Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déchets infectieux : face à la hausse des volumes, la réglementation s'adapte

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Déchets infectieux : face à la hausse des volumes, la réglementation s'adapte

L'épidémie de Covid-19 a engendré une hausse de la production de déchets classés « déchets d'activité de soin à risque infectieux » (Dasri). Le coronavirus n'a pas nécessité de traitement spécial pour eux. Le Haut conseil de la santé publique a conseillé que les déchets contaminés soient orientés vers la filière habituelle des Dasri. Mais la consommation de protections de type blouses, masques et gants ayant fortement augmenté depuis le début de l'épidémie, le volume des déchets a suivi la tendance, que ce soit en milieu hospitalier ou auprès de tous les professionnels de santé (pharmaciens, laboratoires, cabinets médicaux). La commission européenne a également recommandé de traiter les déchets non médicaux des parties communes des établissements de soin comme des déchets cliniques infectieux.

Cette hausse, associée aux conditions de travail modifiées chez les opérateurs de déchets, a compliqué la collecte de ces Dasri. « Nous devons faire face aussi à une multiplication des points de production Dasri. Cette contrainte supplémentaire génère un véritable challenge pour la collecte », explique Miquel Lozano de la société Tesalys, spécialisée dans le traitement des Dasri. Pour répondre à cette tendance, deux arrêtés, publiés au Journal officiel du 20 avril, allongent le temps de stockage des Dasri selon les volumes produits.

Pour le traitement des Dasri, deux filières sont possibles. Une collecte sur le lieu de production pour un envoi vers l'incinération, ou un traitement d'hygiénisation sur place grâce à des machines spécialisées. Une fois traités, les Dasri prennent le statut de déchets banals et suivent le circuit des déchets ménagers.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager