En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Corse adopte son schéma de gestion des eaux pour 2016-2021

Eau  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

L'Assemblée de Corse a adopté, vendredi 18 septembre, son schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) pour la période 2016-2021. Il avait été adopté à l'unanimité par le comité de bassin le 14 septembre.

Le Sdage fixe pour six ans les grandes priorités, appelées "orientations fondamentales", d'une gestion équilibrée de la ressource en eau et intègre les obligations définies par la directive cadre sur l'eau (DCE) en vue d'atteindre un bon état des eaux en 2021.

"Avec ce nouveau plan de gestion sont tracées, pour les six ans à venir, les priorités des politiques publiques pour l'eau, sur la base des objectifs à la fois exigeants mais surtout réalisables : maintenir le bon état de toutes les eaux (cours d'eau, plans d'eau, eaux souterraines, littoral), terminer les travaux d'assainissement des communes et restaurer les rivières abîmées et les zones humides. Pour la première fois, une orientation spécifique est dédiée aux écosystèmes marins et lagunaires", indiquent le comité de bassin et la collectivité territoriale de Corse dans un communiqué commun.

La Corse affiche le meilleur score de rivières en bon état en France, rappellent ces dernières. En revanche, "certains habitants ruraux attendent encore une eau potable de qualité et un assainissement performant", ajoutent-elles. "Dans un contexte de changement climatique, les altérations physiques des rivières, les prélèvements d'eau excessifs et les pollutions domestiques ou pluviales sont les principales sources de déclassement des eaux", précisent les deux instances.

Les Sdage des sept bassins hydrographiques français ont fait l'objet d'une vaste consultation publique entre décembre 2014 et juin 2015. Consultation qui a toutefois été critiquée par certaines ONG, et en particulier l'UFC-Que Choisir qui estimait que les consommateurs n'étaient pas en mesure de se prononcer sur les véritables enjeux de la protection des ressources en eau. A savoir faire un véritable choix entre la dépollution et la prévention de la pollution.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…