En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déchets dangereux : hausse de 4,5% des volumes français traités entre 2014 et 2015

Déchets  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°374 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°374
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

Quelque 5,83 millions de tonnes de déchets dangereux ont été traités en France en 2015, indique le Syndicat professionnel pour le recyclage et l'élimination des déchets dangereux (Sypred), à l'occasion de la publication de la synthèse nationale du panorama des données de la base de déclaration annuelle des rejets (Gerep). A noter que ce panorama ne comptabilise pas les 485.000 tonnes (pour la fraction déclarée) de véhicules hors d'usage (VHU), ni les 516.000 tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE). En les incluant, le volume total de déchets dangereux atteint 6,83 millions de tonnes.

Le syndicat professionnel précise que le volume 2015 de déchets dangereux est en hausse de 4,5% en un an. "Cette tendance s'explique probablement par une certaine reprise des activités industrielles et une collecte en augmentation de l'amiante", indique-t-il.

   
Traitement des déchets dangereux en France en 2015 © Sypred
 
   
La grande majorité de ces déchets (4,7 millions de tonnes) est directement envoyée vers un exutoire sans passer par une plateforme de tri traitement regroupement prétraitement (TTRP). L'enfouissement et l'incinération, avec 30% du total traité chacun, restent les modes d'élimination privilégiés. La valorisation bénéficie essentiellement aux métaux (923.000 tonnes en 2015).

S'agissant des modes de traitement, le syndicat ne note pas de bouleversement dans la gestion des terres polluées : elles font essentiellement l'objet d'un traitement biologique. En revanche, l'augmentation du captage de l'amiante s'est traduite par une hausse sensible de l'enfouissement en installations de stockage de déchets non-dangereux (ISDND).

Réactions1 réaction à cet article

 

Si la quantité de déchets dangereux traités augmente en France alors que les sites susceptibles d'en produire ferment les uns après les autres cela signifie qu'avant ils disparaissaient dans la nature sans autre forme de procès

glaudius92 | 03 octobre 2017 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…