systèmes de récupération d'eau de pluie sécurisés répondant aux normes sanitaires [NDLR : EN 1717/séparation des réseaux].

Pour Willy Rohdmann, co-fondateur et directeur associé de Skywater, société spécialisée sur cette thématique, et qui a été auditionné par les députés et les sénateurs pour le projet de loi, la récupération et le traitement des eaux de pluies pour le seul arrosage et lavage chez les particuliers est un non-sens écologique et économique. En effet, selon lui, ce poste ne concerne que moins de 10 % de la consommation d'eau chez les particuliers. Pour lui, seule l'intégration du raccordement des sanitaires sur les installations de récupérations d'eaux de pluies portant à 1/3 la couverture de la consommation des ménages équipés, permettrait de durablement préserver les nappes phréatiques.

Par ailleurs, au-delà de la protection des ressources en eau, le député Michel Raison estime enfin que c'est la légitimité du travail parlementaire qui est ici mise en cause et menacée par le pouvoir réglementaire.

Réactions57 réactions à cet article

 
La betisse des deputés

Pourquoi faire un arrêté sur la récupération des eaux de pluie, si ce n'est pas pour faire des économie dans notre gâchi journalier (WC, lave-linge ... ).
Pour cela il suffit de la flitrée, mais voila c'est 1/3 de la facture en moins et là certaines personnes ne vont pas apprecier car cette eau gratuite va partir dans les centrales d'épuration.

pascal | 03 avril 2007 à 23h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Irresponsables

Un tel arrêté est totalement irresponsable. C'est également prendre pour des idiots nos voisins Belges et Allemands (pour ne citer qu'eux) qui utilisent l'eau de pluie depuis plus de 10 ans maintenant. Nos penseurs ou moralistes vivraient-ils sur une autre planète ? Ou subiraient-ils la pression des monopoles distributeurs d'eau qui verraient par cette mesure leurs profits et ceux de leurs actionnaires s'évaporer ?

champagne | 04 avril 2007 à 08h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:La betise des deputés

A priori les fautes d'orthographe vont de paire avec la non-lecture du texte: ce n'est pas les députés qui souhaitent limiter l'usage de l'eau récupérée mais bien le ministère. Avant de traiter les autres de bêtes, il faudrait être sûr d'avoir compris...

Patrick C. | 04 avril 2007 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:La betise des deputés

Pourquoi un tel retour en arrière? Le lobby des distributeurs d'eau a bien fonctionné. Où est le problème. L'eau de pluie que vous allez utiliser pour des raisons domestiques,elle va s'en aller où à votre avis? Dans le réseau des eaux usées et non pas dans celui des eaux pluviales. Or si vous regardez votre facture, le coût de traitement des eaux usées est indexé sur vos mètres cubes consommés. Vous ne serez donc pas facturés pour l'eau de pluie consommé et que pourtant vous aurez renvoyé dans le réseau. C'est donc les autres (ceux qui ne récupèrent pas l'eau) qui vont payer pour vous. Je vous rassure, je suis pour la récupération d'eau de pluie, et je serai même pour qu'elle serve pour toutes les utilisations. Mais ceux qui pensent, qu'en récupérant l'eau de pluie, vont pénaliser les autres, je répondrais 2 choses.
1/ Rien ne vous empêche d'en faire autant
2/ Si on ne paye plus le retraitement des eaux usées, il faut savoir que nous paierons malgré tout un abonnement au compteur quel que soit la consommation d'eau. En bref, l'eau c'est comme le téléphone: même si tu t'en sers pas tu payes un abonnement (mais là ce raisonnement ne choque personne)

monom | 04 avril 2007 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
un désastre

comment voulez vous récupérer l' eau de pluie quand on vous interdit d' installer des gouttières? toute cette eau qui se perd! c' est rageant! et maintenant tout ce bla bla bla qui ne rime à RIEN
ils nous prennent VRAIMENT pour des tarés

marki | 05 avril 2007 à 02h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:un désastre

Toute cette eau qui se perd !!!! La seule façon de faire perdre de l'eau , c'est laisser l'homme y toucher . Dans la nature rien ne se perd. Il faut interdire cette récupération avant que :
1) un drâme sanitaire n'arrive
2) un désastre écologique ne vienne s'ajoutter à d'autre
Une fois de plus les impacts écologiques n'ont pas été mesurés. Nos décideurs ne prennent des mesures qu'en terme des impacts éléctoraux et nous ne réagissons qu'au bruits de la monaie.

Yanouch K | 05 avril 2007 à 07h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Depuis quand ?

Depuis quand le fait de prendre de l'eau à droite fait moins diminuer les reserves que de la prendre à gauche ? et la fait elle moins perdre?
La seule façon de faire perdre de l'eau , c'est laisser l'homme y toucher . Dans la nature rien ne se perd. Il faut interdire cette récupération avant que :
1) un drâme sanitaire n'arrive
2) un désastre écologique ne vienne s'ajoutter à d'autres
Une fois de plus les impacts écologiques n'ont pas été mesurés. Nos décideurs ne prennent des mesures qu'en terme des impacts éléctoraux et nous ne réagissons qu'au bruits de la monaie.
Nos décideurs réagissent a leur manque de dicernement que par des actions a la petite semaine ! Si un drâme sanitaire se produit malgré la restriction des crédit ils seront encore résponsables puisque les initiateurs, idem pour le clache écolo pourtant prévisible !

