En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La plate-forme technologique sur les énergies marines sera située à Brest

Energie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
François Fillon a annoncé mercredi que la grande plate-forme technologique sur les énergies marines verrait le jour à Brest, au sein de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).

Rappelons que le Grenelle de la mer à peine terminé, Nicolas Sarkozy était allé présenter au Havre une série de mesures visant à redonner une ambition maritime à la France sachant que le pays possède un territoire maritime 20 fois supérieur à son territoire métropolitain soit 11 millions de km2. Il avait notamment précisé que le secteur des énergies marines bénéficierait du grand emprunt national et qu'une grande plate-forme technologique sur les énergies marines pilotée par l'Ifremer devrait également voir le jour avant la fin de l'année 2009.

''Cette localisation permettra à la plate-forme de bénéficier d'un environnement industriel et de recherche de premier plan, avec entre autres la présence du pôle mer Bretagne et la moitié du potentiel français de recherche en sciences et technologies marines'', a déclaré le Premier ministre à Brest, en clôture des assises de l'économie marine.

''Bien que très prometteuses, les énergies marines ne contribueront que très partiellement à notre objectif d'énergies renouvelables à l'horizon 2020'', a déploré le chef du gouvernement. ''La plupart des technologies purement marines - éolienne offshore flottante, hydrolienne, énergie thermique des mers - sont encore balbutiantes et peu d'entre elles ont donné lieu à des démonstrateurs. Leur développement ne peut se faire sans intervention publique'', a-t-il poursuivi. ''Et donc en attendant qu'elles prennent le relais d'un certain nombre de dos dispositifs, il faut que nous développions activement l'éolien offshore qui est lui, une technologie déjà mature. D'ici 2020, nous nous sommes fixés l'objectif d'installer 6 000 mégawatts en mer.'', a-t-il ajouté.

Approbation de la stratégie maritime nationale

François Fillon a également indiqué que la France allait se doter d'une stratégie maritime nationale. ''Dans la prolongation des travaux du Grenelle de la mer, nous avons diffusé auprès des acteurs du monde maritime un projet de Livre Bleu qui détaille notre stratégie nationale en matière de gouvernance. Dans quelques jours, lors du Comité Interministériel de la mer, ce document fera l'objet d'une approbation gouvernementale'', a-t-il annoncé. ''Les missions sont multiples : sécuriser la navigation au large de nos côtes, intercepter les trafics de drogue – notamment dans la mer des Antilles ; maîtriser l'immigration clandestine par voie de mer en Méditerranée ; lutter contre les pollutions ; prévenir les accidents de mer ; protéger la biodiversité marine.''

Suite au discours de François Fillon en clôture des Assises de la Mer à Brest, FNE a fait part de sa déception et de son inquiétude face au projet de stratégie maritime nationale.

''L'Etat français est manifestement en train de franchir un pas en affichant les questions maritimes en haut de l'agenda politique '', commente Christian Garnier, vice-président de France Nature Environnement. '' La venue à Brest du Premier Ministre et l'annonce de la promulgation d'un document gouvernemental stratégique en est l'illustration. A cette occasion, il est venu conforter certains objectifs essentiels adoptés par le récent '' Grenelle de la Mer '' , comme la nécessité d'une rupture en matière de recherche ou celle d'une nouvelle gouvernance associant les cinq parties prenantes et les scientifiques. Nos associations restent néanmoins inquiètes du contenu concret de la stratégie qui sera finalement adoptée, le Premier ministre n'ayant semble-t-il pas proposé des réponses à la hauteur des enjeux qu'il a lui même rappelés, en esquivant des sujets essentiels, et en en restant pratiquement silencieux sur les moyens nouveaux que l'Etat compte se donner ''. Et Christian Garnier de conclure : '' la France a réalisé une avancée considérable avec le Grenelle de la Mer, sur la forme et sur le fond. Grâce à une réelle évolution de l'attitude des professionnels, et avec le soutien du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, les Assises de la pêche ont poursuivi le mouvement. Il faut que la stratégie nationale maritime qui nous est promise ne soit pas un recul dans cet élan. Mers et littoraux sont en état d'urgence planétaire, bientôt au même niveau que le climat. Et la France, avec ses DOM-COM, occupe le second rang mondial par son espace maritime, comme l'a rappelé à juste titre François Fillon. Ceci doit déboucher sur une vraie ambition, économique certes, mais aussi environnementale et sociale, avec des moyens appropriés !''.

Réactions1 réaction à cet article

 
Enegies marines

Il est bien plus important de travailler, d'investir pour le long terme sue des énergies nouvelles même et surtout si;elles ne sont pas encore matures car c'est l'avenir futur de nos descendants qui est en jeu.
La France commence enfin a realiser qu'avec toutes nos cotes il y a un potentiel futur difficile mais important a exploiter
Par contre les subventions sur le solaire photovoltaique solution connue encore tres mediocre tant en rendement qu'en intermittence sont un gaspillage d'argent public. L'argent public doit etre utilise en priorité pour le long termer energie des oceans, géothermie, nouvelles solutions pas encore connues et amelioration importante de ce qui existe.

jean-marie | 04 décembre 2009 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager