En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le député Michel Lesage chargé d'une mission d'évaluation de la politique de l'eau

Eau  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Le Premier ministre a confié le 8 février au député socialiste des Côtes-d'Armor Michel Lesage une mission temporaire auprès de la ministre de l'Ecologie portant sur une évaluation de la politique de l'eau.

Cette mission devra permettre "de réorienter la politique du Gouvernement (…), de définir les priorités d'action pour le prochain cycle de gestion de la directive cadre sur l'eau, qui couvrira la période 2016-2021, et de proposer de nouveaux modes d'intervention dans les territoires", indique la lettre de mission.

Elle s'inscrit, précise Jean-Marc Ayrault, dans le cadre plus général de l'évaluation de la politique de l'eau décidée lors du comité interministériel de modernisation de l'action publique du 18 décembre 2012. Elle est aussi en lien avec la mission confiée au député socialiste du Gers Philippe Martin sur la gestion quantitative de l'eau ainsi qu'avec la mission d'inspection relative au bilan à mi-parcours des schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage).

Exercice complexe, long et coûteux

"Près de deux ans après l'adoption par les comités de bassin des Sdage, la mise en œuvre de la directive cadre sur l'eau prend du retard", constate le Premier ministre. Un point d'avancement réalisé fin 2012 devant la Commission européenne montre que l'atteinte des objectifs est "difficile, étant donné les retards constatés, notamment sur la lutte contre les pollutions diffuses agricoles  et la restauration de l'hydromorphologie des cours d'eau", ajoute-t-il.

La reconquête de la qualité de l'eau peut s'avérer "un exercice complexe, long et coûteux", relève la lettre de mission. D'où la nécessité d'établir un ordre de priorité dans les actions à conduire. Malgré les outils réglementaires et les moyens financiers des agences de l'eau, Jean-Marc Ayrault déplore l'absence "de résultats concrets sur la qualité des eaux, qu'elles soient souterraines ou de surface".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…