Yanouch K | 05 avril 2007 à 07h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mai qu'est ce que l'economie durable?

Je crois que nos parlementaires on encore beaucoup de chemin a faire
Peut être avant que la planéte ne soit que ruine et désolation
Quand a nos fonctionnaires de la ddass c'est a celui qui prendra le moins de responsabilite
Un systéme de recup d'eau bien penser et gerer est efficace
G MERLIN Bordeaux

gme | 05 avril 2007 à 08h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:La betise des deputés

Je comprends pas ta réaction. Dans la majorité des cas, il n'y a pas deux réseaux, l'un pluviales, l'autre usées. L'eau de pluie chez moi, elle coule par la descente dans l'égout et passe de toute façon à l'épuration. Cette eau est normalement pure quand elle tombe (pas toujours...) elle se salie sur la toiture (crotte de pigeon par exemple) et une fois stockée elle peut développer des bactéries qui la rend non potable. Pour se laver, boire, cuisiner, non bien sûr, mais pour l'arrosage, le nettoyage au karcher des pavés de la cour, oui, pour les wc (grosse consomation) oui, sauf pour ceux qui en boivent l'eau ! Faut juste marquer sur le réservoir : ne pas boire l'eau des toilettes ! en toutes les langues comme ça on est sûr !
Il me semble qu'à Paris, il y a un réseau spécial pour le nettoyage de la voirie qui provient directement de la Seine. C'est la même chose. Des écolos, les Parisiens ?

jld67 | 05 avril 2007 à 08h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
et la récupération des eaux grises ?

Alimenter des wc avec de l'eau "potable" c'est un non sens écologique et économique , donc pour le moment félicitations au législateur et mise à l'index du complexe administrato industriel du traitement et du transport des eaux !
Un deuxième pas à faire par nos parlementaires sera d'inciter les particuliers à recycler à la maison leurs eaux grises de soins du corps (douches, bains) pour les utiliser aux WC comme le font les scandinaves .A ce coup la l'argument économique des compagnies des eaux en aura pris un coup car la consommation d'eau pour les soins du corps et celle pour les WC sont du même ordre de grandeur en moyenne

her bak | 05 avril 2007 à 08h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Si chacun fait un peu c'est la vie qui change

Si chaque foyer diminue de 10% sa consommation d'eau, il me semble que la quantité économisée n'est pas négligeable. (6 milliards X 10%) !!!!

Arreter de vouloir toujours faire d'énormes économies.
Le développement de la sensibilité des personnes passe par des petits efforts.

Anonyme | 05 avril 2007 à 08h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Question..??

Bonjour,

je m'égare peut être mais je pense sincèrement que nous sommes dans le schéma classique d'un débat écolo, à essayer de savoir comment faire pour trouver de l'eau à consommer alors qu'il s'agit de moins consommer.
Comme l'a dit un célèbre chimiste du nom de Lavoisier, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Récupérer l'eau de pluie ne fait que déplacer le problème et la solution réside encore une fois dans la pédagogie et l'incitation à moins consommer, ce qui est plus durable....

Jean-Yves

jybesak | 05 avril 2007 à 09h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:La betise des deputés

je suis tout à fait d'accord avec toi sur le bilan, mais par contre je ne suis absolument opposé avec les deux remarques finales:

1/ tout le monde n'est pas propriétaire. Tout le monde n'a pas les moyens financiers (d'où ce credit d'impot). tout le monde n'est pas informé de la meme manière. Ce n'est pas toujours techniquement faisable (le cas d'un campagnards avec jardin n'est pas le meme que celui d'un citadin vivant dans une tour de 4 étages).


2/ Si on ne paye plus le retraitement des eaux usées, il faut savoir que nous paierons malgré tout un abonnement au compteur quel que soit la consommation d'eau.
> ça c'est normal, j'vois pas pourquoi ça changerai.

En bref, l'eau c'est comme le téléphone: même si tu t'en sers pas tu payes un abonnement (mais là ce raisonnement ne choque personne)
> la différence c'est que l'eau tu continue à t'en servir. (sauf si tu es une personne seule avec une grande capacité de récupération)


Le probleme c'est que dans tout système, il faut équilibrer les recettes et les dépenses. on peut hurler contre les gestionnaires de l'eau (souvent en délégation de service public je le rappele) en disant qu'ils sont des gros méchant (l'écologie à la sauce verte), mais ça ne change ni ne règle absolument rien. Une solution serait de mettre un compteur en sortie, comme ça c'est pollueur-payeur et tout le monde est content (enfin on peut faire semblant d'y croire)

bastien | 05 avril 2007 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:La betise des deputés

Généralement, les réseaux eaux pluviales, et eaux usées sont séparatifs; la plupart des stations biologiques fonctionnement mal lorsque les eaux vannes sont diluées par les pluviales.

Pour les constructions neuves, et ce depuis plus de 25 ans, il est obligatoire d'avoir des réseaux séparatifs.

Pascal

Pascal | 05 avril 2007 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Irresponsables

vous avez entièrement raison, je ne puis qu'appuyer vos arguments,
Quand aurons nous des politiciens de terrain, réalistes, qu'ils descendront de leur piedestal.
Nous les donneurs de leçons, sachons balayer devant notre porte.
Nous avons intallé une cuve de récupération des eaux de pluie que nous utilisons pour les wc, le lave-linge et l'usage exterieur sans crédit d'impôt!!!! depuis ces crédits d'impôt le prix des installation a pratiquement doublé.... Il n'y a pas de petit profit.....
je m'étonne que ces Messieurs les députés et sénateurs n'en aient pas encore pris conscience.
Nos voisins l'utilisent depuis plus de 10 ans, ont-ils rencontré des problèmes sanitaires?

