En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Emplois et transition écologique : retour d'expérience dans le Nord-Pas-de-Calais

Pendant deux ans, une expérimentation sur l'emploi et l'économie verte a été menée dans le Nord-Pas-de-Calais. Elle a permis de dessiner ce que devrait être l'accompagnement de l'évolution des activités économiques et des métiers.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Emplois et transition écologique : retour d'expérience dans le Nord-Pas-de-Calais

A la suite d'un appel à projets lancé par le ministère de l'Ecologie, la région Nord-Pas-de-Calais a été sélectionnée avec trois autres régions (Alsace, Corse, La Réunion) pour mener une expérimentation visant à identifier les impacts d'un verdissement de l'économie en termes d'emplois, de besoins de formation et de structuration des filières professionnelles. La mission a été confiée, pour le compte des services déconcentrés de l'Etat et de la Région, au Centre régional de ressources pédagogiques et de développement de la qualité et de la formation (C2RP), en lien avec le cd2e. "Nous avons travaillé en amont, dès juillet 2010, avec l'ensemble des services concernés (Sgar, Direccte, Dreal, rectorat, Région…), il y a eu une véritable réflexion partagée", explique Claude Redmann, responsable du pôle emploi-formation au C2RP. "Un des objectifs de l'expérimentation était de favoriser sur les territoires les partenariats et les dynamiques qui allaient contribuer au développement des métiers verts et verdissants".

L'expérimentation s'est traduite par la publication de plusieurs études sur l'économie verte "mais aussi par un travail de sensibilisation, d'information et de professionnalisation qui s'est traduit par l'organisation d'une Semaine de l'économie verte, en octobre 2012, réunissant les acteurs susceptibles en région de contribuer au développement de l'économie verte".

30.000 emplois supplémentaires en 2020

"La première difficulté à laquelle nous avons été confrontés lorsque nous avons démarré nos travaux a été la question de la nomenclature des métiers verts et verdissants, de leur définition et de leurs périmètres. Un travail conséquent a été mené par l'Observatoire national des emplois et métiers de l'économie verte".

En parallèle, le C2RP a planché sur une étude prospective, présentant des scénarios de créations d'emplois à dix ans dans trois secteurs d'activité à forts enjeux dans la région : la performance énergétique dans le bâtiment, le recyclage et les énergies renouvelables.

Equipements d'énergies renouvelables, construction, éco-quartiers, rénovation… L'étude révèle que le secteur du bâtiment représente le plus gros potentiel d'emplois, avec 25.500 équivalents temps plein (ETP) supplémentaires en 2020. La filière du recyclage et du réemploi pourrait représenter un gisement de 2.700 ETP, dont 1.200 directement liés à la filière "ameublement". "D'autres gisements, non estimés, résident dans le développement des activités de réparation auprès des entreprises et des particuliers, de tri-déconstruction dans les secteurs générateurs de déchets (BTP, industrie) et dans la structuration de filières quasi-inexistantes aujourd'hui comme la filière de réemploi-recyclage des minéraux (sédiments de dragage, déchets des travaux publics,…)", souligne l'étude. Enfin, les énergies renouvelables pourraient créer 1.521 ETP d'ici 2020, dont 700 dans l'éolien offshore.

L'étude pointe également les difficultés des salariés de TPE et PME pour accéder à la formation continue et l'inadéquation de l'offre et de la demande. Elle préconisait donc d'organiser les transitions professionnelles tant au sein de l'entreprise que sur l'ensemble du marché du travail.

208.655 actifs en 2008 dans l'économie verte

Une fois la nomenclature des métiers mise à jour, le C2RP a pu s'en emparer et mesurer l'activité verte dans le Nord-Pas-de-Calais.

En dix ans (2000-2010), "l'emploi s'est développé de façon significative dans les métiers de l'économie verte". Une hausse de 25% des effectifs salariés a été enregistrée, représentant "13.000 postes supplémentaires dans ces métiers contre 2,5% pour l'ensemble de l'économie".

En 2008, 208.655 actifs ont été recensés pour les métiers de l'économie verte.Les "métiers verdissants" sont beaucoup plus représentés (199.637) que les "métiers verts" (9.018, dont 4.040 dans les métiers de l'assainissement et du traitement des déchets et 3.731 dans les métiers de la production et de la distribution d'énergie et d'eau).

Le bâtiment (+5.800 postes), les transports (+ 6.400 postes), les activités de recherche, développement et analyse (+ 2.000 postes), la gestion des déchets et le traitement de l'eau (+1.450 postes) ont enregistré les plus fortes hausses en dix ans. L'étude analyse également les conditions d'emplois, l'âge et le genre des actifs.

Plus récemment, en juillet 2013, l'Insee a publié une étude sur l'emploi vert en Nord-Pas-de-Calais. "Cette étude a permis d'affiner l'analyse des emplois par l'approche métiers et de la croiser avec l'activité de l'entreprise", indique Claude Redmann. L'Insee souligne ainsi que "si une partie des métiers verts s'exercent dans des activités « classiques » de l'économie, des activités de l'économie verte font appel réciproquement à des emplois « classiques » (notamment les fonctions supports telles que le secrétariat). Ainsi, dans l'économie verte, seuls 31% des emplois correspondent à des métiers verts, le reste des emplois de l'économie verte se répartissant entre des métiers potentiellement verdissants et d'autres métiers hors métiers verts ou potentiellement verdissants".

Faire évoluer les formations et organiser les transitions

"Pour mesurer ces emplois, il fallait des outils adaptés qui n'existaient pas au commencement de nos travaux. La même difficulté existait pour les formations", indique Claude Redmann. Là aussi, un travail a été réalisé par le ministère de l'Ecologie.

Pour autant, en 2009, avant l'expérimentation, le C2RP a publié une étude sur l'offre de formation et les besoins d'évolution pour l'éco-construction et l'éco-rénovation. Ce travail  s'est poursuivi, avec un groupe d'organismes de formation volontaires, par une réflexion et des propositions d'évolution des formations. En 2011, une étude a été publiée sur les métiers de la biodiversité et leurs évolutions face aux enjeux de la trame verte et bleue. Deux nouvelles études viennent d'être finalisées sur l'offre et les besoins d'évolution des formations aux métiers du recyclage et de la valorisation matière et sur l'évolution des compétences dans le domaine du transport et de la logistique.

Plus récemment, le réseau des centre régionaux de ressources sur l'emploi et la formation (les Carif-Oref), dont fait partie le C2RP, a créé un groupe de travail autour des métiers de l'économie verte. "L'objectif est de mener une réflexion commune, de partager les différents projets et de capitaliser sur les travaux menés, et ce, en lien avec l'Observatoire national".

En avril 2013, le réseau a également fait part de ses observations au groupe de travail consacré à l'emploi du débat national sur la transition énergétique. L'expérimentation menée en Nord-Pas-de-Calais a en effet permis de montrer l'ampleur de la tâche qu'il reste à accomplir pour verdir l'économie. "Nous avons contribué à un état des lieux, c'est la première marche. Mais beaucoup reste à faire", signale Claude Redmann. Outre l'analyse des gisements et mutations d'emplois à l'échelle des régions, une cartographie des compétences et une identification des mobilités intra et intersectorielles semblent nécessaires pour organiser les mutations professionnelles. Des outils d'information et d'orientation tout au long de la vie devraient également être développés. C'est également le constat dressé dans le projet de document de travail de la deuxième conférence environnementale, sur la thématique emplois et transition.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…