Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le décret Beges est publié et élargit le périmètre du bilan carbone

Gouvernance  |    |  Florence Roussel

Le 1er janvier 2023, le bilan carbone va changer d'échelle. Le décret qui l'encadre – dit Beges – vient d'être publié, avec des nouveautés à la clef. Aujourd'hui, les bilans d'émissions de GES ont pour objectif de réaliser un diagnostic des émissions de gaz à effet de serre des acteurs publics et privés concernés, à savoir les entreprises de plus de 500 salariés, les collectivités de plus de 50 000 habitants, les établissements publics de plus de 250 agents et les services de l'État. Il s'applique aux scopes 1 et 2 des émissions, c'est-à-dire aux émissions directes de gaz à effet de serre liées aux activités et aux émissions indirectes de CO2 liées à la production d'énergie, sous forme d'électricité ou de chaleur, et doit servir à l'élaboration d'un plan d'action.

Point le plus significatif du décret : il élargit le périmètre des émissions de gaz à effet de serre à prendre en compte à celles du scope 3, c'est-à-dire à l'ensemble des autres émissions indirectes. « Un grand pas dans l'avancée de nos réglementations pour la lutte contre le changement climatique ! » réagit l'Ademe sur son centre de ressources consacré au sujet. À noter : pour les entreprises, cette évolution ne concernera que celles soumises à la déclaration de performance extra-financière, afin de mettre en cohérence ces deux dispositifs.

Par ailleurs, le décret adapte la réglementation à la loi Énergie-climat de 2019, qui avait introduit de nombreuses modifications : le plan d'action a été remplacé par un plan de transition, un peu plus précis et exigeant ; les collectivités peuvent intégrer leur Beges dans leur plan climat-air-énergie territorial (PCAET) ; et la sanction maximale en cas de non-réalisation du Beges est portée à 10 000 euros, voire au double en cas de récidive, contre 1 500 antérieurement.

Réactions2 réactions à cet article

 

Il faudrait peut être parler du formidable échec de ce BEGES . Véritable illustration de notre technocratie dominante (le mode d'emploi fait plus de 85 pages). Sur les 64000 inscrits sur la plateforme seuls 4000 dossiers déposés ! Que l'ADEME montre l'exemple et produise déjà son BEGES !

Reivilo | 20 juillet 2022 à 09h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour ce qui est des usines de production d'énergie (ICPE) cela devrait faire partie du dossier dès le seuil "déclaration" !!!??

AUCASOU | 21 juillet 2022 à 14h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Economie circulaire : une expertise juridico-technique en droit des déchets LPA-CGR avocats
Conseil en résilience environnementale LPA-CGR avocats