Econergie | 05 avril 2007 à 09h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:La betise des deputés

Tu as tord et raison.
C'est pas pour les construction neuves, mais pour les zones urbaines neuves, et encore c'est pas toujours le cas.
Dans un quartier ancien, si tu construits par exemple sur un terrain en dent creuse, si tu n'as pas deux réseaux séparatifs, tu n'as pas le choix !

jld67 | 05 avril 2007 à 09h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Question..??

C'est vrai qu'il ne faut pas oublier la pédagogie et l'incitation à moins consommer. mais utiliser les eaux de pluie au lieu de l'eau potable est quand même une économie, car l'eau potable, faut la capter (utilisation de la nappe phréatique) , la traiter (ajout de produits chimiques) et la transporter ( les fuites de canalisations ne sont pas rares. )

labellette | 05 avril 2007 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Question..??

Exact, mais le fait est que les français sont plus enclin à s'attaquer aux conséquences de leur mode de vie qu'à vouloir le modifier, c'est à dire s'attaquer à la source. L'exemple le plus frappant est le problème des emballages...En ce qui concerne l'eau, il est vrai que la captation des eaux de pluie est moins compliquée, leur traitement inexistant avant utilisation et leur transport limité mais l'eau captée n'atteindra pas les nappes, il faut tout de même des récipients en plastique individuels (ce qui multiplie l'impact), etc... Qu'en est il des eaux grises évoquées dans un autre commentaire car il est indéniable qu'une double utilisation serait elle aussi plus durable...

jybesak | 05 avril 2007 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Question..??

Sauf qu'en milieu urbain, les eaux de pluie rejoignent directement le réseau d'eaux usées par l'intermédiaire des trottoirs et n'alimentent que très peu les nappes phréatiques... Les capter limite donc les risques d'innondation des rues.
Pour ce qui est des bacs en plastique, ils ont des durées de vie de 10 à 20 ans, et il me semble plus "écolo" de récupérer les eaux grâce à ces cuves que de laisser perdre les litres d'eau de pluie dans les égoûts (ce qui n'arrange rien à la pollution puisque l'eau ruissellante draine et étale les polluants chimiques de nos routes).

association ceseau | 05 avril 2007 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Depuis quand ?

alors continuons à utiliser 60 l d'eau potable pour la toilette chaque jour, continuons à utiliser 40 l d'eau potable pour la chasse d'eau, 80 l pour le lave linge, 40 l pour le lave vaisselle, et encore mieux, continuons à utiliser l'eau potable pour arroser nos jardins, laver nos voitures, et remplir nos piscines... On le sait bien l'eau est inépuisable. J'habite l'Aquitaine et l'eau du robinet provient au 2/3 des nappes souterraines profondes. En 100 ans, la nappe Eocène a baisser de 30 m, qu'il faudra des milliers d'années pour récupérer si l'on stoppait tous les prélèvements. Franchement, je crois qu'il est temps que la récupération des eaux de pluie devienne même obigatoire, Et non, prélever à gauche n'a pas forcément d'impact à droite. En milieu urbain, la pluie finit aux égoûts et n'alimente que très peu les nappes. Et pour information, l'eau du robinet est potable et nécessite de coûteux traitements avant et après le passage dans les foyers, alors que l'eau de pluie est impropre à la consommation et, pourrait-on dire, inépuisable. De plus, les doubles réseaux d'eau dans les maisons sont tout à fait fiables et éliminent tout risque de contamination, la France est très en retard sur ce genre de pratique à cause de grosses lourdeurs juridiques, administratives, et surtout... idéologiques.

association ceseau | 05 avril 2007 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:et la récupération des eaux grises ?

Vous avez entiérement raison et j'espère que cette démarche s'appliquera également et surtout aux établissements hoteliers,cliniques,hopitaux ,tous gros consomateurs d'eau..

a bientot

arnis | 05 avril 2007 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Question..??

Ok ok, je ne voudrais pas que quelqu'un croit un instant que je pense que récupérer l'eau de pluie ne peut pas améliorer la situation mais je voudrais juste qu'on arrête de traiter les conséquences de nos excès parce que personne ne veut changer son petit confort et enfin en parralèle aux utilisations d'eau alternatives, s'enquérir du qu'en est il des toilettes sèches et des autres solutions pour réduire la consommation tout court, eau des nappes ou eau de pluie....

jybesak | 05 avril 2007 à 11h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:et la récupération des eaux grises ?

Oui bien sur , tous batiments publics ou privés à caractère résidentiel ou sportif ou de soins dans lesquels la consommation d'eaux sanitaire bains, douches s'équilibre en gros avec la consommation des wc pourrait très avantageusement être équipés de récupérateur d'eaux grises pour alimenter les WC et on aurait ainsi de l'ordre de 40% des eaux sales à ne pas retraiter en stations d'épuration

her bak | 05 avril 2007 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
A QUI PROFITE cette annulation ??

les millions de m3 d'eau de pluie récupérés sont des m3 d'eau en moins vendus par les exploitants . Nous sommes donc là en droit de se poser la question de savoir si il n'y a pas protectionnisme ?? De plus il est prouvé aujourd'hui que moins ces exploitants vendent plus le prix de l'eau augmente ( maîtrise des charges oblige ) .

humberto | 05 avril 2007 à 12h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
tout est important

J'ai l'impression que tout est important: de travailler en amont comme en aval: par exemple j'ai mis des toilettes sèches chez moi ainsi que des cuves pour la récupération des eaux de pluie. Tout le monde n'a peut-être pas la possiblité de le faire (quelqu'en soient les raisons: manque de conscience, manque d'infos, manque de moyens, etc...) c'est pourquoi j'ai arrêté de débattre sur ce qu'il faut commencer à faire en premier. Je pense que tout ce qui peut apporter un bien pour l'environnement est bon même si cela semble dérisoire ou à l'envers. Je souhaite simplement qu'il y ait de plus en plus de prises de conscience.

