En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Economie circulaire : l'Ademe lance une vaste opération d'accompagnement des PME

L'Ademe et ses partenaires accompagnent les TPE et PME pour faire des économies en optimisant les consommations d'énergie, de matière et d'eau, et en réduisant les déchets. Ils garantissent la rentabilité de la démarche pour les entreprises.

Energie  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"Il s'agit d'un des meilleurs exemples de conciliation de l'économie et de l'écologie", a déclaré ce jeudi 9 novembre Brune Poirson, secrétaire d'Etat à la transition écologique, en lançant avec l'Ademe et de nombreux partenaires l'opération "TPE&PME – Gagnantes sur tous les coûts".

 
L'Ademe a recruté 160 experts et les a formés à une méthode commune. Ces experts vont venir dans l'entreprise pour identifier de manière chiffrée les potentiels d'économie.  
Fabrice Boissier, Ademe
 
L'objectif de cette opération ? Permettre aux entreprises de réaliser des économies grâce à l'optimisation de leurs consommations d'énergie, de matières et d'eau, et la réduction de la production de déchets. "On rentre dans un cercle vertueux", explique Bruno Léchevin, président de l'Ademe. Ce qui permet de renforcer la cohésion des salariés et peut conduire aussi à s'engager dans une démarche RSE.

"Un regard externe est toujours important"

L'opération s'adresse en priorité aux TPE-PME mais aussi aux établissements de 20 à 250 salariés rattachés à des entreprises plus importantes. "Elle vise les industries de process mais aussi la restauration, la distribution ou l'artisanat", indique Fabrice Boissier, directeur général délégué de l'Ademe. Le dispositif s'adresse prioritairement à des entreprises qui ne sont pas précurseurs en la matière.

Quelle est la marche à suivre ? Les entreprises doivent tout d'abord s'inscrire sur le site gagnantessurtouslescouts mis en ligne par l'Ademe. La démarche se décompose ensuite en quatre étapes, détaille M. Boissier : l'analyse des pratiques de l'entreprise, la définition d'un plan d'actions, la mise en oeuvre de ce plan sur une durée d'un an maximum, suivi en dernier lieu par une évaluation.

Le premier avantage de la démarche est l'accompagnement technique. L'Ademe a recruté par appel d'offres 160 experts issus de bureaux d'études ou des chambres consulaires et les a formés à une méthode commune. Ces experts vont venir dans l'entreprise pour identifier de manière chiffrée les potentiels d'économie. Ils en valideront ensuite la faisabilité avec le chef d'entreprise.

"L'Ademe est une caution, et un regard externe est toujours important", témoigne Jean-Claude Courant, directeur logistique du réseau de jardineries Botanic, qui a participé à la précédente opération d'accompagnement de l'Ademe, ce qui lui a permis d'économiser 4.600 euros par an en optimisant l'éclairage de sa plateforme logistique. "Notre difficulté est de hiérarchiser les investissements et les sources d'économie. Il est intéressant à cet égard d'avoir un audit d'une société extérieure à qui faire confiance", ajoute Laurent Garcia, directeur général d'Omedec, société spécialisée dans le découpage, l'emboutissage et l'assemblage de pièces et ensembles industriels.

"Opération gagnante à tous les coups"

Le deuxième avantage est la prise en charge financière du dispositif. "L'opération est gagnante à tous les coups", assure Fabrice Boissier, qui explique que l'entreprise n'a rien à payer à l'expert dont la prestation est prise en charge par l'Ademe. Si les économies identifiées par l'entreprise dépassent un certain montant (12.000 € pour les établissement entre 50 et 100 salariés), celle-ci s'engage à reverser à l'Ademe la moitié de ce montant (6.000 € pour ces établissements) qui l'utilisera pour financer l'accompagnement d'autres entreprises.

Toutes les économies réalisées au-delà de cette contribution ainsi que les années suivantes sont donc au bénéfice de l'entreprise, vante l'Ademe. Dans l'hypothèse où aucune source d'économie ne pourrait être identifiée, le coût de l'audit serait donc assumé par l'Ademe.

Ce qui devrait être plutôt rare au regard des résultats jugés "au delà des espérances" de l'opération précédente de l'Ademe lancée en 2016 et qui a accompagné 49 PME. Cette dernière a permis aux entreprises participantes d'économiser un total de 3 millions d'euros par an, avec un temps de retour sur investissement moyen de sept mois, sachant que 23% des gains ont été générés par des actions ne nécessitant aucun investissement.

De quoi envisager l'accompagnement d'un nombre d'entreprises plus important que les 500 attendues pour l'année 2018. "L'objectif est d'identifier les modalités les plus pertinentes qui permettront de généraliser la démarche à plus de 5.000 entreprises dès 2019-2020", s'enthousiasme l'Ademe.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…