Lulu | 05 avril 2007 à 12h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Dura lex, sed lex

Il ne faut pas oublier en parallèle que cette décision est parfaitement logique, puisque faisant suite à la recommandation du ministère de la santé de n'utiliser que de l'eau potable en usages sanitaires intérieurs.

Les ministères ne font que se mettre en cohérence.

Aprés, évidemment, étant pour ma part favorable à la récupération pour les wc et le ménage, ca m'énerve d'être obligé de faire appliquer cette mesure.

Mais c'est la législation.

Profitez en, vous avez un bulletin de vote à utiliser dans quinze jours...

N'oubliez cependant pas que, le prix de l'eau étant pour majorité composé de charges fixes, la diminution de l'eau consommé n'agira que peu sur l'eau potable... et sur l'assainissement, le problème ne devrait pas se poser, le comptage étant obligatoire (cf loi sur l'eau).

Tout n'est pas si simple.

Michon exploitant, mais public | 05 avril 2007 à 13h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
CESSONS LES QUERELLES

Réjouissons-nous plutôt de voir enfin des évidences marquer les esprits, au point de faire réfléchir nos législateurs. Si problème il y a quant aux solutions proposées, je pense qu'il s'agit de l'accompagnement fiscal, du ratio entre le pourcentage de la subvention et son plafond et non de débattre autour des usages permis ou non. Car rendre claire la volonté nationale de gérer intelligemment les eaux pluviales est déjà un pas. Et cesser le gâchis des arrosages et lavages extérieurs à l'eau "potable" est un immense progrès. Le reste suivra et les autres usages aussi. L'expérience du solaire et des matériaux d'isolation nous a appris combien il y a dérive des coûts dès lors que des accompagnements fiscaux tombent et que des marques parviennent à entrer dans le cercle restreint des "certifiés". Les prix grimpent et se rejoignent, avec un accord presque (trop) parfait.... Incitation fiscale oui, mais au bénéfice de qui ? Il conviendrait se faire un point précis du coût des différents systèmes proposés, et de limiter le bonus fiscal au meilleur rapport arithmétique % / plafond. La prise de conscience environnementale doit rester une démarche personnelle et non un support à faire exploser les profits des industriels opportunistes. Et c'est ensuite la conscience du citoyen consommateur qui fera le tri, l'évolution et la sincérité des tarifs des prestataires restant le meilleur indicateur. Ne soyons pas complices des dérives inflationnistes. Il est urgent de démocratiser tous les possibles techniques et de permettre à chacun de participer à cet immense effort collectif de préservation des ressorces ô combien limitées de notre précieuse planète. Ce combat là est autrement plus fondamental, il offrira à chacun un vrai choix, au-delà l'éternel frein financier.

CATHERINE | 05 avril 2007 à 15h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Question..??

Il ne faut pas ignorer l'effet bénéfique d'un captage des eaux pluviales "à la source", en tant que mesure alternative de lutte contre les inondations car on évite ainsi de surcharger les réseaux collectifs et permet d'amortir les pics de crues en rivières (favorisés par l'imperméabilisation des surfaces). Le stockage in-situ évite également la création de réseaux surdimensionnés pour des précipitations atypiques, tout en permettant un étalement dans le temps de la consommation d'eau.
Le bon usage de l'eau brute (dont la qualité est adaptée à l'utilisation, évitant tout traitement superflu) doit s'accompagner d'un apprentissage à l'économie d'eau (nécessaire pour éviter la pénurie dans la citerne).
Sur la question de la recharge des sols et sous-sols, la proportion collectée reste évidemment négligeable devant la recharge naturelle à l'échelle d'un bassin versant.

ELVER | 05 avril 2007 à 23h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Depuis quand ?

Bravo , il ne faut pas- yaqu'a -biensur, 60l c'est beaucoup pour la toilette 40 litres trop pour les chiottes + lave linge + lave vaiselle ect....... Mais l'eau prope d'aujourd'hui est l'eau polluée de demain , le cycle de l'eau est immuable sauf si l'homme y touche . Combien sont les humains sur cette planette a qui vous jettez a la figure vos 210 litres d'eau par jour alors qu'eux vivent en dessous du seuil de propreté et pauvreté et dont certains vos creuver en squattant vos riches demeures équipées d'un récupérateur d'eau de pluie. De cette eau de pluie acide que vous avez laissé poller et qui a fait creuver les forets franco allemande

Anonyme | 06 avril 2007 à 05h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:et la récupération des eaux grises ?

Bravo , enfin du positif avec une experience réalisée ,mais de grace :experimenter veux dire ETUDE D'IMPACT ENVIRONNEMENTALE alors faite valider les etudes d'impacts de cette experience et si aucune reserve n'est a prendre meme a titre de précaution alors allons y

yanouch K | 06 avril 2007 à 05h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Eaux Grises

Ce procédé existe depuis longtemps !
Au Japon, cela permet d'alimenter des rivières de ville en eau propre alors qu'en France ou ailleurs, on a souvent recouvert ces même rivières pour leur donner un vrai statut d'égout !
En Allemagne, à Monaco ... cela existe aussi ! Surement beaucoup plus si l'on cherche. Le procédé 'Aquacycle' existe, il suffit de faire face à la désinformation des politiques et de certaines personnes qui n'ont malheureusement rien de journaliste. Merci à tous les autres qui font leur métier, sans doute les plus nombreux mais pas les mieux payés... Y aurait-il aussi à creuser la dessous ?

Jérôme | 06 avril 2007 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
c'est révoltant!!!!

l'environnement est toujours bradé!!! Quellle est l'utilité de n'utiliser l'eau de pluie que pour les usages externes alors que l'on a des besoins imporatants en eau pour la chasse d'eau les usages domestiques de types lavages des sols !!!!!

Anonyme | 06 avril 2007 à 15h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le geste ancestral

On a beau dire, écrire, lire ! La littérature qui ruisselle, tant sur les toits réglementaires de la communauté européenne que celle, plus petite, de notre territoire national ne cesse de nourrir nombre de culture !
Ce ne sont que des mots me répondrez-vous ?
Peut être...
Mais entre-nous, du haut de mon assise, supportant les conduits et autres circuits, j'ai bien l'utilité de diriger le flux ? Alors pourquoi remettre en cause mes trajectoires ?
D'accords le ruissellement de jadis, celui qui nettoyait la rue, s’alourdissait de déjection et finissait bien souvent à meurtrir des familles entières… Souvenez-vous tant de deuil dans les cités d’autrefois !
Mais aujourd’hui regardons les éléments en face ! La cité brille de mille reflets javellisés et les égouts de paris ne sont pas menacés… Ils sont même glorifiés (par moment certes).
Alors que l’idée d’utiliser l’eau de pluie prenait vie voilà que la sécheresse de quelques textes frappe les élans de la commune…
Les villages ! Petite structure… Deux trois maisons ! Un réceptacle, une gouttière et hop l’arrosage de demain est planifié…
Alors messieurs pourquoi freiner la rotation du tronc ?
Rappelez-vous ce geste d’autrefois qui permis à tant de Jeangolin d’alimenter le puit de la ferme.
Ce n'est qu'un geste, qu'un fruit pour un développement durable !

Gouttereau | 07 avril 2007 à 23h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Attention aux amalgames

Il est necessaire de clarifier certaines choses :

1°) la récupération de l'eau de pluie devient une nécessité , du fait de la raréfaction de la ressource, qui n'est pas contestable, des risques de restriction par les distributeurs, ce qui n'est pas non plus contestable et des risques d'augmentation du prix de l'eau potable qui est encore moins contestable.

2°) Une installation doit répondre à certains critères techniques et sanitaires. Mélanger les sources est interdit, recycler une ancienne fosse septique est franchement déconseillé, passer l'eau aux UV peut être recommandé.

3°) Tout le monde n'a pas besoin de la même installation. Là où il tombe 1200mm/an, l'approche technique est différente d'un endroit où il tombe seulement 650mm/an.

4°) Dans un endroit donné, l'approche pour 3 ou 5, 6 ou + de personnes n'est pas non plus la même. Capter l'eau de pluie sur 150m² pour 3 personnes ne se traite pas de la même manière que capter sur 100m² pour 5 personnes.

5°) Tout le monde n'a pas les mêmes ressources financières pour tenter de réaliser cette installation.

Quel est l'intérêt du crédit d'impôt :

a) pour le particulier, cela lui permet de réduire l'impact financier d'une installationn, même si ce n'est que 25% du matériel.

b) pour l'état, c'est à peu près transparent, car si il n'y a pas de crédit d'impôt, il y a peu ou moins d'installations, donc moins de vente de matériel, donc moins de TVA. S'il y a plus de crédit d'impôt, il y a plus d'installations donc plus de TVA, mais réduite par le crédit d'impôt. Donc l'état n'a pas grand chose à y gagner, ni à y perdre (sauf de réduire les gains des marchands d'eau).

c) pour l'environnement, plus il y aura de récupération d'eau, plus on réduira le pompage sur les nappes qui se vident, plus on réduira les ruissellements, les pollutions etc....

Dans ma société, l'intérêt n'est pas de faire grimper les prix des matériels, bien au contraire. Plus il y aura de crédit d'impôt, plus on pourra faire d'installations, plus on pourra faire chuter les prix, plus on pourra aider de ménages à s'équiper, au moindre coût.

Mais, comme pour tout, rien ne peut être gratuit. La différence avec beaucoup d'équipements gadgets concernant l'eau, c'est qu'une installation bien pensée, bien construite et surtout bien financée peut s'avérer être quasiment gratuite. Et dans le Développement durable, c'est la seule ressource qui présente ce constat financier.

Il y aurait encore beaucoup à dire, mais il fallait au moins apporter ces clarifications pour que le débat soit serein.

Ph. VACHER

Anonyme | 10 avril 2007 à 16h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
raisons sanitaires ?

pourrait-on les détailler exactement ? cela veut dire que l'eau de pluie est potentiellement polluée ? Où est l'atteinte à la santé ?

pierre | 10 avril 2007 à 21h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:raisons sanitaires ?

Une des principales raisons sanitaires est le potentiel retour d'eau de pluie dans le réseau d'eau potable. Si les deux réseaux sont interconnectés, un "appel" d'eau (par l'utilisation de bornes à incendie,...) peut "aspirer" l'eau de pluie dans le réseau d'eau potable et polluer ainsi tout le réseau potable.
L'eau de pluie est une eau polluée, la traversée des différentes couches atmosphériques, le ruissellement sur les toits la charge en polluants. C'est pourquoi cette eau ne peut être utilisée à l'intérieur des habitations qu'en respectant des critères techniques.

Florence | 16 avril 2007 à 14h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
on peut etre hors monopole

je vais faire batir et comme mes voisins belges je vais installer une citerne (10 000L obligatoire pour toute construction neuve en belgique ) et aussi installer une micro station d'épuration ainsi plus besoing de compteur d'eau .Pour la partie potabilité de l'eau ,quand je fait cuire des pommes de terre ou des pates l'eau boue ,nous oublions d'ou nous venons ,a la camùpagne il y a 50 ans on se servait de l'eau du tonneau sous la goutiere et nous n'avons j'amais eu d'alergie ni d' asthme .

DD62 | 16 avril 2007 à 18h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Risque sanitaire

Bonjour,
Pour le risque sanitaire, la législation stipule l'utilisation d'eau du réseau public pour tous les usages sanitaires. il n'y a pas bien longtemps, il était même interdit d'arroser les jardins avec l'eau de ruisselement des toitures, because (vous allez rire) de la grippe aviaire (fientes sur les toits...). Bref, pour l'aspect risque de pollution du circuit d'eau potable, il peut être différentié (donc non identique), non couplé au réseau; pour les WC, il suffit d'avoir un deuxième robinet d'alimentation (c'est mon cas) dans le réservoir WC. Les perdants sont surtout les vendeurs d'eau...; Pour le risque, je signale quand même que les tuyaux gaz et eau sont tout deux en cuivre, très souvent non différentiés dans l'habitat individuel et cela ne dérange apparament personne...
Je pense surtout à du lobbying contre ces 30 % d'eau alimentant les WC... non vendus par les fermières...

invent | 16 avril 2007 à 22h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:raisons sanitaires ?

Normalement tout est prévu comme la pose de clapet anti retour, permettant l'isollement du reseau d'eau potale. Celui-ci devant etre opérationnel si l'eau pluviale ne suffit plus aux besoins

kenny | 17 avril 2007 à 17h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:A QUI PROFITE cette annulation ??

il est tentant d'imaginer que les sociétés qui gèrent l'eau pour leurs plus grands profits, voient certainement d'un mauvais oeil des m3 d'eau qu'ils ne vendent pas d'une part et qu'ils n'assainissent pas d'autres parts, de là à imaginer qu'ils ont fait un zest de lobbying auprès de nos parlementaires pour faire capoter la mesure initiale, il n'y a qu'une goutte !
alain

le citoyen | 17 avril 2007 à 22h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Risque sanitaire

C'est bien vrai.
D'autant que j'ai même connu des maisons où le fioul de la chaudière circulait aussi dans un tube de cuivre.
J'ai déjà écrit cela il y a 1 bon mois à Nelly Olin. Je crois qu'ils s'en f..... royalement (si je puis dire).

Philippe VACHER | 17 avril 2007 à 23h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Risque sanitaire

Bonjour,
Je complète tout de même mes propos :
Si l'on considère que l'on récupère de l'eau de pluie pour les WC, il serait "compréhensible" que la partie assainissement facturée augmente. Pourquoi ?
Parce-que le volume de "merde" à traiter (et donc son coût) est toujours le même alors qu'il y a moins d'eau facturée.
D'un autre coté, nous ne devrions pas payer la partie assainissement sur l'eau utilisée au rempliisage des piscine, du lavage voiture et arrosage jardin, puisqu'elle ne repart pas dans le réseau...
Le fait d'utiliser de l'eau "non facturée" peut inciter à ne pas faire attention au volume chassé (ne faire que des pleines chasses par exemple) et donc surcharger la STEP...

invent | 18 avril 2007 à 07h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:raisons sanitaires ?

L'eau de pluie est généralement de meilleur qualité que l'eau de PUITS, de source, voire même du réseau : pas de nitrates, pas de pesticides, pas de tartre et enfin pas de chlore (utilisé pour "potabiliser" l'eau, mais responsable d'autres maux = revers de la médaille).
Seule bémole : elle est plus acide; mais cela se corrige.
Et des filtres à charbon (+ céramique), et UV permettent d'obtenir une eau de très bonne qualité pour les machines (augmente leur durée de vie car moins calcaire) et très agréable à la douche (pour la peau et les cheveux).

Tony | 19 avril 2007 à 18h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Attention aux amalgames

Permettez-moi deux précisions/réactions à vos propos :

"1°) la récupération de l'eau de pluie devient une nécessité , du fait de la raréfaction de la ressource, qui n'est pas contestable, des risques de restriction par les distributeurs, ce qui n'est pas non plus contestable et des risques d'augmentation du prix de l'eau potable qui est encore moins contestable."
=> il y aura toujours de l'eau, sinon, si plus d'eau, plus de vie sur terre. Le problème réside d'avantage dans la pollution des eaux rejetées que dans la quantité d'eau consommée.

"La différence avec beaucoup d'équipements gadgets concernant l'eau, c'est qu'une installation bien pensée, bien construite et surtout bien financée peut s'avérer être quasiment gratuite. Et dans le Développement durable, c'est la seule ressource qui présente ce constat financier."

=> Excusez-moi, mais c'est le cas pour toutes les énergies renouvelables (surtout le solaire, que je connais assez bien, je crois).

Tony | 19 avril 2007 à 18h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Attention aux amalgames

Bonjour Tony,
Bien sûr, il y aura toujours de l'eau sur la Terre, mais ici on parle de l'eau potable immédiatement accessible à l'homme.
Sans vouloir vous offenser, vous avez la réaction de beaucoup de Français (pour ne parler que de chez nous) qui ne savent pas que la réserve d'eau potable immédiatement accessible à l'homme ne représente que 0,3% (ces chiffres sont vérifiables) de la quantité totale d'eau présente sur la Terre. Ce peu d'eau dont nous disposons, nous le dilapidons et nous le polluons. Les nappes phréatiques sont en baisse. NOUS SOMMES EN TRAIN DE VIDER LES RESERVES et NOUS POLLUONS LE RESTE DE CETTE RESERVE.
La communauté internationale a bien compris le problème et elle s'en émeut.

Pour le second point, je parlais de l'investissement dans l'installation qui peut s'apporcher de la gratuité, pas de la ressource elle-même, qui est bien sûr gratuite, comme le solaire ou l'éolien.
Cependant, l'investissement pour récupérer de l'eau de pluie coûte moins cher que celui pour récupérer de l'énergie solaire, qu'elle soit photovoltaïque ou thermique. De même pour l'éolien, les investissement sont coûteux.
Dans ces 2 cas, le retour sur investissement est beaucoup plus lent que pour l'eau de pluie.

J'espère avoir été plus clair.
Merci pour votre participation.

Philippe VACHER.

Anonyme | 20 avril 2007 à 00h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
mon expérience

Mon habitation précédente était alimentée entiérement en eau de pluie sauf un robinet dans la cuisine et un dans la sdb. La nouvelle à été réalisée dans la même optique. (region rhones alpes) Deux cuves de 7000 litres suffisent pour notre ménage de 4 personnes. Des clapets antiretour contrôlables assurent la protection du réseau.
un préfiltre et un filtre de 5microns arrête les impuretés. Il est néanmoins evident que l'eau ne peut-être utilisée pour boire ou cuisiner. Cela fait maintenant 20 ans que nous avons opté pour ce système et nous sommes en parfaite santé. Pour ce qui est du coût, il vaut mieux acheter les cuves en Belgique (environ 700€) et les pompes sont des composant que l'on trouve de partout. Il serait par contre normal de contribuer aux charges liées au traitement des eaux usées en tenant toute fois compte que l'on utilise moin de détergent.

dimi038 | 09 mai 2007 à 23h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Risque sanitaire

Bonjour,
Il est vrai qu'en utilisant de l'eau de pluie, on ne paie plus l'assainissement de l'eau mais le pb en france c'est qu'on veut traiter 100 % des eaux usées pour la rendre potable alors que l'on pourrait traiter que 3% et la rendre potable ; les 97 % restants serait traitée uniquement en décantation ou épandage. D'ailleurs c le cas aujourd'hui puisque toutes les eaux usées ne sont pas traitées....
Donc cela réduirait la facture de traitement des eaux et donc les bénéfices des grandes firmes qui ne veulent pas ça !!.
Sinon pour ce qui est du décret qui préconise l'utilisation de l'eau pluie uniquement pour l'éxtérieur est une abérration. Mon arrière grand père utilisait déjà l'eau de pluie pour usage sanitaire en 1915 car il n'y avait pas d'eau courante dans les campagnes à l'époque et il n'est pas mort pour autant (décédé à 98 ans)......
A réfléchir

Anonyme | 14 mai 2007 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:mon expérience

Je suis en train de construire et je me pose la question pour utiliser l'eau de pluie pour la douche et le bain. Ce qui me freine c'est l'utilisationde l'eau de pluie pour l'eau chaude. Quesls sont les risques. Peut-on mélanger de l'eau froide de pluie avec de l'eau chaude potable dans un mitigeur ????

Merci de votre conseil

gamgou | 14 mai 2007 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:un désastre

Un drame sanitaire !!!!! Et comment à fait l'homme pour survivre jusqu'à aujourd'hui sans eau potable !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

In croyable, pour ce qui concerne la boisson je suis d'accord pour utiliser l'eau potable mais pour les bains et les douches ce n'est pas utile.
Tout ce qu'on fait aujourd'hui c'est deresponsabiliser l'homme quand au stockage et à l'utilisation de l'eau. nos anciens avait connaissance des rythmes et comment utiliser l'eau alors que pour nous, il suffit d'ouvrir un robinet et l'eau coule sans que l'on sache comment elle est arrivé au robinet..............
J'habite dans une commune à 600m d'altitude et l'on fait venir l'eau de la ville quie se situe à 300 m en contrebas !! Comment peut-on laisser descendre l'eau de pluie, la traiter à 100% et la pomper pour au bout en boire 3% !!!!!!! C'est là que se trouve la catastrophe !!!!!

gamgou | 14 mai 2007 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:mon expérience

bonjour,
Je rappelle que je ne suis pas expert en la matière, j'ai simplement mes 20 ans d'expérience et celle de quelques proches. L'eau de pluie tant qu'elle n'est pas ingérée (et encore) est tout à fait sans danger. Il faut néanmoins veiller à ce que le chauffe eau fasse un cycle de chauffe à 70° par semaine pour éviter le risque de légionellose ce qui de toute façon est valable aussi pour l'eau de ville. En théorie, les deux installations devraient être totalement séparée. Maintenant, en tant que particulier, vous êtes chez vous . Il faut par contre veiller au bon fonctionnement des clapets antiretour car si vous réinjecté votre eau dans le réseau public, c'est grave.
Mon installation est équipée d'un circuit potable, froid pluie et chaud pluie. Dans la cuisine il y a un mitigeur "pluie" et un robinet potable. Dans la sdb il y a un mitigeur froid potable et chaud pluie.
A plus.

Anonyme | 14 mai 2007 à 21h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Attention aux amalgames

Bonjour Philippe,
J'ai apprécié votre point de vue assez impartial sur l'utilisation de l'eau de pluie: la pluviométrie de la région,
les besoins d'eau, les moyens financiers ...ne sont pas les
memes pour tout le monde. Le crédit d'impot lié à un usage uniquement extérieur de l'eau de pluie n'est pas
parfait mais c'est un premier pas en avant: c'est mieux que rien! Et puis rien n'empèche celui qui veut aller plus loin,
de réaliser par la suite une alimentation WC, machine
à laver...en la séparant du réseau d'eau "potable". Pour
ce qui concerne les risques sanitaires, je ne pense pas
que les anciens qui allaient puiser l'eau au puit ou à la source du village, aient été plus malade que les autres.
En plus de sa gratuité, l'eau de pluie est quelquefois
plus potable que l'eau du robinet (teneur importante
en nitrates et atrazine en Bretagne par éxemple).
Marc22.

marc22 | 15 mai 2007 à 22h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les lobis de l'eau façe à l'écologie ...

N'est-il pas étrange que le développement des énergies propres soient si peu mis en avant dans notre société ?

La nouvelle dictature c'est l'économie de marché .
L'écologie rencontrera l'économie quand cette dernière
y trouvera son intéret. Pour l'instant l'argent vient du pétrole
de la distribution et des télécomunications.
SI l'écologie était une économie le Sahara serait le lieu le plus lucratif au monde .

Anonyme | 26 mai 2007 à 18h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Attention aux amalgames

Bonjour
En vrac...:
Dans combien de municipalités le réseau EdP est-il relié au "tout à l'égout "?
Dans quel état se trouvent les centrales d'assainissement aprés un orage ?..
Quel est l'intéret de l'état ?(nous!!)
Le crédit d'impôt sert ou devrait servir à donner un "coup de pouce" à une filière afin de la pérenniser...
25% de crédit avec de surcroit une application limitée est insuffisant.
Le "débrouillard" va bricoler son installation ou faire appel à des "copains"...même s'il existe de trés bons bricoleurs ainsi que des pros peu scrupuleux....en attendant on n'aide pas la filière et on risque de voir se multiplier les problèmes.
Un "client potentiel" (ayant un puit qui fonctionne dans sa cour) me dit qu'il veut récupérer l'eau de pluie a condition qu'il obtienne un crédit d'impôt...
Je crois que notre intéret et de sauvegarder ce qui peut encore l'être. Mais comme d'hab. l'inertie de notre administration est redoutable qui plus est en période électorale...!!

Toutes les énergies renouvelables ont besoin d'être aidées.

Dominique

eaucourantdair | 30 mai 2007 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Attention aux amalgames

Bonjour,
vous parlez de votre société qui installe des systemes de récupérations et d'utilisations d'eaux de pluie .
15 ans d'expérience dans le milieu de l'assainissement et presque 3 ans aupres d'une administration je souhaite faire profiter les particuliers de mon experience en la matiere et leur proposer des solutions de mise en conformité de leurs installations en meme temps que la récupération et réinfiltration des eaux pluviales.
contactez moi

olve | 12 septembre 2007 à 19h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Attention aux amalgames

Voici mon Email :
Philippe VACHER
contact@idbleues.com
A bientôt.

Anonyme | 12 septembre 2007 à 23h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Attention aux amalgames

Eau de source et pollution.
Je serais moins affirmatif sur les usages et habitudes des anciens qui allaient à la source.
Durant ma jeunesse j’allais à la source n’ayant pas d’eau à la maison. La rumeur colportait en effet : C’est de l’eau de source donc elle est potable. Et bien je peux le dire durant cette même période j’ai eu régulièrement des troubles intestinaux. Est venu « le progrès » et l’eau au robinet, mais cette eau était prélevée dans la rivière et traitée à l’eau de javel dans une proportion telle qu’elle en était imbuvable. La municipalité a fait analyser l’eau de la source et le constat à été évidement « eau non potable ».Eau que nous buvions depuis toujours. Il fallut choisir entre l’eau de javel diluée dans l’eau de la rivière et l’eau de source non potable. Et bien le croirez-vous certains s’empressèrent de faire disparaître le rapport de contrôle de l’eau de source. Dur dur la pédagogie !!

barondugal | 18 janvier 2008 à 02h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:CESSONS LES QUERELLES

Elle est bien là la vrai question : une prime, mais au profit de qui ? Le prix des produits n’est-il pas augmenté du montent de la prime ? A quand une vrai pédagogie pour opposer une argumentation fournisseur à une argumentation client « éclairé ».

barondugal | 18 janvier 2008 à 02h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager